•  

    Résumé de l'épisode précédent : 

    L'équipage du Sasgarion a décidé de quitter le royaume des Mini-Suisses et de fuir de nouvelles complications pour rejoindre Berck-sur-Mer, bien loin de là. L'équipe scientifique conduite par le Professeur Gélagnac, son arrière-grand-mère Eva et le chafouin Pontarloos travaille à ramener la Cité Volante dans sa  réalité miniature, et si possible, à la bonne époque... rien n'est jamais simple avec les mini-gens du Sasgarion. Ils volent à présent vers le nord-ouest, sans savoir ce qui les attend...

     

    Dans leur réalité d'origine, chez les Arrochelliens, on s'inquiète et on cogite.

     

    P1010006--1280x960-.jpg

     

    P1010009--1280x960-.jpg


    P1010010 (1280x960) 

     

    Bois de Vincennes, 1er février 2016

     


    P1010054--1280x960-.jpg 

     

    P1010053--1280x960-.jpg

     

     SAS36.1.jpg

     

    SAS36.2.jpg

     

    -      Commandant Hardy : Qu'est-ce que vous espériez ?... On détecte encore une énergie résiduelle asez puissante, mais il n'y a aucune trace matérielle de leur passage dans cette clairière.

    -      Professeur Simon : ...Justement, cela nous conforte dans l'idée qu'ils ont réussi leur transfert d'urgence dans une autre réalité.

     

    SAS36.3.jpg

     

    -      Hardy : Vous voulez répondre aux journalistes ?

    -      Simon : ...Non... Pas maintenant.

     

    SAS36.4.jpg

     

    -       Simon : Monsieur Larrier ? Vous m'entendez ?

    -       Le Grand : Professeur Simon ? Oui, je vous entends.

    -       Simon : Nous aimerions rester chez vous à Paris quelques jours... Ou quelques semaines.

    -       Le Grand : Aucun souci. Sur le plan matériel, je vous fournirai tout ce dont vous avez besoin pour vos recherches. Mais il faudra bien m'expliquer ce que vous voulez, je ne suis pas scientifique, moi.

     

    SAS36.5.jpg

     

    -       Simon : Merci beaucoup de votre aide... Attention, là...

    -        Le Grand : Oh, pardon !... Ils sont vraiment partis dans une autre réalité et une autre époque ? C'est incroyable, vous êtes trop fortiches !... Vous pensez pouvoir les retrouver ?

     

    SAS36.6.jpg

     

    -       Simon : On va tout essayer. Ma femme et mes deux enfants travaillent à bord du Sasgarion, je me sens hyper-motivé...

     

     

    SAS36.7.jpg

     

    -       Une journaliste : Commandant Hardy, le gouvernement va sans doute rapidement annoncer votre nomination aux fonctions de l'Amiral Enondradel, après sa disparition.

    -       Hardy : C'est vrai. Et j'accepterai cette responsabilité s'il n'y a pas d'autre choix. Mais j'ai déjà dit que je préférais reprendre un commandement. D'ailleurs, l'Amiral et les 285 autres habitants de la Cité Volante ne sont pas encore considérés comme "disparus". Tout au plus... Absents. Nous avons, depuis peu, deux autres engins volants de gande taille et il est vital pour notre petite colonie d'Arrochelle de mobiliser ce qu'il nous reste de savants, d'ingénieurs et de techniciens pour les maintenir en activité. Ils nous permettent d'avoir encore une longueur d'avance sur les autres nations miniatures

    -       Un journaliste : Ce sont de bonnes unités, mais à elles deux, elles atteignent à peine la moitié du volume du Sasgarion. Le "Normandie" embarque deux Geckos seulement, et le "Mourhéal" n'a que des hélicoptères. Ils seront plus limités dans leurs missions d'exploration ou de sécurité. 

    -       Hardy : C'est vrai, mais ils ont aussi un rôle à jouer pour comprendre ce qui est arrivé au Sasgarion. Comme je vous l'ai dit, Le Professeur Gélagnac a eu le temps, avant ce voyage interdimensionnel, de transférer à Arrochelle la plus grande partie de ses archives électroniques qui concernent ses recherches. Nous allons bientôt rassembler à bord du "Normandie" un groupe d'experts pour les étudier et tenter de les exploiter au mieux. Nous avons tous vécu un choc terrible, mais nous devons rester optimistes. Les choses ne font que commencer.

     

    SAS36.8.jpg

     

    -       Hardy : Un gros et patient travail nous attend. Nous le devons aussi à tous ceux des nôtres qui ont vu leurs proches disp... s'absenter dans ces circonstances dramatiques. Certans ont pu recevoir des messages personnels avant que les communications soient interrompues. Nos amis à bord étaient inquiets, mais ils ont voulu se montrer rassurants. Personne ne croit que tout espoir est mort.

    -       Un journaliste : Vous êtes concerné, vous-même...

    -       Hardy : Oui, mon compagnon est sous-officier de la Sécurité sur le Sagarion. Nous étions le premier couple homosexuel marié à Arrochelle et nous voilà brutalement et temporairement séparés. Je dirai juste : Pas de chance.

    -       Une journaliste : Cependant, on dit que depuis plusieurs années, déjà lorsque vous commandiez le Sasgarion, vous entretenez une relation avec Madame Ibüprofein, qui est psychiatre à bord de la Cité Volante.

    -       Hardy : ...? Pas de commentaire.

     

    SAS36.9.jpg

     

    -        Une journaliste : A part votre compagnon le sergent Néaniskos, 45 autres personnes du bord ont laissé dans notre réalité un conjoint. Ceux-ci peuvent-ils se considérer libérés de leur mari ou de leur femme et pourront-ils se remarier ?

    -       Hardy : Euh, je vous répète qu'ils sont juste absents. Il n'y a aucun veuvage à l'ordre du jour !

    -       Une journaliste : En 2014, une rumeur affirmait que le Docteur Ibüprofein était enceinte de vous. Qu'en est-il ?

    -       Hardy : Il me semble que depuis le temps, on aurait dû être fixé ! Ecoutez, ça suffit, on reprendra plus tard, voulez-vous ?!

    -       Un journaliste : L'Amirauté de l'Air va-t-elle continuer à verser les salaires de l'équipage si vous êtes promu à son commandement ?

     

    SAS36.10.jpg

     

    -       Madame Sesmär : J'ai établi la liste des experts que nous devrions contacter.

    -       Simon : Parfait !

    -       Madame Sesmär : J'ai ajouté plusieurs personnes qui sont dans la colonie montvillienne de Berck. C'est un peu risqué, mais on devrait les approcher discrètement et les convaincre de nous rejoindre...

    -      Simon : Vous avez raison. Au point où on en est, il faut tout tenter, quoi qu'en dise la poltique...

     

    SAS36.11.jpg

     

    -       Hardy : Ils sont vraiment trop cons !

    -       Simon : Du calme... Nous allons bientôt pouvoir commencer à travailler.

    -       Hardy : Vous pensez sérieusement qu'on va les retrouver ?

    -       Simon : J'ai surtout confiance dans les capacités du Sasgarion et dans celles de ses habitants. S'ils sont en vie et en possession de tous leurs moyens, ce sont eux qui trouveront la solution... De notre côté, nous devons tâtonner sans relâche pour être prêts à les aider si nécessaire.

     

     

     

    Dans une autre réalité miniature, le 27 juin 1927.

     

     

    SAS26-1.jpg

     

    -      Docteur Simon : Journal de bord de la Section médicale, enregistrement du... du 10 février 2O16... Enfin, je crois. Cher Journal. Voilà plusieurs jours que je ne t'ai rien dit. Nous avons quitté la Suisse pour entreprendre ce long voyage. La navigation est calme et chacun à bord s'aquitte de sa tâche avec une sérénité un peu forcée. Les gens n'osent pas trop parler de ce qu'ils ont perdu, ni de nos chances pour un éventuel retour. Mais il n'y a encore signe de véritable découragement. Nous éprouvons tous comme une sorte de grand vide, qui est en réalité tout autour de nous. Ce qui nous met le plus mal à l'aise à cette époque, c'est le silence qui règne sur les ondes radio. Nous ne captons que des bribes de signaux émis de station de TSF lointaines sur différentes fréquences. Les Grands n'ont eux-mêmes aucun moyen d'entendre nos communications avec les Geckos de reconnaissance, ni de détecter notre présence. 

     

    SAS26-3.jpg

     

    -      Docteur Simon : Nous volons de nuit. Il y a très peu de lumières dans les campagnes et sur les routes. La journée, le Sasgarion se cache dans les bois, ou dans une grange. Mais depuis 72 heures, nous progressons moins vite. Il pleut souvent la nuit, nous devons rester à l'abri pour ne pas compromettre la stabilité  en vol de notre vaisseau. Nous sommes actuellement revenus dans les Vosges, près de Gérardmer. Nous allons nous poser sur une montagne voisine que nous connaissons déjà, pour attendre de meilleures conditions météo.  

     

    SAS26-4.jpg

     

    -      Docteur Simon : Nous cherchons à découvrir d'autres peuples miniatures dans les environs. Selon Pontarloos, des colonies parties de  Suisse se  sont établies dans les montagnes, du Jura jusqu'aux Ardennes, sur un axe bien défini qui leur a permis de garder des contacts diffus entre elles, au ras du sol. Mais nous ignorons leur localisation exacte et faute de moyens de communication adaptés, ces colonies ne savent pas que nous sommes là. Nous avons toutes les chances de passer tout près d'elles sans jamais les voir... Nous sommes vraiment seuls dans ce monde à la fois ancien et tellement nouveau pour nous...

     

     

    Section expérimentale, Niveau C, 22H45

     

    SAS36.12.jpg

     

    SAS36.13.jpg

     

    SAS36.13BIS.jpg

     

    -      Gélagnac : Eva ?... Tu penses ?

    -      Eva : Oui... Je pensais que plus j'y pense, plus ça me semble être une bonne idée de rejoindre le site de votre future colonie d'Arrochelle, et pas seulement pour le moral des gens. Je crois que la géographie a un rôle à jouer dans cette histoire. Tiens, regarde, cette carte.

     

    SAS36.14.jpg

     

    -      Gélagnac : L'Australie ?...

    -      Eva : Noon ! Celle-la... L'archiviste m'a fourni une carte de la commune de Groffliers à votre époque. Ici, on voit la maison de vos Grands Protecteurs, avec les dépendances et le jardin que vous occupez. En 1927, à part les fermes qui sont là, et celle-ci, toutes les maisons de ce quartier n'existent sans doute pas encore. Les rues elles-mêmes ne doivent être que des chemins de terre.

    -      Gélagnac : Oui, il y a beaucoup de grands arbres dans notre jardin. Il devait y avoir ici un petit bois entouré par les champs. Comme la forêt des dunes, il jouait sûrement le rôle de coupe-vent.

     

    SAS36.15.jpg

     

    -      Eva : La technologie de contrôle de la Pensée Fondatrice utilise les forces psychiques des êtres miniatures qu'elle a créés. Nous aurons sûrement plus de chances d'établir une connexion avec notre dimension si nous sommes au même endroit que nos semblables... parce que c'est un lieu de très forte imprégnation mentale pour notre espèce. D'autant plus qu'Arrochelle va sans doute travailler elle-aussi sur le transfert interdimensionnel. Mais ça leur prendra du temps...

    -      Gélagnac : Oui, c'est pour ça que je leur ai envoyé mes recherches avant notre départ forcé. Et pour le temps, nous en avons aussi. Selon le Commandant Brandoren, le chef de la Navigation, nous avons encore 3 bonnes semaines de voyage devant nous. En attendant, nous avons largement de quoi nous occuper. Je pensais que tu aurais plutôt proposé de revenir à Montville, même s'il n'y a rien non plus là-bas...

     

    SAS36.16.jpg

     

    -       Eva : J'ai bien compris que sur les plans technologique et politique, ce n'était pas une bonne idée. Les temps ont changé... Dans les années 1920, il n'y avait que 4 colonies miniatures connues : Le secteur des origines, Clères-Montville ; le site de Paris ; celui d'Aiguebelette en Savoie et celui de Brocéliande, ainsi que la base de Luchon. Nous ne connaissions pas Berck et nous commencions tout juste à chercher une implantation en Sologne. Nous avions quelques avions, mais inadaptés à des missions d'exploration, ainsi que plusieurs dirigeables. Il nous fallait pour ces derniers une escale au centre de la France.

    -      Gélagnac : Oui, je connais l'histoire des dirigeables montvilliens. Le plus important, lancé en 1921, était presque aussi gros que le Sasgarion : il faisait 3,7 GM de long ! L'équivalent de 280 mètres à l'échelle des Grands.

    -      Eva : Mais on y vivait beaucoup moins bien qu'ici, l'espace habitable était plus réduit ! Celui-là était gonflé à l'hélium. Il n'était pas facile de s'en procurer à l'époque, nos Grands Protecteurs ont pris de grands risques !

     

    SAS36.17.jpg

     

    -      Eva : Est-ce que nous avons tous les composants nécessaires pour notre installation ?

    -      Gélagnac : Il en manque, mais j'ai commandé leur fabrication à la Section technique. Nous les aurons dans les 48 heures.

     

    SAS36.18.jpg

     

    -      Eva : Il nous faudrait aussi, à moi et à mes collègues, une formation intensive pour pouvoir utiliser seuls l'ordinateur central du service ! On ne peut pas solliciter tout le temps Patricia, c'est gênant !

    -      Patricia Maquette : Ce n'est pas un problème, je suis là pour ça. Et je m'occuperai de votre instruction.

    -      Gélagnac : Je vais me retirer. C'est l'heure où le Commandant va venir fureter par ici et ça a le don de m'agacer un peu...Bonne nuit !

     

    SAS36.19.jpg

     

    -      Gélagnac : Ben tiens...

    -      Danlo : Bonjour les Cerveaux. Tout va bien ? Vous avancez ?

    -      Gélagnac : On fait comme on peut avec ce qu'on a.

    -      Danlo : Vous voulez plus de monde ?

    -      Gélagnac : Non, merci Danlo ! C'est un travail qui demande juste un peu de temps et de patience ! De la patience ! Excusez-moi, je dois passer au labo de nanoconception avant d'aller dormir.

     

    SAS36.20.jpg

     

    -      Danlo : Je ne suis pas psychologue, mais ça doit vouloir dire "Foutez-moi la paix !", non ?...

    -      Eva : Exactement, Commandant !

    -      Danlo : J'ai compris le message. Et pour vous et vos amis, tout va bien ? La vie à bord vous plaît ?

    -      Eva : Nous sommes enchantés, ce sont les conditions idéales pour vivre et travailler ! Pontarloos est un peu ronchon et invisible en ce moment, mais il n'oublie pas que nous sommes une équipe, j'y suis très attentive. Ayez confiance, je suis certaine que nous allons faire quelque chose de bien.

     

    Pendant ce temps...

     

     

    SAS36.21.jpg

     

    SAS36.22.jpg

     

    -      Tnit ! Nûût ! Accès refusé.

    -       Pontarloos : Rhâââ !...

    -      Tnit ! Nûût ! Accès refusé. Veuillez présenter correctement votre bracelet OVMD devant le scanner. Par ailleurs, votre rythme cardiaque est anormalement élevé. Si ce symptôme persiste, une alerte automatique parviendra à la Section médicale.

    -      Pontarloos : Allez !...

    -      Tnit ! Nûût ! Accès refusé. Veuillez contacter la Sécurité au poste 22-08. Si vous pensez qu'il s'agit d'une erreur, tapez 1 ; si vous êtes invité à bord du Sasgarion et que ce qu'il y a derrière cette porte ne vous regarde pas, tapez 2 ; si vous êtes étranger au vaisseau, si vous avez des intentions hostiles et désirez envahir un secteur stratégique, tapez 3.

    -      Pontarloos : Saleté de machine qui parle !!

     

    SAS36.34.jpg

     

    -      Tnit-tnit ! Sujet Pon-tar-loos, sexe masculin, âge non précisé, statut : membre provisoire de la Section scientifique, niveau d'accréditation 4. Un rapport de votre arythmie cardiaque vient d'être envoyé à la Section médicale pour constitution de votre dossier personnel. Veuillez appliquer votre pouce gauche sur le scanner pour validation.

    -      Le garde : Il y a un problème, Monsieur ?

    -      Pontarloos : Ouiii ! Il semble que cette stupide montre que l'on m'a donnée ne me permet pas de franchir toutes les portes !

    -      Le garde : Euh, oui, Monsieur, en effet. C'est une zone de haute sécurité dont l'accès est restreint. C'est une mesure de sécurité tout à fait normale.

     

    SAS36.25.jpg


    -      Pontarloos : Evidemment ! Il y a tellement de choses normales, ici ! Je me sens un peu trop en sécurité !

    -      Validation non effectuée. Alerte envoyée pour le sujet Pon-tar-loos, sexe masculin, âge non précisé. Si vous êtes en détresse respiratoire, ne courez pas ! Restez où vous êtes ! Une équipe médicale va vous rejoindre dans 1 minute et 50 secondes.

    -      Le garde : ...Je peux annuler l'alerte, si vous voulez...

     

     

    Le lendemain, 10h40.

     

     

    SAS36.30.jpg

     

    SAS36.31.jpg

     

    -       Sandra Matizet : Commandant, j'ai une alerte détection aérienne.

    -      Danlo : Qu'est-ce que c'est ? Un ballon aérostatique ? Il n'y a pas de nacelle.

    -      Gytring : Je ne vois pas comment il pourrait y en avoir une : Il ne fait que 1,7 GM de diamètre, à peu près la taille normale d'un Grand.

    -      Danlo : Mais alors, il est tout près ?

    -      Sandra Matizet : Distance 15 GM. Il est immobile. Peut-être parce qu'il n'y  pas de vent...

     

     

    SAS36.32.jpg

     

    -      Danlo : Transmettez à la Navigation : Machines arrière toute, on se met en vol statique le temps d'observer l'objet.

    -      Sandra Matizet : L'ordre... est reçu et confirmé. Nous devrions nous stabiliser à environ 9 GM. 

    -      Danlo : Lancez le Gecko de garde pour analyse.

     

    SAS36.33.jpg

     

    -      Danlo : Il est apparu tout à coup derrière les arbres, comme s'il nous attendait...

    -      Chardonville : Souhaitons que ce ne soit pas le cas.

     

    SAS36.34-copie-1.jpg

     

    -      Voix de Gytring : Gecko 7, vous avez l'autorisation de décollage !

     

    SAS36.53.jpg

     

    SAS36.35.jpg

     

    EP4-31.JPG

     

    SAS36.BALLON.jpg

     

    SAS36.36.jpg

     

    SAS36.37.jpg

     

    -     Le garde : Gecko 7 à la base, je lance le programme d'analyse et vous envoie les données.

     

    SAS36.38.jpg

     

    -      Danlo : Lieutenant Lasagne, ralentissez ! Vous allez droit sur lui !

    -      Lasagne : Je ne comprends pas ! On est comme attiré par ce ballon !

     

    SAS36.39.jpg

     

    -      Danlo : Dégagez-vous de là !

    -      Lasagne : Les commandes sont bloquées, impossible de virer !

     

    SAS36.44.jpg

     

    -      Danlo : Le ballon les attire ? C'est une attaque !

    -      Chardonville : Mmoui, ou bien une défense...

     

    SAS36.40.jpg

     

    SAS36.41.jpg

     

    -      Gytring : Ils ont percuté l'objet et sont restés collés à lui ! Lasagne, quelle est la situation à bord ? Est-ce que vous m'entendez ?

    -     Tchhhhhhh tchh tchhhhhhhhhhhhhhhh...

    -      Sandra Matizet : Plus de communication.

    -      Danlo : Dites à la Sécurité d'armer les batteries tribord !

     

    SAS36.42.jpg

     

    -       Le sergent : Pousse les réacteurs ! Je vais lui balancer un coup de laser à cette pourriture de baudruche !

     

    SAS36.43.jpg

     

    -       Le garde : Incendie à bord !

     

    SAS36.45.jpg

     

    -      Sandra Matizet : J'ai le raport des sondeurs du Gecko. Ooooh !!

    -      Gytring : Oulah !!

     

    SAS36.46.jpg

     

    -      Gytring : Lasagne, si vous m'entendez, ne tirez pas sur l'objet ! A aucun prix !... Lasagne !!... S'ils tirent, ils sont cuits...

     

    SAS36.47.jpg

     

    -      Gytring : Ce ballon est gonflé à l'hydrogène ! C'est une bombe volante !

     

    SAS36.49.jpg

     

    -      Lasagne : Le laser est armé ! Sors-nous de là !

     

    SAS36.49BIS.jpg

     

    SAS36.50.jpg

     

    SAS36.51.jpg

     

    SAS36.52.jpg

     

    SAS36.48

     

    -      Danlo : ...Quelle horreur...

     

     

    Section scientifique, midi. 

     

     

    SAS36.54.jpg

     

    SAS36.55.jpg

     

    -      Danlo : Jérôme, on en sait plus sur ce maudit ballon, et sur ce qui s'est passé ?

    -      Chardonville : Oui. Dans le diagramme donné par les sondeurs, on voit qu'une nacelle était dissimulée dans la partie inférieure. Une longue et étroite structure la reliait par le centre au sommet et un élément plat occupait tout le diamètre de l'objet. Toutes ces structures étaient en bois, mais l'analyse révèle aussi de nombreuses traces de cuivre. Sans doute de la machinerie, des réservoirs, des conduites, peut-être des hélices cachées dans toute la zone équatoriale. Il devait forcément avoir des moyens de propulsion. L'enveloppe était faite en fibres végétales, un matériau à la fois très dense et flexible. Elle contenait 4 ballasts d'hydrogènes. Je pense qu'en le heurtant, le malheureux Gecko a provoqué une petite fissure et les réacteurs ont allumé un incendie quelques secondes avant le tir. L'équipage a paniqué et a fait la seule chose qu'il pensait pouvoir le sauver en actionnant le laser.

     

     

    SAS36.57.jpg

     

    -      Danlo : Et sur ce phénomène d'attraction dont ils ont été victimes, et sur le brouillage radio, on a une explication ?

    -      Chardonville : Alors, là, en revanche... En tout cas, aussi étrange que cela puisse paraître, tout indique que nous sommes devant une technologie qui appartient à un peuple miniature. Un peuple plus évolué que ce que pouvait en savoir Pontarloos.

    -      Danlo : ...C'est comme chez nous, alors... Ils sont partout...

     

    SAS36.56.jpg

     

    -      Chardonville : Il faudrait inspecter les débris au sol, si les conditions de sécurité le permettent. Il y a toutes les chances pour que la nacelle de cet OVNI ait été habitée... Nous aurons peut-être des réponses. J'ignore si l'interception du Gecko était volontaire, mais la rencontre s'est terminée par la mort de tous ceux qui se trouvaient dans ou autour du ballon.

    -      Gytring : Oui... Si ces gens nous attaquent, au moins, on saura pourquoi... Mais si un autre ballon se pointe, on saura aussi comment le combattre. Rester à bonne distance et tirer au laser.

    -      Danlo : Eh bin, vous devenez chaque jour un peu moins civil et un peu plus militaire, vous... Nous avons perdu 3 des nôtres, et c'est une lourde responsabilité. Allons enquêter sur place, mais prudemment. Monsieur Gytring, vous sélectionnerez l'équipe. Mettez 2 Geckos armés en patrouille au-dessus du secteur, et les 5 hélicoptères sur un cercle plus large, pour nous assurer que l'explosion n'a pas attiré l'attention d'un Grand... Je commanderai la mission.

     

    SAS36.58.jpg

     

    -      Pontarloos : Commandant... Je suis affligé de la perte de votre pilote et des 2 gardes. Si je puis vous être d'un quelconque secours, je serai heureux de participer à vos investigations.

    -      Danlo : Avec un peu de chance, vous nous aiderez à établir un dialogue avec eux, si ce sont bien des mini-gens. Il va quand même falloir qu'on arrête de se faire des ennemis partout où l'on passe...

    -      Chardonville : On ne l'a pas fait exprès...

     

     

    Pendant ce temps, quelque part dans la forêt vosgienne...

     

    SAS36.96.jpg 

     

    SAS36.98.jpg

     

      SAS36.9O.jpg

     

    SAS36.91.jpg

     

    SAS36.92.jpg

     

    -      29 voix se sont exprimées en faveur de la motion d'urgence. Et une voix contre. Pourquoi ne suis-je pas surpris ?

     

    SAS36.91TER.jpg

     

    -       Oui, estimable Harncaliu, c'est bien de vous dont je parle.

     

    SAS36.91BIS.jpg

     

    -      Harncaliu : Mes estimés collègues, j'en appelle à notre constant souci de l'équité et de la prudence. J'en appelle aussi à la curiosité qui a toujours animé notre société.

     

    SAS36.94.jpg

     

    -      Harncaliu : Certes, nous ne connaissons pas ces êtres et cela devrait bien sûr rendre les choses moins difficiles. Mais ils ne sont qu'une péripétie de plus dans le drame sans cesse renouvelé qui nous préoccupe. Et nos solutions d'urgence ne résolvent pas le problème de fond.

    -      Nous ne sommes pas en capacité d'empêcher tous les mini-clampins des autres mondes de jouer avec les pensées qui nous ont créés, ni d'acquérir les moyens de franchir les réalités, et ainsi, de troubler la nôtre, qui semble ces dernières années aussi fréquentée qu'un hall de gare. Nous ne savons que gérer les urgences ponctuelles et à défaut de le faire, vous savez bien ce qui arriverait.

    -      Ces procédures garantissent notre survie et eles doivent être appliquées avec une certaine et nécessaire froideur.

     

     

    SAS36.93.jpg

     

    -      Harncaliu : J'en suis conscient. Je ne pas cherche pas à être sentencieux ni moraliste. Je veux juste comprendre. Nous ignorons sans doute encore beaucoup de choses au sujet de ces phénomènes. Je crois qu'il serait bon d'enquêter sur nos nouveaux visiteurs avant de les évacuer. Estimés collègues, le temps nous est compté. Laissez-moi les interroger tout de suite. 

    -      Cela fait trop longtemps que nos problèmes durent et nous atteignons une limite fatidique. Les tets seront menés dès que possible.

    -      Harncaliu : Ces gens sont dangereusement inquiets et agités. Leurs machines volantes bourdonnent dans toute la région et un groupe important est descendu à terre à notre recherche. Et ils sont fortement armés. Mais même sans cela, nous leur devons au moins un semblant de respect. Je vous promets d'agir avec prudence, sans pedre de vue l'intérêt général.

     

    SAS36.95

     

    -      Harncaliu : ...Mais avant de partir, je casserais bien une petite graine.

     

    A SUIVRE... 

     


    votre commentaire
  • Résumé de l'épisode précédent :

    A peine arrivés en Suisse et en 1927, les mini-gens du Sasgarion ont déjà des problèmes. Croyant que la Cité Volante représente un danger pour son petit pouvoir, le roi Milka attaque le Fort Pontarloos où les savants venus de Montville travaillaient sur la téléportation entre les réalités miniatures...

    ...Oui, alors, si vous ne suivez pas, là, il faut repartir de l'épisode 32, "Le message de la medium".


    Une grande bataille miniature se prépare, pleine de furie, d'explosions et de couleurs chatoyantes (adaptée du film "Alamo", avec quelques phrases sorties de leur contexte). Il ne manque que les bruitages, mais vous pouvez toujours les faire vous-mêmes...

    Après tout, nos mini-héros sont revenus à l'époque du cinéma muet...

     

     

    Poste principal, 18h10

     

     

    SAS35.70 

     

    SAS35.71.jpg

     

    -      Danlo : Monsieur Pontarloos ! Votre gouvernement refuse de négocier avec nous ! Ils exigent que nous vous ramenions au fort pour vous livrer ! L'armée royale masse des troupes devant votre village, elles peuvent attaquer à tout moment ! Qu'est-ce que ça signifie ?

     

    SAS35.72.jpg

     

    -      Pontarloos : Commandant Hédrone, il y a bien des années que le roi Milka et ses courtisans laissent libre cours à leur panaroïa. Je ne suis que la victime expiatoire et bien facile de leur courroux.

    -      Danlo : Eux disent que leur pays est entouré d'ennemis et que vous les soutenez.

    -      Pontarloos : Ce régime faible et geignard aurait bien mérité que des étrangers tels que vous les éclairent un peu... Mais ça me semble assez compromis.

     

    SAS35.73.jpg

     

    -      Danlo : Je ne sais pas si le royaume va changer ni comment, mais je sais que vous n'y aurez aucune part ! Vpus êtes le bienvenu à bord en tant que scientifique. Mais quel qu'ait été votre projet ici, et le rôle qu'on devait y jouer, vous devrez y renoncer. Nous ne faisons pas de politique. Dans quelques heures, la Cité Volante va décoller et quitter pour toujours ce pays. Le temps d'achever le déménagement pendant la nuit. Je m'assurerai personnellement que... Vous vous sentiez bien à bord.

    -      Pontarloos : Votre générosité me va droit au coeur, Commandant... La méchante flèche du destin aussi.

     

     

    Frontière franco-suisse, territoire de la commune des Rousses, 18h25.

     

    2dk05dx.jpg

     

    23hvbk9.jpg

     

    Quelque part dans l'herbe, en juin 1927...

     

    SAS35.1O.jpg

     

    SAS35.12.jpg

     

    SAS35.13.jpg

     

    SAS35.14.jpg

     

    SAS35.15.jpg

     

    SAS35.16.jpg

     

    SAS35.19.jpg

     

    SAS35.18.jpg

     

    SAS35.20.jpg

     

    SAS35.17.jpg

     

    SAS35.21.jpg

     

    SAS35.22.jpg

     

    SAS35.23.jpg

     

    SAS35.24.jpg

     

    -       Battez la retraite !

     

    SAS35.25.jpg

     

    SAS345.27.jpg

     

    -      Davy Coquette : Ne tirez plus ! Regardez, ils se retirent.

     

    SAS35.26.jpg

     

    SAS35.28.jpg

     

    SAS35.29.jpg

     

    SAS35.30.jpg

     

    -      Davy Coquette : Il fera nuit dans deux heures. Ils ne tenteront plus rien avant demain matin.

    -      Salicorne : Plusieurs de nos appareils sont en approche. Je vous en prie, venez avec nous, évacuez !

    -      Davy Coquette : Merci de votre proposition. Mais je suis confiant. Nous les repousserons aussi demain. Les habitants du village seront alors bien loin d'ici et nous nous sauverons dans la prairie le moment venu.  

     

     

    A bord du Sasgarion, conférence des officiers - 20H30

     

    SAS35.74.jpg

     

    -      Danlo : L'attaque des Mini-Suisses contre le villlage nous enseigne que ce pays n'est décidément pas accueillant pour nous. Dès que possible, une fois le matériel des savants transféré à bord, nous évacuerons Salicorne et son équipe et nous partirons pour un long voyage de recherche dans ce monde inconnu. Madame Enondradel, pouvez-vous nous présenter un rapport sur les services généraux ?

    -      Madame Enondradel : L'inventaire est fait en temps réel et il est bon. Mais il y aura un moment où nous manquerons de petits objets de la vie quotidienne qu'il faudra fabriquer nous-mêmes. Pour ce qui est du ravitaillement, nous devrions facilement trouver ce dont nous avons besoin sur notre route. La question la plus délicate est celle des fournitures techniques et des pièces détachées. La maintenance devra recycler au maximum et produire ce qui manquera. Nous préparons un plan dans ce sens.

     

    SAS35.75.jpg

     

    -      Danlo : Très bien. Il est vital que le vaisseau soit en auto-suffisance dans presque tous les domaines. Nous serons absolument seuls au monde et peut-être pour longtemps... L'armement et la maintenance des 10 Geckos que nous avons sont des priorités. Avec nos nouveaux passagers, l'équipage se monte à 297 personnes. Elles doivent pouvoir vivre et travailler dans une totale sérénité, à défaut d'un luxe total... L'état du vaisseau ?

    -      Gytring : Il est opérationnel à 100 %.Les batteries solaires garantissent notre autonomie en situation de consommation normale. Les piles des deux sections énergétiques ont une durée de vie de deux mois environ. Faute de Grands Protecteurs et de prises de courant accessibles pour les recharger, nous devrons le faire nous-mêmes, mais ce sera plus long. C'est notre point faible.

    -      Danlo : La Section scientifique devra travailler sur ce problème, Jérôme...

    -      Chardonville : J'y ai déjà pensé...

    -      Danlo : Bien... Il reste à surveiller de près ce qui se passe dans le village. Dydrar et Hugues décolleront demain matin pour évacuer Salicorne, ses hommes et leur matériel roulant. Merci.

     

     

    SAS35.76

     

    -      L'Amiral Enondradel : Franchement, Danlo, quelles sont nos chances de rentrer chez nous ?

    -      Danlo : Je n'ose même pas poser la question à nos brillants savants... En attendant, nous pouvons nous en rapprocher, d'une certaine manière...

    -      Enondrardel : Quoi ? Vous voulez mettre le cap sur Berck ? Ou sur Montville ? Mais il n'y a rien, là-bas, pas dans cette réalité. Et c'est terriblement loin !

    -      Danlo : C'est vrai, mais il faut bien donner un but concret à tout le monde. Berck reste un lieu familier pour nous tous. Même si nous n'y trouverons personne de notre espèce, ce sera meilleur pour le moral. Bien sûr, c'est loin. Mais le Sasgarion a déjà fait le voayage, depuis la Savoie, il y a 5 ans ! Vous le commandiez ! Vous ne vous rappelez plus ?

    -      Enondradel : ...Et moi qui voulais oublier...

     

     

    Zone de loisirs, 23h40

     

    SAS35.80.jpg

     

    -      Gélagnac : Je n’en reviens pas… Ce matin encore, nous étions si loin… Et tellement… ailleurs… Et je me retrouve avec toi ici.

          

    -          Eva : Les mini-gens ont toujours eu une vie compliquée, avec plein de nœuds. Je suis heureuse que vous soyez là, bien sûr, mais surtout heureuse de faire ta connaissance. Parce que ça aurait dû être une chose impossible. Et pourtant, nous sommes là tous les deux, au même endroit, au même moment. Est-ce que ce n’est vraiment que de la science ?... 

     

    SAS35.81.jpg

     

    -          Gélagnac : Il faut que nous rentrions à Arrochelle. Quand le vaisseau aura décollé pour de bon, nous serons vraiment seuls dans ce monde, livrés à nous-mêmes. Ce ne sera pas facile… Mais nous sommes en famille, maintenant, ça aide... Eeeh, dans deux jours, j'aurai 50 ans !

    -       Eva : Et moi, 47 dans une semaine. Mais on fera un tir groupé !... Tu sais, mon p'tit, je n'ai jamais été une mini-femme très familiale, ni même très maternelle. Ma passion pour les mystères de notre existence et la recherche des clés pour les ouvrir m'ont bouffé plus de temps qu'il n'était raisonnable... Garyegon, ton arrière-grand-père, m'en a un peu voulu, sans trop le dire. Il comprenait, et Il m'a laissée mener ma barque... Jusqu'à ce qu'elle dérive par ici... Mais oui, ça doit sûrement aider. Et on va faire du bon boulot ensemble, mon chéri. On va la retrouver, notre dimension !... Dis donc, c'est rudement joli ces mectons mythologiques à poil placés ici !

    -      Gélagnac : Les Discoboles ? Oui, très joli. Ils ont été commandés à Arrochelle par les gars de la Section Protéinique, mais je ne sais pas pourquoi.

     

     

     

    Devant le village fortifié de Pontarloos, le lendemain, 7h20

     

    SAS35.100A.jpg

     

    SAS35.31

     

    -      Votre Majesté, nous sommes prêts !

    -      Roi Milka : Finissons-en ! 

     

    SAS35.40.jpg

     

    SASG7.jpg

     

    -     Davy Coquette : Messieurs... Bonne chance ! Si à un moment vous sentez la lassitude vous gagner, évacuez par les hautes herbes au sud.

     

    SAS35.41.jpg

     

    SAS35.42.jpg

     

    SAS35.43.jpg

     

    SAS35.44.jpg

     

    -      A l'attaque !

     

    SAS35.46.jpg

     

    SAS35.45.jpg

     

    SAS35.47.jpg

     

    SAS35.48.jpg

     

    SAS35.49.jpg

     

    SAS35.17.jpg

     

    SAS35.63.jpg

     

    SAS35.64.jpg

     

    SAS35.1O

     

    SAS35.51.jpg

     

    SAS35.50.jpg

     

    SAS35.52.jpg

     

    SAS35.53.jpg

     

    SAS35.54.jpg

     

    SAS35.55.jpg

     

    SAS35.56.jpg

     

    SAS35.11.jpg

     

    SAS35.57.jpg

     

    SAS35.100B.jpg

     

    (Au piano, le Capitaine Detlev Strossenmeier. Inépuisable romantique et pessimiste décalé, il nous interprète, en direct au coeur de la bataille, la chanson de William Sheller : "Un homme heureux")

     

    Pourquoi les gens qui s´aiment
    Sont-ils toujours un peu les mêmes?
    Ils ont quand ils s´en viennent
    Le même regard d´un seul désir pour deux
    Ce sont des gens heureux

     

    SAS35.100.jpg

     

    Pourquoi les gens qui s´aiment
    Sont-ils toujours un peu les mêmes?
    Quand ils ont leurs problèmes
    Ben y a rien à dire
    Y a rien à faire pour eux
    Ce sont des gens qui s´aiment

     

    SAS35.101.jpg

     

    Et moi j´te connais à peine
    Mais ce s´rait une veine
    Qu´on s´en aille un peu comme eux
    On pourrait se faire sans qu´ça gêne
    De la place pour deux

     

    Mais si ça n´vaut pas la peine
    Que j´y revienne
    Il faut me l´dire au fond des yeux
    Quel que soit le temps que ça prenne
    Quel que soit l´enjeu
    Je veux être un homme heureux

     

    SAS35.102.jpg

     
    Pourquoi les gens qui s´aiment
    Sont-ils toujours un peu rebelles?
    Ils ont un monde à eux
    Que rien n´oblige à ressembler à ceux
    Qu´on nous donne en modèle

     

    SAS35.103.jpg

     

    Pourquoi les gens qui s´aiment
    Sont-ils toujours un peu cruels?
    Quand ils vous parlent d´eux
    Y a quelque chose qui vous éloigne un peu
    Ce sont des choses humaines

     

    SAS35.104.jpg


    Et moi j´te connais à peine
    Mais ce s´rait une veine
    Qu´on s´en aille un peu comme eux
    On pourrait se faire sans qu´ça gêne
    De la place pour deux

     

    SAS35.105.jpg

     

    Mais si ça n´vaut pas la peine
    Que j´y revienne
    Il faut me l´dire au fond des yeux
    Quel que soit le temps que ça prenne
    Quel que soit l´enjeu
    Je veux être un homme heureux

     

    SAS35.106.jpg

     

    Je veux être un homme heureux
    Je veux être un homme heur...

     

    SAS35.107.jpg

     

    -      Pan !

    -      ERRRRRGH !

     

    SAS35.108.jpg

     

     

    SAS35.59.jpg

     

    -      Lieutenant Gywern : Le fort est encerclé et investi ! On ne peut plus les retenir, il faut se replier !

    -      Colonel Salicorne : Les Geckos arrivent ! On lève le camp !

     

    SAS35.60.jpg

     

      -      Salicorne : Foutu pays !!

     

    SAS35.61.jpg

     

     

      Après la bataille...

     

    SAS35.FF0.jpg

     

    SAS35.FF1.jpg

     

    SAS35.FF3.jpg

     

    SAS35.62.jpg

     

    -      Félicitations, Votre Majesté ! C'est une grande victoire !

    -      Roi Milka : Oui, nous avons conquis une coquille vide et notre ennemi n'est plus là ! Il y a de quoi être fier, en effet ! 

     

     

    A bord du Sasgarion, 10h45

     

     

    SAS35.AA.jpg

     

    SAS35.BB.jpg

     

    SAS35.CC.jpg

     

    SAS35.DD.jpg

     

    SAS35.82.jpg

     

      -      Danlo : Les dés sont jetés. Les gardes de la Sécurité sont rentrés, mais il y a 5 blessés parmi eux. Au moins, ils sont tous là. Nous sommes donc libres, le vaisseau est prêt à partir, il n'y a plus à hésiter ! Nos savants travaillent maintenant à nous faire revenir dans notre réalité, si c'est possible... En attendant, le Sasgarion va prendre l'air selon les procédures de discrétion habituelles pour une nouvelle traversée de la France...

     

    SAS35.83.jpg

     

    -      Danlo : En route ! On décolle, Monsieur Gytring !

     

    A SUIVRE...

     


    votre commentaire
  •  

    Résumé de l'épisode précédent : La Cité Volante des gens d'Arrochelle a quitté un monde imaginaire miniature pour entrer dans un autre. Etait-ce une bonne idée ?...

    (Début de la Saison 5 : épisodes 32 et 33)

     

      Quelque part en Suisse, au ras du sol...

     

     

      SAS34.1.jpg

     

    SAS34.2.jpg

     

    SAS34.3.jpg

     

    -          Eva Sasgarion : A droite, tournez à droite.

     

    SAS34.4.jpg

     

    -          Eva :...Bon, finalement, pourquoi pas à gauche ?...

    -          Saint-Aignan : ...Euh, désolé.

     

    SAS34.5.jpg

     

    -          Saint-Aignan : Ah, bin tiens, y a plein de soldats, par ici. On doit être tout proche.

     

    SAS34.6.jpg

     

    -          Eva : Colonel ! Quelle joie !

    -          Le colonel : Chaque fois qu’il se passe un truc bizarre dans le coin, je vous retrouve ! Vos expériences commencent à poser un sérieux problème à l’ordre public ! C’est ce que je viens de dire à Pontarloos.

     

    SAS34.7.jpg

     

    -          Pontarloos : Si vous le voulez, Colonel, je prends les choses en main.

    -          Le Colonel : C’en est assez de vos initiatives et de vos jouets mystérieux qui font des cercles de pelouses un peu partout dans la région ! Depuis que vos nouveaux amis sont arrivés ici, les choses ne font qu’empirer !

    -          Eva : Ah bon ? Un jouet mystérieux, dites-vous ? Vous en avez trouvé un autre ?!  

     

    SAS34.8.jpg

     

    -          Le Colonel : Des paysans affolés ont signalé une lumière fulgurante qui a brûlé l’herbe en contrebas, dans le vallon. Cette fois c’est énorme, je ne peux pas passer là-dessus ! Les Grands vont finir par nous repérer ! Qu’avez-vous encore fait ?!

    -          Pontarloos : Voyons, Colonel, ne vous emballez pas. Je sais que le gouvernement sera compréhensif, il soutient la science, lui… Enfin à peu près. N'est-ce pas, Monsieur le Ministre ?

    -          Le Ministre : Pour l’instant, votre science ne sert qu’à faire des trous dans l’herbe et à nous mettre tous en danger ! Nous n’y gagnons pas grand-chose de concret !

    -          Pontarloos : Le temps de la science n’est pas tout à fait celui des applications concrètes…

     

    SAS34.9.jpg

     

    -          Eva : Essayons d’approcher par un autre chemin. Ce sont sans doute les gens de la Cité Volante qui sont là-bas.

     

     

    SAS34.10.jpg

     

    SAS34.11.jpg

     

    -          Attention !

     

    SAS34.12.jpg

     

    SAS34.13.jpg

     

    SAS34.14.jpg

     

    -          Madame Darnétal : Qu’est-ce que c’est que ce truc ?... Il n’y a personne dedans ?

    -          Professeur Valleuse : On dirait qu’il nous regarde…

    -          Eva : Ce char vient sûrement du Sasgarion…

     

     SAS34.90.jpg

     

    SAS34.15.jpg

     

    -          Danlo : …Euh, Professeur ?...La sonde automatique a trouvé des mini-gens...

     

    SAS34.91.jpg

     

    -          Gélagnac et Patricia : C’est elle !

    -          Gélagnac : Eva, mon arrière-grand-mère ! Etonnant !

    -          Danlo : Oui, nous avons donc réussi, c’est étonnant. Sandra, banchez la radio de la sonde automatique. Je veux leur parler.

     

    SAS34.17.jpg

     

    -          Danlo : Ici le Sasgarion, la Cité Volante de la République d’Arrochelle. Nous sommes posés tout près de vous. Nous vous envoyons un véhicule aérien.

    -          Eva : …Merci…

     

    SAS34.18.jpg

     

    -          Pontarloos : Fascinant !

     

     

     

    SAS23-31.JPG

     

    SAS34.20A.jpg 

     

     SAS34.20

     

    -          Gélagnac : Je n’arrive pas à la croire… Vous avez l’air d’être plus jeune que moi. 

    -          Eva : Tu m’as prises pour une ancêtre, mon cheri. En réalité, nous n’avons passé que 4 ans ici, après l’accident d’Ipargels.

    -          Gélagnac : Mais qu’est-ce qui s’est passé ?

     

    SAS34.21.jpg

     

    -          Eva : En 1920, mon ami le jeune professeur De Clères dirigeait un programme sur les phénomènes paranormaux, les perceptions extraréalistes conscientes et en périodes de sommeil. Il a émit l’hypothèse d’une pensée créatrice dont tout le monde miniature découlait. Le gouvernement a tout de suite pris ses théories au sérieux et a imaginé ce centre de recherche qui s’est mis à travailler sous couvert de recherches aéronautiques, très avancées pour l’époque… Avec le temps, nous sommes passés à une phase exploratoire active. Mais un jour, notre vortex d’énergie psychique a rencontré dès l’ouverture un autre faisceau d’ondes, d’origine inconnu… Celui créé ici par le Vénérable Pontarloos, que voici, le plus grand savant du royaume Mini-Suisse.

    -          Pontarloos : Mes amis, je me réjouis de cette rencontre par delà les dimensions. Je suis très curieux de vous connaître et d’apprendre de vous.

     

    SAS34.22.jpg

     

    -          Danlo : Monsieur Pontarloos, si vous savez maîtriser une science aussi subtile et avancée que celle-ci, c’est sûrement nous qui auront le plus à apprendre !

    -          Pontarloos : Je crains que nous n’ayons pas encore atteint le niveau de la maîtrise, Commandant, tout cela reste très empirique. Le renfort de votre technologie du futur sera très appréciable et ensemble, nous ferons de l’excellent travail.

    -          Danika : Le futur ? Où sommes-nous au juste, et quand ?

     

    SAS34.23.jpg

     

    -          Pontarloos : Mes visiteurs montvilliens se sont matérialisés dans le jardin de mon laboratoire le 13 mai 1923. Pour eux comme pour tous les Mini-Suisses, 4 ans seulement se sont écoulés depuis dans cette réalité. Nos essais pour contacter votre monde ont rééquilibré les choses et rétabli l’égalité de l’écoulement des temps il y a quelques jours, quand nous avons pu explorer mentalement, grâce à des vortex courts et peu puissants, votre monde. Nous avons immédiatement perçu votre merveilleuse cité aérienne, parce qu’elle activait sa propre machine de téléportation. Mais c’est aussi à cette occasion que nous avons perçu le grave danger qui vous menaçait, en raison d’un léger décalage accidentel dans notre configuration, qui nous a fait voir les événements du 30 janvier 2016 à 9 heures… 

     

    SAS34.24.jpg

     

    -          Pontarloos : Ici, mes amis, c’est toujours la Terre. Absolument la même que celle que vous connaissez. Ce qui change, c’est la réalité miniature qui s’y incruste. Notre mini-monde relève, comme le vôtre, de l’imagination d’un Grand. Un Grand différent du vôtre, ce qui rendait le croisement de ces deux mondes à priori impossible.

    -          Danlo : Nous connaissions la théorie et avons assisté il y a quelques mois une mise en pratique, dans les Vosges. Mais nous n’avions encore jamais expérimenté le voyage interdimensionnel.

    -          Eva : En fait, l’expérience a réussi en 1923 par accident, mais personne n‘a dû comprendre ce qui s’est passé. Tout à coup, nous étions 19 à nous matérialiser dans un monde inconnu, avec une partie des bâtiments et du matériel du village.

     

    SAS34.25.jpg

     

    -          Gélagnac : En effet. Au centre du phénomène, il ne restait plus qu’une terre brûlée. Tous les autres résidents du site ont été tués. Au moins, le bilan n’est plus que de 12 morts, c’est une bonne nouvelle.

    -          Pontarloos : C’est navrant. Il reste de tout cela un progrès formidable et les grandes découvertes découlent souvent de tragiques erreurs et de tâtonnements dramatiques… On dirait que je vous choque…

    -          Danlo : Je comprends votre… intérêt devant le résultat obtenu… On ne peut pas revenir sur ce qui s’est passé et je suis d’accord pour relativiser un peu. Mais plutôt que mettre en valeur le sacrifice de ces 12 personnes je préfère retenir que votre réussite a aussi permis de sauver 286 autres mini-gens .Au nom de tous, je vous en remercie.

     

    SAS34.26.jpg

     

    -          Eva : D’autant plus que nous n’avions droit qu’à une seule chance. Il ne fallait pas espérer recommencer de si tôt si nous avions échoué. Et le Sasgarion n’avait qu’une chance lui aussi… Nous avons travaillé 4 ans avec Monsieur Pontarloos pour développer ce concept, mais l’expérience a détruit l’essentiel de l’appareillage. Au fait… Pourquoi l'avez-vous appelé "Le Sasgarion" ?

    -          Gélagnac : C’est en hommage à votre fille, ma grand-mère, qui était… Qui sera… A été une grande biologiste.

    -          Eva : Quand vas-tu te décider à me tutoyer ?

     

    SAS34.27.jpg

     

    -          Danlo : Soyez les bienvenus, vous et toute votre équipe. Nous allons ensemble continuer les recherches. Notre but est bien sûr de retourner dans notre réalité.

    -          Pontarloos : …Vraiment ?...

    -          Eva : C’est formidable !

    -          Danlo : En attendant, Vénérable Pontarloos, parlez-moi de ce monde. Sommes-nous en sécurité ?

    -          Pontarloos : Le royaume Mini-Suisse mène une vie paisible et campagnarde depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne. Les 15 000 sujets du roi Milka vivent dans des cavités rocheuses parfaitement aménagées et nous avons aussi des zones de villégiature au grand air dans la région, mais il faut se méfier des vaches, elles sont maladroites. La frontière avec la France est tout près d'ici. En fait, mes terres et mon village se trouvent côté français, sur la commune des Rousses. Les Grands locaux sont rares, ils nous gênent peu. Bien moins en tout cas que les rongeurs et les oiseaux qui sont la principale cause de mortalité. Je suis certain que nos gouvernants passeront très vite le cap de la méfiance en vous découvrant lorsque vous leur montrerez la puissance de votre vaisseau aérien !

    -         Danlo : J’aimerais au contraire que le vaisseau reste très discret, le temps de le remettre en état de repartir…

     

    SAS34.29.jpg

     

    -          Pontarloos : Ce n’est pas possible, Commandant. On va vite savoir que vous êtes là. Que vous soyez seulement de passage ou pas, il faudra peut-être composer avec  le roi.

    -          Amiral Enondradel : Danlo, je peux vous parler ? Veuillez m’excuser. J’imagine que vous êtes impatients de visiter le Sasgarion. Monsieur Chardonville et Mademoiselle Diroise pourraient s’en charger. Nous alons faire préparer un déjeuner en votre honneur.

    -          Pontarloos : Avec grand plaisir. Merci de votre accueil si prometteur pour la suite.

     

    SAS34.28.jpg

     

    -          Eva : Bonjour Patricia ! Alors, heureuse que le rêve soit fini ?

    -          Patricia : Si ce n'est pas un cauchemar qui commence oui ! Bienvenue à bord, Eva !

     

    SAS34.30.jpg

     

    -          Enondradel : Si j’ai bien compris, nous avons changé de réalité mais aussi d’époque. Nous sommes en 1927. La Cité Volante était déjà l’objet le plus avancé technologiquement en 2016 et là, nous voilà en 1927 !

    -          Danlo : Oui… Et alors ? Vous voulez profiter de notre ébouriffante avance pour influencer les Grands de cette époque et changer la face du monde ? 

     

    SAS34.31.jpg

     

    -          Enondradel : Je suis un militaire et un politique, pas un apprenti sorcier. Mon seul impératif est de rentrer à Arrochelle. Mais il est clair que nous allons plus que jamais susciter les convoitises de nos propres semblables. Ce vénérable Pontarloos, par exemple, n’est peut-être pas aussi amical que vous le pensez. Vous fréquentez les scientifiques depuis assez longtemps pour savoir à quel point ils sont tordus ! Et que dire du gouvernement mini-suisse ?

    -          Danlo : Que dire ? Justement, on ne sait pas. Mais Pontarloos a raison sur ce point : Nous allons être obligés de discuter avec les autorités. C'est votre boulot, Philippe. Nous faire admettre en douceur tout en nous préservant.

     

    Un peu plus tard, dans le Poste principal.

     

    SAS34.32.jpg 

     

    -          Pontarloos : Commandant, je suis ravi de cette visite. Je ressens profondément tous les bienfaits qui sortiront de notre collaboration ! C’était inespéré ! Vos technologies, et les matières mêmes qui composent votre merveilleux vaisseau, banales à votre époque mais qui nous sont encore inconnues !... Formidable !

    -          Danlo : Je souhaite que nous nous entendions.

    -          Pontarloos : Nous nous entendrons aussi, j’en suis sûr, pour défendre ces trésors.

    -          Danlo : Les défendre ? Contre qui ? Votre gouvernement ?

     

    SAS34.33.jpg

     

    -          Pontarloos : Il est vrai que nos dirigeants, et ceux des peuples voisins plus primitifs, ne tiennent pas la science en grande estime. Elle est source de pouvoir et à ce titre elle leur fait peur. Le village fortifié où je vis et travaille avec mes amis montvilliens est très isolé dans la campagne et il rôde autour de nous des braconniers.

    -          Eva : C’est comme ça que nous les appelons. Ce sont des bandes nomades qui vivent de ce qu’elles trouvent dans le pays. Elles s’intéressent de plus en plus au village.

    -          Danlo : Vous me demandez de défendre le village ? Ou d’attaquer les bandes ? Le royaume a bien des soldats pour s’occuper de ça, non ?

     

    SAS34.34.jpg

     

    -          Pontarloos : L’armée est petite et s’aventure peu en pleine nature, qui fait elle aussi peur à tout le monde. J’ai dû, pour ma sécurité, recruter une milice.

    -          Eva : En fait, Monsieur Hédrone, ce que nous voulons suggérer, ce serait plutôt de déménager à bord du Sasgarion tout ce qui sera utile à nos recherches, et bien sûr toute l’équipe. Certains d’entre nous cependant vivent dans la cité, il faudra aller les chercher.

     

    SAS34.35.jpg

     

    -          Danlo : Je ne voudrais pas créer d’incompréhension avec votre gouvernement. A peine arrivés, nous commencerions à faire un peu ce que nous voulons, à prendre ce qui nous plaît… Monsieur Pontarloos, on peut communiquer avec le village et la cité par radio, n'est-ce pas? 

    -          Pontarloos : Oui, mais nos appareils sont bien moins bons que les vôtres…

    -          Danlo : Mademoiselle Sandra Matizet est ingénieure des communications. Vous voudrez bien, s’il vous plaît, l’aider à nous mettre en relation avec les autorités.

     

     

    SAS34.36.jpg

     

    -          Danlo : C’est donc si urgent que ça ?

    -          Eva : Pontarloos s’inquiète beaucoup de ces bandes, qui sont aussi des mercenaires  travaillant pour d’autres petits royaumes. Mais le danger est réel, surtout à mesure où votre arrivée est connue.

    -          Gélagnac : Danlo, nous avons vraiment besoin du matériel et des compétences qui sont dans ce village. Le Sasgarion est presque opérationnel, c’est une question d’heures. Nous pourrons facilement nous éloigner d’ici.

     

    SAS34.37.jpg

     

    -          Eva : Par ailleurs, Pontarloos se méfie aussi de son propre gouvernement. Et il a raison. Les rapports entre lui et les autorités ne sont pas simples et la crainte d’une menace extérieure pourrait radicaliser ce qui n’était jusque là qu’un conflit d’orgueils. Ce n’est jamais facile d’être entre le marteau et l’enclume, mais au fond, rien ne nous oblige à y rester : Nous sommes des vôtres, nous avons le droit d’être évacués.

    -          Danlo : D’après ce que vous me dites, le Vénérable Pontarloos à l’air de fonctionner plutôt en free lance…

    -        Eva : ...En quoi ?...

    -        Danlo : ...Dans tous les cas, nous devons garantir à ces gens que nous sommes pacifiques et que nous n’allons pas faire de l’ingérence dans leurs affaires. Madame Sasgarion, vous retournez là-bas avec Monsieur Gélagnac, ce soir, en famille. Vous organiserez l’évacuation. Le Colonel Salicorne vous accompagnera avec une équipe de la sécurité. Pendant ce temps, Monsieur Gytring vous affectera des logements à bord.

     

    Fin d'après-midi, dans le village fortifié.

     

    SAS34.38.jpg

     

    P1010014.JPG

     

    SAS34.40.jpg

     

    -          Gélagnac : Vous êtes bien installés, ici.

    -          Eva : oui, mais nous sommes un peu trop reclus. Plusieurs des nôtres ont quitté le village et nous ne sommes plus que 9 à y vivre, avec Pontarloos, ses assistants, la milice et quelques familles de paysans-à-tout-faire.

     

    SAS34.41.jpg

     

    -          Eva : Voici le chef de la milice. Davy Coquette. C’est un aventurier, une véritable légende ici. Un coureur des hautes herbes qui aurait, dit-on, tué une mante religieuse à mains nues quand il était gamin. Il fait aussi des exhibitions de rodéo dans la cité, du rodéo sur des scarabées, ce qui est plus zen…Bonsoir Monsieur Coquette !

     

    SAS34.42.jpg

     

    -          Davy Coquette : Foutre-belette ! Voilà ma grande copine Eva qui s’en revient du futur ! La visite vous a intéressée ?

    -          Eva : Nous avons même décidé d’emménager tout de suite ! Davy, je vous présente Edmond, mon arrière-petit-fils !

    -          Davy Coquette : … ?

     

    SAS34.43.jpg

     

    -          Eva : Et voici le Colonel Salicorne, chef de la Sécurité à bord de la Cité Volante. Il vient vous assister pendant les opérations, pour que nous ne soyons pas dérangés par les braconniers !

    -          Davy Coquette : Les braconniers ? Ah, la bonne blague !

    -          Salicorne : Pourquoi c’est drôle ?...

     

    SAS34.44.jpg

     

    -          Davy Coquette : Mon cher Salicorne, ça s’agite beaucoup dans la pelouse ! Vos gros frelons mécaniques auront peu de temps pour faire le déménagement, à mon avis ! Une belle bagarre se prépare !

    -          Salicorne : J’aimerais mieux pas !

     

    SAS34.45.jpg

     

    -          Gélagnac : Dydrar ? Ce soir, nous allons faire l’inventaire de ce qu’il y a à charger. Il faudrait faire venir deux autres Geckos pour tout faire partir en un seul voyage dès demain matin, ce serait préférable.

    -          Eva : Oui, je pense que 4 appareils suffiront.

    -          Dydrar : Entendu. Un hélicoptère est également en position à l’entrée est du village.

     

    SAS34.46.jpg

     

     _      Les voilà !!

     

     SAS34.47.jpg

     

     SAS34.48.jpg

      

    -          Davy Coquette : Foutre-belette !!

    -          Salicorne : Hein ? 

    -          Davy Coquette : Quand je vous disais que ça s’agitait ! Les guetteurs signalent que nos visiteurs ont mis en batterie un canon d’un calibre inhabituel.

    -          Salicorne : Quels visiteurs ?...

     

    SAS34.49.jpg

     

    -          Lieutenant Gywern : Colonel !... Léandre ! Vous devriez voir ça !

     

    SAS34.50.jpg

     

    -          Gywern : A mon avis, ça ne ressemble pas à une bande de braconniers. C’est l’armée régulière !

    -          Salicorne : Tu crois ? Qu’est-ce que ça veut dire ?

     

    SAS34.72.jpg 

     

    SAS34.73.jpg

     

    SAS34.74.jpg

     

    SAS34.75.jpg

     

    SAS3.71.jpg

     

    -          Pontarloos : Colonel, j’emmène les civils montvilliens dans l’hélicoptère, nous partons à l’abri à bord du Sasgarion. Les familles du village, elles, ont reçu l’ordre de se réfugier dans la combe, de l’autre côté du ruisseau.

    -          Salicorne : Vous pouvez m’expliquer ce qui se passe ?

    -          Pontarloos : Le climat politique est un peu crispé depuis votre arrivée. L’armée royale et les ministres veulent faire pression sur nous mais il ne faut pas céder. Tenez bon et ils vont rapidement voir le juste côté des choses. Il est capital de protéger ce fort et ses installations.

    -          Salicorne : Nous ne sommes pas en guerre !

     

    SAS34.70.jpg

     

    -          Pontarloos : Si, presque. Mais si vous leur faites peur, vous éviterez le pire. Gagnez du temps, c’est essentiel. Bon allez, je vous laisse. Bon courage !

     

    SAS34.77.jpg

     

    SAS34.76.jpg

     

    -          Salicorne : ...Alors, Coquette, vous en pensez quoi ?

    -          Davy Coquette : C’est la plus jolie armée que j’ai jamais vue.

    -          Salicorne : Ce qui m’inquiète, c’est qu’on ne va pas tarder à la voir de près. Vous savez que votre patron vient de se barrer ?...

     

    SAS34.79.jpg

     

    -          Davy Coquette : Vraiment ? Il fait toujours ça. Ce n’est pas la première fois que le roi et lui sont en bisbille. Pontarloos est un peu un Etat dans l’Etat. Le roi le supporte parce qu’il a besoin de lui et qu’il lui fait peur. Mais les choses sont rarement allées aussi loin… Ce qui est nouveau, c’est vous. Le roi a sûrement décidé de saisir votre Cité Volante, alors que l’Honorable Pontarloos voudrait la garder pour lui. Il est très possessif, vous savez... Si l’armée nous attaque vraiment, il va essayer de convaincre vos amis de riposter et de renverser le roi.

    -          Salicorne : Nous ne sommes pas là pour ça !

    -          Davy Coquette : Tout dépend du degré de motivation de Sa Majesté Milka…

     

    SAS34.78.jpg

     

     

    SAS34.51.jpg

     

    SAS34.52.jpg

     

    -          Feuer !!

     

    SAS34.53.jpg

     

    SAS34.54.jpg

     

    SAS34.55.jpg

     

    SAS34.56.jpg

     

    SAS34.57.jpg

     

    -          Pour sûr, c’est un gros canon, Davy ! Et il tire de drôlement loin !

     

    SAS34.49.jpg

     

    -          Salicorne : Maintenant, on la connaît sa motivation. Quoique vous en pensiez, je pars d’ici avec mes hommes ! Nous sommes neutres et tenons à le rester !

    -          Davy Coquette : Il n’y a plus de place pour la neutralité, hélas. Ils vont tenter un assaut. Aidez-moi à le repousser, ça suffira peut-être à calmer le jeu. Prenez position sur le mur nord, je couvre la redoute avec mes hommes.

     

    SAS34.58.jpg

     

    -          Gywern : Unité de Sécurité à Gecko 5. Vous les avez repérés ?

    -          Oui. Je vous envoie les coordonnées pour le réglage du tir. La zone est relativement dégagée.

    -          Salicorne : J’espère que nous ne toucherons personne. Ce serait mal venu pour des neutres…

    -          Gywern : Nous n’avons pas le choix. Ce canon, là-bas, ne fait pas de distinction et nous sommes tous exposés. Gecko 5 va descendre en piqué pour faire fuir les soldats et nous pourrons ensuite ouvrir le feu.

     

     

    SAS34.60.jpg

     

    SAS34.61.jpg

     

    SAS34.59.jpg

     

    SAS34.62.jpg

     

    SAS34.79.jpg

     

    -      Davy Coquette : Joli coup, Colonel ! On est bien parti pour les énerver encore plus ! Au boulot, messieurs. Notre mission : résister et gagner du temps !

    -      Salicorne : Foutu pays...

     

     

    A SUIVRE... L'épisode 35 : La Bataille des Rousses.

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    aa.jpg

     

    ab.jpg

     

    ac-copie-1.jpg

     

    ad.jpg

     

    ae.jpg

     

    af.jpg

     

    ag.jpg

     

    EP4-20.JPG

     

    ah.jpg

     

    En préparation, pour cet épisode, l'improbable adaptation de la bataille de Fort Alamo (sans John Mini-Wayne), transposée au ras du sol et dans le Jura suisse. Plus de 200 figurants peints pour l'occasion, et l'élément principal du décor est construit.

     

    SASG0.jpg

     

    -    Eeeh ! Vous voulez bien arrêter de me coller !

    -    Du calme, les gars, vous n'êtes pas encore secs.

     

    AVANT

     

    SASG1.jpg

     

     

    APRES

     

    SASG2.jpg

     

    SASG3

     

    SASG4.jpg

     

    SASG5.jpg

     

    SASG6.jpg

     

    (construit le 11 novembre)

     

    SASG7.jpg

     

    Bien sûr, il fallait un héros pour symboliser la défense courageuse de ce fort. Pourquoi pas... Davy Coquette ?

     

    SASG8

     

    SASG9.jpg

     

    SASR.jpg

     

    SAST.jpg

     

    SASU.jpg

     

    SASV.jpg

     

    SAS35.TT.jpg

     

    SAS35.UU.jpg

     

    SAS34.76

     

    SAS35.11

     

    SAS35.17

     

    SAS35.21

     

    SAS35.22

     

    SAS34.62

     

    SAS35.46

     

    SAS35.43

     

    SAS35.55

     

    SAS35.FF0

     

    Bientôt, dans les épisodes 34 et 35

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires