• EPISODE 6

     

    Le siège des délégations étrangères installées à Katapigone est en bonne voie, le situation dégénère à souhait.

    Tant qu'ils le peuvent encore, Dimitri Ilparoski l'Hédonien et Bulotricia d'Argousiers l'Orchidienne batifolent dans la nature, tout à la joie des retrouvailles.

    Mais un triste devoir va bientôt appeler le colonel de l'armée impériale. 

     

     

    GASON6-1-copie-1.jpg

     

    Dimitri, emporté par un élan de romantisme, n'hésite pas à donner de sa personne pour tracer l'émouvant sabloglyphe de leurs iniiales.

     

    GASON6-2-copie-1.jpg

     

    Mais le sol est légèrement en pente et Dimitri, toujours emporté par son élan, commence à avoir la tête qui tourne et à voir des petites étoiles.

     

    GASON6-3-copie-1.jpg

     

     

    GASON6-50.jpg

     

    -      Gason : La présence de forces armées étrangères sur notre sol, et dans Katapigone même, pose problème. Votre douceur diplomatique ne dissimule pas la noirceur des projets de vos gouvernements respectifs. Il est avéré que vous avez, sous couvert d'une action humanitaire internationale, favorisé l'installation des Reulous à l'extrême nord du jardin, aux frontières de l'Orchide. L'effet bien prévisible a été de déstabiliser un bref moment le royaume, avant que les choses soient remis en ordre l'autre nuit. Je suis consterné par cette incursion qui a été le fruit d'une trahison interne et de complicités externes.

    Et je suis navré d'avoir été obligé d'affirmer l'indépendance de l'Orchide par la force.  J'ignore pourquoi mon pays vous inquiète tant, ni quelles convoitises il peut bien exciter. Mais ces manoeuvres sont déplacées et elles doivent cesser. Messieurs, vous êtes invités à quitter le quartier actuel des délégations dans les 24 heures, en attendant que la situation soit clarifiée et qu'un nouveau site soit aménagé à notre frontière avec l'Eléborance. Pour l'instant, les échéances ne sont pas fixées, mais j'espère que ces complications seront de courte durée, pour le bien profond des relations entre nos Etats.

     

     

     

    Hôtel de l'Oyat d'Or 

     

     

    GASON6-72.jpg

     

    -      L'ambassadeur howlak : Alors nous allons être obligés de suspendre toutes nos activités diplomatiques et commerciales sur le seul fait du prince et "pour le bien profond des relations entre nos Etats" !

    -      L'ambassadeur montvillien : "Bien profond", c'est le cas de le dire... Mais si nos estimés confrères d'Howlakie et d'Hédonie n'avaient pas misé en free lance sur le mauvais cheval, nous n'en serions pas là ! Un coup d'état mené avec l'appui des barbares Reulous n'avait aucune chance de réussite. Gason a l'amour et le soutien du peuple et ceux de l'armée. Et la sanction tombe : disgrâce pour tous ! Nous voulions apprivoiser l'Orchide et c'est elle qui nous renvoie à la niche !

    -      L'ambassadeur casteignan : Je constate qu'il se dégage un remarquable et inhabituel consensus sur cette question : sept voix pour le départ, c'est sept voix qui parlent d'une seule et c'est à noter dans les annales... Le royaume de Casteigne, pour sa part, est d'avis de rester. 

    -      L'ambassadeur beljamien : Quelle est cette folie ?

    -      L'ambassadeur howlak : Qu'avez-vous donc en tête ? Attendre de vous faire expulser par la force pour créer un casus belli ?

     

     

    GASON6-73.jpg

     

    -      L'ambassadeur casteignan : Seule, la Casteigne n'aurait aucune chance de montrer efficacement les dents. Nous sommes là parce que nous avons été invités dans la cadre d'une coopération conjointe et équilibrée. L'Orchide est encore assez primitive. La quitter maintenant, c'est abandonner un espace de neutralité et un potentiel économique qui sont à la fois un gage de modernité pour ce pays et une chance de travail en commun entre notre Etats. On peut forcer la main du roi et lui répondre avec la même fermeté, tout en exprimant des regrets sincères pour ce qui s'est passé. Mais il convient de rester unis, au moins pour ce qui concernent les délégations qui sont à la fois armées et ont des intérêts économiques à une colonisation du Nord. Ce qui exclut naturellement la Beljamique et Arrochelle, pays neutres dans tous nos conflits, les petits pays qui ne sont pas représentés ici...

    -      L'ambassadeur éléboranais : ...Et l'Eléborance, alliée de l'Orchide, mais qui est aussi son seul partenaire naturellement privilégié.

    -      L'ambassadeur hédonien : Ha ! Ha ! Jusqu'à quand ?!

     

     

    GASON6-74.jpg

     

      -      L'ambassadeur montvillien : Il est certain que nous ne pouvons pas quitter la scène en laissant la porte ouverte à toute les perturbations susceptibles d'ébranler et de transformer les territoires du Nord à notre insu. Si l'Orchide veut être admise au sein du Comité des Mini-Nations, elle doit supporter de se moderniser vite ! Même s'il faut la guider un peu contre son gré, sans que cette prérogatiove soit laissée à un seul gouvernement. En bref, si la Casteigne reste parce qu'elle pense que ça sert à quelque chose, la Montvillange reste aussi !

    -      L'ambassadeur hédonien : Idem pour l'Empire hédonien, Messieurs ! D'ailleurs, nous disposons du plus fort contingent. Vous ne pouvez pas vous en passer si les choses tournent au vinaigre.

    -      L'ambassadeur beljamien : Si vous parlez de mettre le quartier des délégations en état de siège, c'est hors de question ! Nous partons dès ce soir !

    -     L'ambassadeur howlak : La République d'Howlakie est d'accord, je vous l'affirme, pour tenter ce pari un peu fou et joindre ses troupes à celles des autres délégations. Mais qui risque de nous assailir ? Le peuple ? L'armée ? Là, ce serait une vraie déclaration de guerre ! Mais le quartier d'affaires est-il seulement défendable ? Demandons l'avis des militaires !

     

     

    GASON6-59.jpg

     

    -      L'ambassadeur hédonien : Ils ont l'air de bien s'entendre, ça rigole bien ici...

    -      L'ambassadeur casteignan : Pensez donc ! Ils ont tous combattu les uns contre les autres au moins une fois : ils se racontent leurs meilleures anecdotes de guerre !

     

     

    GASON6-60.jpg

     

    -       L'ambassadeur casteignan : Messieurs les officiers, je vous informe que la Casteigne, l'Hédonie, la Montvillange et l'Howlakie ont décidé de maintenir leur ambassade à Katapigone. Vu le climat hostile qui prévaut, cela concerne aussi les troupes qui assurent la sécurité de ces délégations. Il est à craindre une radicalisation forte. En clair, si nous restons, nous serons en état de guerre. Nos questions sont celles-ci : 1 : Pouvez-vous faire croire aux Orchidiens que nous sommes assez forts pour ne pas avoir à nous défendre ? ; 2 : Pouvez-vous assurer notre défense si les Orchidiens ne nous croient pas ?

      -      L'officier casteignan : Messieurs, le Colonel Dimitri Ilparoski, de l'armée impériale hédonienne, est le plus haut gradé de notre groupe. Nous pensons que le commandement des opérations conjointes lui revient de fait.

    -      L'ambassadeur casteignan : Dans le souci que j'ai d'instaurer une ambiance légère et apaisée et une franche collaboration avec l'ennemi héréditaire, la Casteigne y consent ! Nous vous écoutons, Colonel Ilparoski. 

     

     

    GASON6-61.jpg

     

    -      Colonel Ilparoski : Euh, nos conclusions sont moins légères, Votre Excellence. En bref, il est impossible de défendre le quartier des délégations dans sa configuration actuelle avec... Combien ça nous fait du coup ?... 

    -      L'officier casteignan : Maintenant, 145. Mais ça nous fait pas gagner grand-chose...  

    -      Colonel Ilparoski : ...Avec 145 hommes et quelques canons légers. A moins d'évacuer le secteur des entrepôts, après les avoir vidés de ce qui peut être utile, et de fortifier les rues qui sont à l'ouest et le long du lac. Ensuite, on se débrouillera, si nous sommes attaqués, mais... ça dépendra par qui et avec quels moyens... Donc, nous sommes défavorables à cette entreprise, mais nous restons aux ordres de Vos Excellences.  Juste un petit détail... Nous allons installer un rapport de force avec Gason pour lui couper l'herbe sous le pied et le ramener à la table des négociations. Cela suppose un soutien actif de nos gouvernements, et l'envoi de renforts si nous sommes attaqués. Or, les seules voies d'accès possibles sont par l'Eléborance ou par Arrochelle... Autant dire qu'elles sont impossibles. A moins de faire le grand tour par le Nord du Jardin... Combien de temps ça prendra, là est la question...

     

     

    Dans les heures qui suivent, les militaires organisent la protection du quartier. Le message au roi Gason est clair : Les étrangers sont là par la volonté du pognon, ils n'en partiront qu'à la force des épées. 

     

     

    GASON6-37.jpg 

     

    GASON6-38.jpg

     

    GASON6-39.jpg

     

    GASON6-40.jpg

     

    -      L'ambassadeur Casteignan : Du sucre ?...

    -      Dimitri : Les Howlaks ont monté ce rempart en moins d'une heure avec ce que nous avons pu récupérer des entrepôts.

     

     

    GASON6-41.jpg

     

    -      L'ambassadeur Casteignan : ...Mouais... Pourvu qu'il ne pleuve pas...

    -      Dimitri : Une partie du contingent hédonien sera affecté à ce mur avec les Howlaks. Le reste défendra l'entrée de l'avenue avec les montvilliens. Les Casteignans se chargeront de fortifier le secteur des banques et des résidences, qui sera notre position de repli.

     

     

    GASON6-42.jpg

     

     

    Ordre est donné aux civils de se mettre à l'abri dans la zone de défense.

     

     

    GASON6-5.jpg

     

    GASON6-4.jpg

     

    GASON6-6.jpg

     

    GASON6-7.jpg

     

    GASON6-9.jpg

     

    GASON6-8.jpg

     

     

    Dimitri Ilparoski s'attend à ce que les orchidiens viennent tester la motivation des alliés. Il n'attend pas très longtemps... 

     

     

    GASON6-10.jpg

     

    -      Les voilà !

     

     

    GASON6-11.jpg

     

    GASON6-12.jpg

     

    GASON6-13.jpg

     

    GASON6-14.jpg

     

    GASON6-15.jpg

     

    GASON6-16.jpg

     

    GASON6-17.jpg

     

    -      L'ambassadeur casteignan : Félicitations, Messieurs ! Ils savent maintenant à quoi ils se frottent ! Et les choses sont bien claires...

    -      Dimitri : Ce n'était qu'une escarmouche, Votre Ecxellence. Ils vont revenir en force demain.

     

     

    Bulotricia s'était retrouvée du mauvais côté des murs lors de l'attaque. Les diplomates décident de la garder avec eux en tant qu'invitée et relais d'opinion entre eux et le roi... Et non comme prisonnière, du tout-du tout... De sa propre initiative, elle se rend utile à l'infirmerie.  

     

     

    GASON6-79.jpg

     

     

    Pendant ce temps, Gason cherche de l'aide...

     

     

    GASON6-62.jpg

     

    -      Gason : ...5 ...9 ...9 ...0 ...1...

    -      Le favori : Point trop vite, Mon Seigneur, point trop vite !

     

     

    GASON6-75.jpg

     

    -      Gason : Bonjour, ici le roi Gason Premier d'Orchide, dans la Réalité numéro 75. Pourrais-je parler à Maître Antonitali, s'il vous plaît ?

    -      La secrétaire : Je suis désolée, arf, si vous saviez, Monsieur ! Il est en déplacement, une mission je sais-pas-où, dans le Sud, je crois, enfin il a laissé un message avant-hier en disant "On dirait le Sud", mais depuis, je n'ai plus de nouvelles !! Le téléphone n'arrête pas de sonner, ici, c'est un foutoir pas possible, le Cristal d'Observation des Mondes s'est roulé en boule, je suis entourée de granules mais je ne sais plus lesquelles il faut prendre... Au secours !

     

     

    GASON6-76.jpg

     

    -      Gason : ...Euh... Pouvez-vous me passer son assistant, Pippot ?

    -      La secrétaire : Il... Il est très occupé, là... Rappelez plus tard !!

     

     

    Comme prévu, les Orchidiens attaquent de nouveau le lendemain. Cette fois en nombre et sur plusieurs fronts.

     

     

    GASON6-18.jpg

     

    GASON6-19.jpg

     

    GASON6-20.jpg

     

    GASON6-21.jpg

     

    -      Dimitri : Ne reste pas là !!

    -      Bulotricia : Quelle catastrophe ! MAIS QUELLE CATASTROPHE !! FAIS QUELQUE CHOSE !!

    -      Dimitri : C'est fait, j'ai donné l'ordre de repli ! Viens !

     

     

    GASON6-22.jpg

     

    GASON6-23.jpg

     

    GASON6-24.jpg

     

    GASON6-25.jpg

     

    GASON6-26.jpg

     

    GASON6-27.jpg

     

    GASON6-28.jpg

     

    -      Dimitri : La position n'est plus tenable. Faites évacuer tout le monde vers la base de repli. Je vais voir sur le mur ouest comment les choses se présentent.

    -      L'officier casteignan : Attendez, il me semble que nous pouvons les arrêter ici, Mon Colonel ! Cette redoute est solide, on ne peut pas la livrer comme ça !

    -      Dimitri : Nous avons besoin du maximum de monde pour protéger le centre du dispositif. Que ferez-vous quand les Orchidiens amèneront leurs canons au bout de cette avenue? Que croyez-vous qu'il restera de votre redoute en paille ? Abandonnez la place, Capitaine ! Les Orchidiens se défouleront dessus, ça leur donnera un os à ronger pendant que nous ferons des choses utiles ailleurs.

    -      L'officier : Bien, Mon Colonel...

     

     

    GASON6-43.jpg

     

    -      L'officier hédonien : Ah ! Colonel ! Nous avons un sérieux problème !

    -      Dimitri : Un seul ? Lequel ?

     

     

    GASON6-44.jpg

     

    SPLASCHHHH !!!

     

    -      L'officier : Celui-là ! Ces sagouins ont un canon à eau. Ils tentent de dissoudre le mur. Vite, une serviette pour le Colonel !! 

     

     

    GASON6-45.jpg

     

    -      Dimitri : Combien sont-ils en face ?

    -      L'officier : Je dirais deux cents. Et nous, deux douzaines. Mais les Howlaks refusent de se replier ! Cela dit, nous avons de quoi décourager les Orchdiens, et avec un peu de tenacité...

    -      Dimitri : Les Howlaks feront bien ce qu'on leur dit de faire, et vous aussi. Dès que le mur tombera, vous ferez mouvement vers la batterie du lieutenant Algue-des-Mollières qui couvrira votre retraite.

     

     

    GASON6-46.jpg

     

    GASON6-47.jpg

     

    GASON6-48.jpg

     

    GASON6-49.jpg

     

    -      Dimitri : En arrière !! En arrière !! 

     

    Le soir de ce deuxième jour du siège, les orchidiens sont déjà maîtres de la moitié du quartier des délégations. Ils laissent éclater leur joie en détruisant les ambassades.

     

     

    GASON6-29.jpg

     

    GASON6-30.jpg

     

    GASON6-31.jpg

     

    GASON6-32.jpg

     

    GASON6-33.jpg

     

    GASON6-34.jpg

     

    GASON6-35.jpg

     

    GASON6-36.jpg

     

     

    Beaucoup d'habitants de Katapigone, effrayés par l'incendie, croient revivre le désastre de l'invasion barbare.

    Le roi et ses plus fidèles conseillers ne semblent plus avoir le contrôle des événements...

     

     

    1094003_575974595775109_1581993342_o.jpg

     

    1048705_575974722441763_1243658041_o.jpg

     

    1093806_575973939108508_747161275_o.jpg

     

    Il assistent, affligés, au spectacle de ce qui est peut-être la nouvelle chute de l'Orchide...

     

     

    1097170_575974295775139_959888829_o.jpg

     

     

    Et le siège se poursuit. Les alliés tiennent bon, mais tout commence à leur manquer. Un nouveau matin se lève.

     

     

    GASON6-63.jpg

     

    -      Bulotricia : Quelle tristesse... Voilà presque deux jours et demi que ça dure, 55 heures déjà... Comment sortir de tout ceci ?

    -      Dimitri : Nous pouvons tenir encore plusieurs jours, mais la fin est inévitable et elle sera dure. Les Orchidiens sont proches de la victoire totale, ils le savent. Et les nouvelles politiques ne sont pas bonnes non plus. Mais là, il y a sans doute une opportunité pour ton pays, et aussi pour les assiégés...

    -      Bulotricia : J'y pensais. Dimitri, il faut qu'on aille voir le roi tous les deux ! Tu dois lui parler, le persuader de ne pas laisser la bataille finir comme elle est supposée finir ! Viens avec moi, je connais un souterrain qui mène au palais !

     

     

    GASON6-64.jpg

     

    -      Dimitri : Ah ? Cétait là ? Tu sais, moi, les souterrains, c'est pas trop mon truc... Je suis claustrophobe.

    -      Bulotricia : T'inquiète. Là, ça devrait le faire... 

     

     

    GASON6-65.jpg

     

     

     

    GASON6-77.jpg

     

    -      Gason : Les choses seront bientôt réglées... Le quartier des ambassades et ses habitants vont être liquidés sous peu. Yadêmokyblès peut se réjouir, il va avoir son triomphe sur les étrangers. L'honneur sera sauf ! Nous nous sentirons dignes, l'espace d'un court moment d'euphorie ! Mais ensuite ?... Au moins, nous ne combattons QUE quatre nations... Les autres ont quitté la ville dès que j'ai lancé l'ultimatum.

    -      Chantalladçouss : Ne nous y trompons pas, mon neveu... Leurs gouvernements ne sont pas moins cupides que les autres, ils sont juste moins forts. Eux aussi auront un choix à faire, car il semble que le poison de la division menace déjà nos adversaires d'aujourd'hui. Le balancier de l'Histoire ne devrait pas tarder à repartir du bon côté...

     

     

    GASON6-51.jpg

     

    -      Bulotricia : Votre Majesté ! Nous devons vous parler !

    -      Gason : Vous, Madame ?! Et avec le Colonel Ilparoski ? Vous venez offrir votre capitulation ?

    -      Dimitri : Non, je suis venu en cachette, Votre Majesté ! Pas pour capituler, mais pour vous demander de faire grâce aux assiégés, en déposant vous-même les armes avant l'acte horrible et final de cette tragédie !    

     

     

    GASON6-52.jpg

     

    -      Gason : En cachette. Et vous êtes le commandant des forces alliées. Et en plus, vous me demandez à moi de me rendre alors que vous êtes à deux doigts d'être écrasés comme les coquillages blanchis au soleil le sont par les pieds prolétaires et lourdauds des estivants qui envahissent les plages berckoises aux beaux jours... Vous avez du courage, Monsieur. Et vous avez habilement défendu vos positions. Mais les ambassadeurs ont conspiré contre mon pays, ils doivent être châtiés pour ça !

    -      Dimitri : Qui allez-vous châtier ? Quelques centaines de pékins qu'on a placé ici comme des pions ?... Ils peuvent facilement être sacrifiés par les gouvernements qui n'attendent qu'une belle erreur de votre part, pour meutrir encore plus votre pays et l'asservir.

    -      Bulotricia : Chaque fois que c'était possible, le Colonel a fait replier ses hommes pour écourter les combats et épargner de nombreuses vies. Nous voulions gagner du temps, Votre Majesté. Il ne s'agit pas de vous rendre, mais de faire un geste grand et généreux, un geste royal. Accordez le pardon aux étrangers et faites cesser le combat pour leur offrir une reddition honorable et une retraite digne. Et laissez-les partir librement. Mettez la paix et le respect au-dessus de la violence et de la fierté. Ainsi, le pays évitera la vengeance des nations et une guerre épuisante. Vous serez en meilleure position pour discuter avec tout le monde parce qu'on vous craindra et on vous respectera. Déclarez aussi l'Orchide pays neutre et proposez aux autres nations d'y organiser les conférences internationales de paix. Avant tout, calmez le peuple et reprenez les commandes du jeu...

     

     

    GASON6-53.jpg

     

    -      Dimitri : Le temps joue en votre faveur. Au sud du jardin, le ton monte entre l'Empire hédonien et la Montvillange d'un côté et la Casteigne, la Dunisie et l'Howlakie de l'autre. L'Eléborance s'apprête à envahir la Gravière pour attaquer le Mahoning. La Beljamique et l'Opalogne seront au coeur de la zone de conflit. Arrochelle, Tourbières, Etangon et la Rumonaquie veulent former un troisième groupe. Aujourd'hui, nous nous battons ici tous ensemble, mais cette belle unité va vite voler en éclats. Tous les pays sont d'une manière ou d'une autre impliqués par le jeu des alliances. Tous sauf le vôtre...

    -      Gason : ...Je vois tout ce qu'il y a de sensé dans ce que vous me dites... Nous pouvons sortir par le haut d'un drame sanglant qui aura duré 55 heures pour rien. Je suis responsable de ces 55 heures... Oui, je vais faire ce geste, Colonel, Madame... Et pour apaiser le courroux des mini-nations, je vais mettrre quelque chose de plus dans la balance : Moi ! Que l'on prépare ma voiture ! Attendez-moi là, mes amis, vous allez être surpris...

     

     

    GASON6-54.jpg

     

    LA CHANSON DU ROI GASON (d'après "Je suis venu te dire que je m'en vais", Serge Gainsbourg)

     

    Je suis venu vous dire que je m'en vais

    La couronne me pèse, je vous la rendrai

    Je suis venu vous dire de faire la paix

    Pour l'honneur et la gloire, il le faut, je le fais 

     

    GASON6-55.jpg

     

    Je suis venu vous dire merci et à jamais

    Et ce n'est pas peu dire que j'y croyais

    Déposez les armes et défaites les lanières

    En souvenir des défaites et misères d'hier

     

    GASON6-56.jpg

     

    Il m'en faudra bien du temps,

    Et être fort

    Pour marcher seul face au vent

    Sur le sable mou de  

    Mes remords

     

    Et je quittte mon palais

    Faites-en ce qui vous plaît

    Il n'a guère plus de sens

    Qu'au temps de son absence

     

    GASON6-57.jpg

     

    Je suis venu vous dire que je m'en vais

    Au nom de vous-mêmes, oui, faites donc la paix

    Ne détruisez plus rien, ne brûlez plus

    Laissez partir l'ennemi, ouvrez-lui nos rues 

     

     

    GASON6-58.jpg

     

    Je suis venu vous dire que j'ai échoué

    Que l'Orchide fait peine à regarder

    Je suis venu vous dire que la paix est là

    Et ne discutez pas, c'est là mon choix

     

    J'aurais voulu savoir

    Par bonheur

    Comment éviter l'autre soir

    De si graves erreurs...

     

     

    GASON6-66.jpg

     

    Ce n'était pas pour moi 

    Le pouvoir, j'en veux pas

    Veni, Vidi, Mutavi

    Et je me dis "Vis ta vie"...

     

     

    GASON6-68.jpg

     

    -      Les soldats :

    La la la la la la

    la la la la

    La la la la la la

    la la la la

     

     

    GASON6-67.jpg

     

    Les soldats étrangers sont interloqués par ce défilé royal. Tout le monde court aux barricades. Mais l'agitation qui règne dans les deux camps n'a déjà plus un goût de guerre...

     

     

    GASON6-69.jpg

     

    Le général Yadêmokyblès ne peut faire autrement que de se conformer à la décision de son frère. Il reccueille la reddition des alliés en leur garantissant la libre sortie du pays.

     

     

    GASON6-70.jpg

     

    -      Gason : Le magicien ?! Vous êtes donc revenu ?

    -      Antonitali : Je ne suis jamais bien loin, sauf pour Pippot et ma secrétaire... Gason, je n'ai qu'une seule chose à vous dire : Restez. Quoiqu'il arrive, soyez là ! Allez, les gens, tous avec moi ! Vive le roi !!

     

     

    GASON6-71.jpg

     

    -      Vive le roi !! Vive le roi !! Vive le roi !!Iive le roi !!

     

     

    Et le roi Gason révise son jugement et décide de rester. Sa mission : Ne jamais trop se décourager et rendre le doux pays d'Orchide plus beau et plus fort.

     

    Mais en attendant,on ne songe qu'à célébrer la fin de ces terribles journées de la façon la plus digne qui soit !

     

     

    GASON6-78-copie-1.jpg

     

    0000000.jpg

     

     

    Et comme prévu, dans la semaine qui suit, l'Empire Hédonien et le Royaume de Casteigne ouvrent le bal des hostilités qui va faire entrer dans la danse toutes les mini-nations civilisées du Sud du Jardin.

     

    GASON6-80.jpg

     

    GASON6-81.jpg

     

    GASON6-82.jpg

     

    GASON6-83.jpg

     

     

    Quant au Colonel Dimitri Ilparoski, personne ne saura jamais quel double jeu il a joué dans cette crise, par amour pour Bulotricia. Reconnu comme un héros en Hédonie pour l'efficacité de la résistance des délégations et un habile compromis de cessez-le-feu, il est aussi admis parmi les proches du roi Gason. Le voilà même qui sympathise avec son adversaire, le général Yadêmokyblès.

     

     

    GASON6-84.jpg

     

    Il se voit offrir une maison en Orchide et la charge de représentant permanent de l'Empire auprès du roi. Un chef d'Etat qui choisit lui-même les ambassadeurs étrangers en poste dans son pays, c'est une grande innovation...

     

    Et la vie suit son cours dans ce grand jardin situé près de Berck-sur-Mer, où prospère en secret un mini-monde au moins aussi agité que le grand...

     

     


    FIN


    votre commentaire
  •  

     

    Proclamé roi d'Orchide par l'armée et le peuple, Gason Authienoüs veut redonner un peu de grandeur et de bling bling à l'Orchide en plein renouveau. Il lance la construction d'un nouveau palais.

     

    DSCN2656--1280x960-.jpg

     

    DSCN2658--1280x960-.jpg

     

    La douce Orchide renaît peu à peu. Le peuple reprend confiance en l'avenir, le pays se réveille.

     

     

    GASON5-30.jpg

     

    GASON5-31.jpg

     

     

    Gason Premier s'est entouré de personnes fiables et sages. Il a aussi fait entrer dans son gouvernement des proches, ce qui lui sera reproché plus tard... Enfin, pas plus tard que le jour même de leur nomination. Parmi eux, son frère, l'intrépide Yadêmokyblès, surnommé "Le mini-Lion Noir du Potager", bombardé Général en chef des Légions.

     

     

    GASON5-32.jpg

     

     

    Mais ce qui reste en travers de la gorge de certains membres de la haute noblesse, c'est que le jeune roi a très peu sollicité cette catégorie socio-professionnelle. Au Sénat, les plus virulents de ces frustrés font entendre leur voix.

     

     

    GASON5-33.jpg

     

    GASON5-34.jpg

     

    -      Le sénateur Pourlecabl-Jêprynoos : Citoyens, Honorable Assemblée ! Depuis que le jeune Gason Authienoüs s'est cru déposé sur un trône imaginaire par la magie des vents divins, il s'est clairement pris un melon d'enfer. Cela pourrait être juste attendrissant et drôle si sa politique, parce que figurez-vous qu'il en a une, ne représentait un réel danger pour l'Orchide ! 

     

     

    GASON5-35.jpg

     

    -      Le sénateur Pourleucabl-Jêprynoos : Il entend, au nom de la modernité, ouvrir notre pays à nos puissants voisins du sud du Jardin. Ceux-ci ont flairé la bonne affaire et au prétexte d'un illusoire partenariat équilibré, ils nous envahissent et pervertissent notre société ! Ils pillent le pays ! Laisserons-nous l'Orchide se faire grignoter et digérer par ces étrangers ? Notre devoir, en temps que représentants de la haute noblesse, celle qui a mission de défendre le pays, est d'être vigilants et prêts à offrir une alternative crédible !

     

     

    Quelques mois plus tard, Gason Premier voit avec satisfaction l'Orchide rebondir et se renforcer. Le Palais-Neuf est prêt à accueillir la Cour. Il symbolise la nouvelle floraison d'un pays fort meurtri il n'y a pas si longtemps...

     

     

    GASON5-1.jpg

     

    GASON5-2.jpg

     

    GASON5-3.jpg

     

    GASON5-4.jpg

     

    GASON5-5.jpg

     

    GASON5-6.jpg

     

    GASON5-7.jpg

     

    GASON5-8.jpg

     

    GASON5-9.jpg

     

    GASON5-10.jpg

     

    GASON5-11.jpg

     

     

    Le soir de l'inauguration, le roi met en scène le serment d'honneur et de fidélité des commandants des Quatre Légions d'Orchide.  On murmure que, en effet, il s'est bien pris un melon de taille XL... Gason a surtout compris l'importance de la communication, des cérémonies et du décorum institutionnel pour faire la promotion de sa politique.   

     

     

    GASON5-12.jpg

     

    GASON5-13.jpg

     

    GASON5-14.jpg

     

    GASON5-15.jpg

     

    GASON5-16.jpg

     

    -      Le maître de cérémonie : Debout, fière et douce Orchide, relève-toi et salue le rayonnement nouveau de l'astre du jour ! Grâce et hommage soient rendus au roi Gason ! Gloire à Gason Premier d'Orchide !

     

     

    GASON5-17.jpg

     

    GASON5-18.jpg

     

    -      Le maître de cérémonie : Nous marchons dans tes pas avec joie, Ô Gason ! Gloire à celui qui nous a rendu la confiance... et la lumière !

     

     

    GASON5-19.jpg

     

    (et au mot "lumière", les flammes jaillissent comme par enchantement. En vérité, c'est l'oeuvre de grouillots habilement dissimulés et bien coordonnés)

     

    GASON5-20.jpg

     

    GASON5-21.jpg

     

    GASON5-22.jpg

     

    GASON5-23.jpg

     

    GASON5-24.jpg

     

    GASON5-25.jpg

     

    GASON5-26.jpg

     

    GASON5-27.jpg

     

    GASON5-28.jpg

     

    GASON5-29.jpg

     

     

    Le roi ne fait pas que communiquer. De vraies relations commerciales ont été établies avec les Etats du sud du Jardin qui abrite le monde miniature, qui s'intéressaient peu jusque là aux régions du nord, jugées un peu floues et barbares. Pour conduire son programme économique, il a nommé la Comtesse Bulotricia d'Argousiers.

     

     

    GASON5-56.jpg 

     

    C'est une ressortissante de la haute noblesse, histoire de calmer les grognements du Sénat, mais surtout une jeune mini-personne assez rebelle à son milieu, une intellectuelle curieuse et aventurière, qui a beaucoup voyagé. Elle a en particulier séjourné plusieurs fois en Hédonie et en Casteigne, où se prirent les premiers contacts les plus utiles en vue d'un accord de co-développement avec certains Etats du Sud.

     

     

    GASON5-57.jpg

     

     

    Assez rapidement, les premiers signes concrets de cette coopération apparaissent. A commencer par le chemin de fer, la clé de voûte des futurs échanges commerciaux. 

     

     

    GASON5-72.jpg

     

     

    Mais si les craintes du Sénat sont sans doute exagérées, elles ne sont cependant pas infondées. De réelles motivations colonisatrices existent chez certains investisseurs étrangers. Dès leur arrivée, ils surent charmer et fidéliser le peuple d'Orchide en lui fournissant généreusement des produits courants dans le Sud, importés de la maison des Grands. Les Orchidiens manifestèrent surtout un amour spontané et violent pour les sucreries dont ils avaient longtemps été privés.  

     

     

    GASON5-73.jpg

     

    Chaque livraison déclenchait la liesse populaire. Les convois de fraises tagada durent être protégés par des soldats étrangers pour les soustraire à cette passion dévorante du peuple qui apprenait la gourmandise.

     

     

    GASON5-36.jpg

     

    On se livrait en groupe à la consommation hypnotique de ces friandises dans les thermes publics, devenus des tagadaseries. Ces établissements avaient une sinistre réputation auprès de ceux qui voulaient rester le coeur et le foie purs, et ils étaient un objets de mépris et de moqueries dans les sociétés voisines dites civilisées.

     

     

    GASON5-37.jpg

     

    La société orchidienne fut mise sous l'emprise de cette drogue, habilement entretenue par les puissances étrangères. Les gens devinrent paresseux et soupe-au-lait, dépourvus de toute autre envie ou perspective. Une image gluante et sordide de décadence et destruction se dégageait de tout ceci. La tagadaïnomanie allait-elle réussir là où les Reulous avaient échoué ?

     

     

    GASON5-38.jpg

     

    Pendant ce temps, juste derrière le mur et tapis dans la vapeur, ceux qui s'estiment les plus lucides, se reconnaissent et conspirent. 

     

     

    Katapigone - Le quartier des délégations étrangères.

     

     

    GASON5-66.jpg

     

    Presque au coeur de la cité, à quelques dizaines de centimètres du palais royal, un peu plus de trois-cents étrangers venus de onze mini-nations mènent dans ce quartier une vie très active. Mais pour la moitié d'entre eux, ce sont des militaires. D'ailleurs, leur nombre, comme la qualité de leur armement, est une autre source d'émoi pour les sénateurs...

    Hommes d'affaire, commerçants, banquiers, aventuriers, parfois avec leur famille, toute une faune opportuniste et d'inspiration néo-libérale peuple cet espace spécialement dédié, selon les termes d'une concession négociée entre l'Orchide et les puissances invitées. 

     

     

    GASON5-67

     

    GASON5-68.jpg

     

    GASON5-69.jpg

     

    GASON5-70.jpg

     

    Un nouveau venu découvre Katapigone : Dimitri Ilparoski, colonel dans l'armée impériale hédonienne. Il vient prendre ses fonctions de commandant des forces de sécurité de l'ambassade.

     

     

    GASON5-71.jpg

     

     

    Hôtel de l'Oyat d'Or

     

     

    GASON5-58.jpg

     

    GASON5-59.jpg

     

    -      L'ambassadeur hédonien : Ah, Colonel, vous voilà déjà ! malheureusement, je dois m'éclipser, je suis attendu pour une audience avec le roi. Vous avez tout le temps de vous installer, nous causerons ce soir, cher ami. Soyez le bienvenu en Orchide !

    -      Dimitri Ilparoski : Merci, Votre Excellence. J'ai hâte de me mettre au travail !

     

     

    GASON5-60.jpg

     

    -      L'ambassadeur hédonien : Il me semble que vous connaissez déjà Madame la Comtesse d'Argousiers, ministre du roi. Je vous laisse en sa compagnie. Madame, prenez bien soin de notre précieux ami ! Si vous vouliez lui enseignez les usages de ce pays, je vous en rendrais mille grâces.

    -      Bulotricia d'Argousiers : Votre compagnie en vaut déjà deux mille, cher ami.

     

     

    GASON5-61.jpg

     

    En effet, Bulotricia et Dimitri se connaissent bien...

     

     

    GASON5-62.jpg

     

    GASON5-63.jpg

     

    GASON5-64.jpg

     

    -      Dimitri : J'étais si impatient de te retrouver !

    -      Bulotricia : Mais c'est la politique qui nous fait nous retrouver plus tôt que prévu, avant mon séjour à Sablonique... Pourquoi les gouvernements envoient-ils toujours plus de soldats et d'armes ici ? Parce qu'ils en veulent toujours plus. Parce qu'ils ont peur que les Orchidiens cessent d'être indolents et dociles... Mon cher amour... En somme, je travaille pour la paix, mais tu viens préparer la guerre...

    -      Dimitri : Oh, ça ne me plaît pas plus qu'à toi. Mais l'Hédonie risque d'avoir bientôt d'autres chats à fouetter avec la Casteigne et l'Eléborance, les relations sont assez tendues... La guerre ici, on fera tout pour l'éviter...

     

     

    GASON5-65.jpg

     

    -      Bulotricia : Ah ? Tu feras tout pour éviter d'obéir aux ordres ?

    -      Dimitri : ...  

     

     

    Le soir même, le roi reçoit plusieurs ambassadeurs. Il sait bien qu'ils sont missionnés pour autre chose que de la politesse. Gason commence lui aussi à s'agacer de les voir demander toujours plus de droits, de privilèges et d'exceptions. Mais il tient à laisser toute sa chance à la diplomatie. Il pense encore que c'est l'intérêt de son royaume...

     

     

    GASON5-39.jpg

     

    GASON5-40.jpg

     

    GASON5-41.jpg

     

    GASON5-42.jpg

     

    GASON5-43.jpg

     

    GASON5-44.jpg

     

    GASON5-45.jpg

     

    GASON5-46.jpg

     

     

    Une nuit, il se produit un événement terrible et troublant. Le sénateur Pourlecabl-Jêprynoos et quelques partisans qui s'étaient montés le bourrichon entre eux ont résolu de faire tomber le roi et de redonner le pouvoir au sénat. Ils n'hésitent pas à s'allier à la tribu des Reulous, qui voit là l'occasion de prendre sa revanche sur Gason. Les traîtres introduisent les ennemis jusque dans le palais.

     

     

    GASON5-47.jpg

     

    GASON5-48.jpg

     

    Mais la Garde Royale ne se laisse pas prendre par surprise...

     

     

    GASON5-49.jpg

     

    GASON5-50.jpg

     

    GASON5-51.jpg

     

    GASON5-52.jpg

     

    GASON5-53.jpg

     

    GASON5-54.jpg

     

    -      Gason : Arrêtez-les ! Qu'il soit connu de tous que nous avons terrassé nos ennemis, une fois de plus !

     

     

    GASON5-55.jpg

     

     

    GASON5-74.jpg

     

    -      Yadêmokyblès : Les responsables de cet attentat immonde sont connus et aux arrêts. Mon Frère, tu dois te montrer d'une extrême sévérité. Mais ce n'est pas tout. Nous avons des preuves de l'implication de plusieurs ambassades dans cette affaire... Les Howlaks, les Hédoniens, les Opalonais... Tous complices ! Nous ne pouvons plus tolérer ces soit-disants diplomates qui nous tiennent un double langage ! Il faut expulser les ambassades et fermer les frontières !

    -      Gason : Non. Même si les nations jouent pour elles seules habituellement, elles pourraient soudain trouver un intérêt commun à s'unir pour nous affronter si nous leur donnions des raisons de le faire. Cherchons plutôt à établir des liens de confiance là on l'on peut, pour mieux isoler les éléments indésirables.

     

     

    GASON5-75.jpg

     

    -      Yadêmokyblès : Les éléments indésirables ont été invités, comme les autres, et ils se se sont installés. Il leur semble que c'est définitif, Mon Frère ! Es-tu seulement sûr de savoir en qui on peut avoir confiance ? Les gentils accords commerciaux ne tiennent plus ! Assez d'hypocrisie ! Les gouvernements ne nous veulent pas du bien, et tu ne peux plus l'ignorer ou faire semblant. Nous devons appeler à un sursaut national et remettre les points sur les "i". Mais ça nous oblige à un minimum de fermeté...

    -      Gason : Toute mesure de rétorsion sera vue comme une déclaration de guerre. Je te le demande, Mon Frère, Général : Sommes-nous de taille à faire la guerre à tout le Jardin ?... La guerre... Vous en parlez tous si simplement... Je vous en prie, quel autre choix avons-nous ?

     

     

    GASON5-76.jpg

     

    -      Le serviteur : La guerre ? O Mon Seigneur, il vaut peut-être mieux mettre le trésor du palais à l'abri ! Je m'occupe de rassembler l'argenterie !

    -      Yadêmokyblès : Hein ?! Touche pas au grisbi, salope !! (Euh, oui, Georges Lautner, réalisateur des "Tontons flingueurs", est mort hier, 22 novembre 2013). On ne déménage rien du tout ! Imagine que ça se sache, ce serait du plus mauvais effet ! Enfin, Gason !...

    -      Gason : Eh bin ? Comment tu parles à mon favori, toi ?... Qu'il en soit ainsi, Mon Frère... Les deux seigneurs félons seront bannis dès demain matin. Et je convoque les ambassadeurs à midi pour leur signifier notre ultimatum ! Que les légions disponibles se rassemblent ! Envoie la Quatrième à Mirakénèse pour surveiller la frontière nord. Le destin est en marche... Il ne restera peut-être que le vide après ça... Au moins, le vide, on sait ce que c'est, il ne déçoit pas...

     

     

    Et c'est ainsi que Gason Authienoüs dut aller contre sa nature et s'engager dans une voie qui ne laissait que peu de place à l'humanité, grande ou petite...

     

    Les sénateurs condamnés furent bannis du Jardin et abandonnés dans un champ. Il ne leur restait plus qu'à espérer survivre chichement, à la recherche des petits groupes de nomades et d'aventuriers apatrides qui errent dans les dunes de Baie d'Authie, à l'ouest, après bien des jours de marche et de fatigue...

     

     

    GASON5-77.jpg

     

    -      Le sénateur décalon : Et maintenant, cher ami, on fait quoi ? Vous avez sûrement une autre belle idée en stock, non ?

    -      Le sénateur Pourlecabl-Jêprynoos : Oui, ça va, ça va... Je ne sais pas. On a tout le temps d'y réfléchir. Attendez que ma joie revienne... Vous entendez ce bruit ?... Ne dirait-on pas que le sol tremble ?

     

     

    GASON5-78.jpg

     

     

    A SUIVRE...

    Dans l'épisode 6 :

    "Les 55 heures pour rien"

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires