• Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    (Extrait de "Clématitsia Mouettovna et la lourde solitude du pouvoir face au biscuit au chocolat", épisode 2. Cette scène reprend un bout de texte de 2003, "Sainte-Radegonde et le Gland Magique", à l'époque où je faisias des contes forestiers en vers)

    Le roi Flaive s'était levé fort tôt, lui aussi, en proie à l'inquiétude et au doute. Il errait dans le palais en bougonnant. Et il bougonnait en vers, comme font parfois les Casteignans quand ils sont stressés.  

     

    CLEMAT10.jpg

     

    -      Foutre-belette !! Voilà trois mois que la Casteigne s'enfonce dans un déficit public indomptable

    Dont profite grassement l'Hédonie avec la complicité des experts comptables !

    Ce matin encore, les huissiers vinrent dépouiller le palais de ses atours

    Pour le vil prix de ces dettes nécessaires mais qui n'ont plus de contours !

     

    Si une tempête avait soufflé entre ces murs,

    Elle en aurait moins décimé les meubles et les tentures !

    Le Marquis de Cailleuse a pu rassembler quelques objets avec vélocité,

    Mais il va devoir cet ignoble assortiment m'expliquer !

     

    CLEMAT11.jpg

     

    -      Les choses ne sont déjà pas si simples avec ma reine que je sens courroucée

    Par nos malheurs financiers sans terme additionnés ! 

     

    CLEMAT12.jpg

     

    -      Pfff... Et ça ?...C'est quoi, cette merde ?

     

    CLEMAT13.jpg

     

    -      La reine :

    Mon époux est donc à la maison, et fort peu occupé à ce que je constate.

    Je m'en suis allée seule au marché faire l'emplette de quelques bouts de patate.

     

    CLEMAT14.jpg

     

    -      La reine :

    Me voilà réduite à jouer notre propre domesticité, puisque dans cette situation radicale,

    La moitié de notre personnel est victime d'un plan social...

    De vos égarements, Sire, nous payons à deux les dommages.

    Et de voir comme la chute fut précipitée, j'étouffe et j'enrage !

    Pourquoi les voûtes de la galerie sud qui donnent sur nos appartements

    Sont-elles murées derrière les portes aux dérisoires battants ?

    -      Le roi :

    J'ai pu tirer un profit raisonnable d'une modeste surface du château

    Rachetée ce matin par le Prince de Saxe-Bigorneau.

     

     

    CLEMAT15.jpg

     

    -      La reine : Vous vendîtes notre chambre et sa suite ?

    -      Le roi : Oui, et toute l'aile sud avec ses trois termites.

    -      La reine :

    Que sont devenus ma commode de palissandre

    Et mon mini-baccarat vert tendre ?

    -      Le roi :

    Il a fallu, ma reine, éponger certains arriérés exigés par l'Empereur.

    Ces articles, somme toute assez moches, ont franchi la frontière à cette heure...

     

     

    CLEMAT16.jpg

     

    -      La reine :

    Je vois que nous avons touché le fond du carnage !

    Quel déshonneur pour moi que celui de votre naufrage !

    Vous laissâtes bêtement  faire à leur guise votre ministre et sa clique,

    Ce Calogine qui s'entend en économie comme moi en tektonik !

     

    Et voilà le beau résultat de votre aveuglement et votre mollesse démontrés

    Qu'aujourd'hui, même nos latrines sont en pays étranger !!

    Le peuple se rit de nous avec tant de distorsion labiale que la glotte se voit !

    Car vos actes disent bien qu'au pied du mur, vous n'êtes pas roi !

     

    Veillez au moins à remporter cette bataille qui se dessine,

    Ou bien chez mon père le roi de Rumonaquie je me débine !

     

     

    CLEMAT17.jpg

     

    -      Le roi :

    Ah, Monsieur le Marquis, vous voilà, mon conseiller le plus habile !

    Venez ici, que je déverse sur vous un peu de bile !

    Expliquez-moi donc le mystère de cette décoration,

    Ce fatras imbuvable, sans forme et plein de prétention !

    -      Le marquis :

    Votre Majesté, nos décorateurs ont fait avec le peu d'argent dont le souci nous préoccupe

    Un assemblage réputé zen de bibelots, statues et matériaux de récup'.

     

     

    CLEMAT18.jpg

     

    -      Le marquis :

    Ici, ils ont installé une oeuvre qui montre une déesse de l'Amour toute grise,

    Qui symbolise nos illusions et la beauté intérieure... A ce qu'y disent.

    -      Le roi :

    Aaaah... La déesse Askydiz ? Je ne connaissais point cette divinité !

    Je vais vite à la pensée de mon pauvre pays l'invoquer !

    -      Le marquis : 

    Ce qui nous manque, c'est un allié. Pourquoi pas le roi Réginar d'Eléborance ?

    Nous réussirions avec lui un formidable retournement d'alliances.

    C'est un jeune homme instruit et stratège, qui a votre âge,

    Et il sera sensible à votre offre de partage.

     

    CLEMA82

     

    -      Le roi :

    Ah oui, le damoiseau est poète et peu adepte de gibier et de mangeaille ;

    Mais bien introduit parmi sa jeune valetaille,

    Il n'a, je le sais, point craché sur ces cuissots-là !

    Non, vraiment, Monsieur, c'est sottise que ce choix.

     

    En son palais, il tourne ses pages à une telle cadence,

    Que l'on pourrait de ce vice caricaturer l'Eléborance !

    Oncques ne vit plus stakhanoviste bardache

    Dans la prise en main de ses tendrons pour les tuer à la tâche.

     

    Qu'ai-je en communauté d'intérêts avec cet inverti aux moeurs d'hétaïre

    Qui rampe sur des carrelages pisseux et lèche des bottes en cuir ?!

    Certes, il a gagné deux guerres contre nous, mais foin des coquecigrues !

    Une alliance qui se respecte demande un minimum de vertus !

    -      Le marquis :

    ...Sire, votre voiture est prête pour vous mener au champ de la gloire espérée,

    Contre la félonne Hédonie qui a déjà tiré son épée.

    -      Le roi :

    Alors ne faisons point attendre l'adversaire arrogant et cupide.

    Ce soir, une des deux couronnes sera précipitée dans le vide !

     

     

    CLEMAT19.jpg

     

    -      Le roi :

    Quel magnifique spectacle ! Ces bannières au vent, ces olifans qui grognent !

    Ces cuirasses luisantes au soleil, les officiers virils qui se serrent les pognes !

    Jamais on ne vit en Casteigne pareille fête, ni autant d'hommes,

    Tant et tant, deux-cent-cinquante-trois m'ont suivi comme si j'étais héros de Rome !

     

     

    CLEMAT20.jpg

     

    -      Bernache Oyatoviche :

    Je trépigne, Sire, j'en ai assez d'attendre que le dénouement se présente !

    Quels sont ces bataillons en bas qui broutent leur pitance sous leur paisible tente ?

    Pourquoi ne se bat-on pas ? Qu'on en finisse ! Le soleil sera bientôt déjà haut !

    A-t-on bien transmis mes ordres ? A moi, les Généraux !

    Donnez-moi sur la situation votre verdict le plus sage

    Et rassurez-moi sur l'imminence du grand étripage !

    -      Un général :

    Les gens de l'Empereur sont déployés sous nos lignes, Monsieur.

    Le seul hic... C'est qu'ils sont deux fois plus nombreux !

    Par chance, notre armée a bon moral et tient depuis cette nuit les hauteurs.

    La prudence est de mise mais nous serons hardis quand viendra l'heure !

     

    CLEMAT21.jpg

     

    CLEMAT22.jpg

     

    -      Le roi :

    Réussirons-nous, cher Bernache Oyatoviche, à éviter un sort néfaste et regrettable

    Au point où nous sommes engagés et votre plan est-il responsable ?

    -      Bernache Oyatoviche :

    Il faut, Votre Majesté, fondre comme l'alouette et charger au centre,

    Et du tourment de votre royaume, faire saigner le ventre !

    Lieutenant, avez-vous de Madame Clématitsia Mouettovna quelque message ?

    Est-elle enfin à l'abri dans le fort ou dans le village ?

    -      Le lieutenant :

    Non Monsieur, je ne sais pas encore.

    -      Bernache Oyatoviche :

    ....Oui ?.... Eh bin ?... Et la rime, alors ?...

     

     

    CLEMAT56.jpg

     

    Comme prévu, les courtisans étaient venus assister au spectacle de la victoire promise par Bernache Oyatoviche.

     

    SAS35.40

     

    Mais ce fut l'Empereur hédonien, Merlimont Premier, qui donna le coup d'envoi de la bataille de Lombricbourg.

     

    J'ai eu le malheur d'acheter 1 kilo de cacahuètes. Il a fallu leur offrir de faire un peu de figuration, histoire de me donner bonne conscience. D'abord, balade sur l'eau à la tombée de la nuit, puis un beau naufrage.

     

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

     

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

     

    Construit le 8 février 2016 au soir, mis en scène le 10, à la poubelle le 12. Fin de la courte carrière d'un décor temporaire.

    Au revoir le demi-bateau, bon voyage !

    Aujourd'hui : des photos du printemps 2013 avec un texte de 2003 et un naufrage avec des fruits à coque

    « Octobre 2013 : la Bataille de San Pellegrino (Gason et les Sablonautes, épisode 4, voir rubrique 1)Aujourd'hui : une usine de petits pois enrichis, une exploration sur table avec collecte d'échantillons et des petites mains. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :