• Authiebourg - Seconde partie

     

       A moins d'un kilomètre de là (donc environ 70 pour nos petits amis), dans le Jardin Secret des nations miniatures berckoises, à Groffliers. Palais de Roncecour, Royaume de Casteigne.

     A

    Authiebourg - Première partie

    Authiebourg - Première partie

    Authiebourg - Première partie

    Authiebourg - Première partie

    Authiebourg - Première partie

    -       -      Le roi Flaive : En temps normal, il y a peu de choses qui me font autant plaisir que la nouvelle de la destruction d’une armée hédonienne, même si ce n’est pas par nous. Là, les circonstances m’inquiètent. Qui est ce Tumaadi ? Que veut-il ? 

     

    Authiebourg - Première partie

    -        -       Le Premier ministre : Votre Majesté, il veut soulever tous les peuples des colonies pour envahir le Jardin, renverser les gouvernements et dicter sa conduite aux Grands en vue d'établir un ordre nouveau. Il commence à avoir pas mal de sympathisants dans plusieurs pays, spécialement en Eléborance. Nous avons identifié quelques dizaines d'activistes ici même, en Casteigne. Le duc de Rumonaquie court un grand danger s’il reste dans notre colonie d'Authiebourg. Nos troupes seront prêtes d’ici deux jours à se mettre en marche. Et il nous est confirmé que les Flammenkuchois ont rallié la rébellion.

    -        -       Le roi Flaive : Les ingrats ! Mais entendons-nous bien : je refuse d’engager le pays dans une guerre au cœur de ces vastes contrées qui ne servent à rien ! Je suis roi d'un pays de 17 000 habitants qui est la deuxième puissance du Jardin après la République d'Arrochelle. Mais pour autant, nous n'avons pas les moyens d'être les gendarmes de tout le nord de la Baie d'Authie ! Puisque les autres nations nous disent en gros de nous démerder seuls, nous devons nous limiter à une opération de police avec des risques calculés ! Le duc a fait évacuer la ville mais il s’accroche encore avec ses soldats. Il faut qu’ils partent !

     

    Authiebourg - Première partie

               -     Le Premier ministre : Alors, donnons à notre armée la mission de liquider le camp de base où les rebelles stockent leurs armes et leurs approvisionnements, afin de les décourager de partir en campagne. Et plutôt que d’envoyer des renforts à votre vassal, envoyez-lui… un homme seul. Par exemple le colonel Kadawreski, qui saura bien convaincre le duc d’évacuer Authiebourg.

    -         -       Le général Potjevleeschowski : Oui, bonne idée, Kadawreski connaît bien le désert, et il connaît bien le duc. C’est un très grand soldat.

    -         -       Le roi Flaive : Kadawreski est un très grand emmerdeur. Il est au moins aussi incontrôlable et vaniteux que ce Tumaadi !

     

    Authiebourg - Première partie

    -     -    Le Premier ministre : Il a trop l'habitude de jouer perso. Nous devrons bien baliser son terrain avant de l’y envoyer. Son rôle sera d’organiser la défense de la colonie et d’attirer sur lui le gros de l’armée ennemie le temps que notre armée découvre le camp du Tumaadi. Il aura ordre, le moment venu, de quitter Authiebourg avec tout le monde pendant le siège, tant que ce sera possible. Il serait bon de prendre des contacts avec les Orchidiens pour assurer ses arrières. Alors, envoyons aussi la jeune Madame Gypse, qui est déjà une diplomate experte. Elle connaît le vice-roi Yadêmokyblès, elle l'a guidé pendant sa visite en Casteigne et elle a mené plusieurs négociations avec la colonie orchidienne.

    -     -       Le roi Flaive : Oui, très bien, ça. J’espère seulement que le colonel aura la sagesse de se conformer aux ordres… Je ne veux pas de batailles ! Pas de guerre ! Eh bien soit, Messieurs, désignons Kadawreski pour cette mission, même si je sais que c’est tenter le Diable par la queue !

      

    Authiebourg - Première partie

               -      Le général : Sire, ce n’est pas tout à fait la bonne expression…

               -   Le roi Flaive : Non, mais elle me plaît ! Et puisqu’on parle de la queue du Diable, Messieurs, offrez-moi un désastre semblable à celui des Hédoniens et je vous arrache la vôtre !

                -       Ha ! Ha ! Ha ! Ha !

                -       Le roi Flaive : Allons, convoquez le grand petit homme ici même ce soir, je lui parlerai.

     

    Le soir même, donc...

     

    Authiebourg - Première partie

    -          -      Kadawreski : Alors, Votre Majesté, si je comprends bien, vous me demandez de planifier une défaite.

     

    Authiebourg - Première partie

             -      Le roi : Non, Colonel. Une demi-victoire. Authiebourg n’a aucune importance. Mais en extraire nos alliés rumonaques dans les meilleures conditions, ça en a. Défendez la ville autant que vous le pourrez, et ne le faites pas si vous constatez que c’est trop risqué. Je ne veux pas d’initiatives flamboyantes et héroïques. Votre mission est de gagner du temps en retenant suffisamment l’attention du Tumaadi, mais sans pousser les choses jusqu’à leur extrémité.

         

    Authiebourg - Première partie

      -      Le colonel : Aurai-je vraiment toute liberté d’action sur place, indépendamment du général Potjevleeschowski ?

     

    Authiebourg - Première partie

             -      Le roi : Oui. Mais je ne me fais pas d’illusions… Quels que soient vos ordres, je sais que vous vous empresserez de les adapter à votre fantaisie une fois que les circonstances auront lâché la bride à votre sentiment de toute-puissance. Je prends le risque de vous envoyer là-bas parce que vous êtes notre meilleur spécialiste de la guerre dans ce vaste pays inhospitalier. Mais votre responsabilité déborde largement ce cadre. C’est pourquoi vous serez accompagné de Madame Gypse, qui s’occupera des relations diplomatiques avec les différents acteurs, d'un médecin et de deux fonctionnaires du gouvernement chargés de liquider la colonie. Dans votre mission, vous aurez un adjoint, un officier rumonaque, le Major Cailleuse, qui doit veiller au bon respect de vos consignes générales et à la sécurité du duc.

    -     Le colonel : Vous me collez un chaperon ? Je crois que dans ces conditions, je vais sûrement refuser la mission, Votre Majesté.

     

    Authiebourg - Première partie

         -     Le roi : Vous ferez bien ce qu’on vous dira, Igor Kadawreski ! Ne voyez pas Cailleuse comme un chaperon, mais plutôt comme une bonne conscience habilitée à vous murmurer des trucs sensés à l’oreille, ou au pire, comme un pense-bête. Je n’admettrai aucune sortie des rails de votre part, aucun dérapage et encore moins un échec. Ou alors, ne revenez pas. 

     

    Authiebourg - Première partie

              -      Le colonel : …Eh bien j’accepte. Je ramènerai votre duc en un seul morceau.

            -      Le roi : Je me doutais qu’il y avait bien des manières de toucher votre fierté. J’ai confiance en vos talents, vous êtes le plus qualifié pour remplir cette mission. Et Cailleuse est le plus qualifié pour supporter un supérieur tel que vous. Allons manger, à présent. Vous partez lundi matin au camp du Bas-Côté, entre la route et le grillage de la zone interdite aux Grands. Vous y retrouverez votre équipe de voyageurs avec une escorte, et c’est aussi le point de rassemblement des troupes de Potjevleeschowski. Bonne chance, Igor Kadawreski.

           -      Le colonel : Nous en aurons besoin, Votre Majesté.

     

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    -      Kadawreski : Major Cailleuse... Vous êtes donc celui qui est chargé de me couver et de veiller à ce que je dérape pas. Nous nous connaissions très peu jusque là. Vous êtes un jeune homme proche du duc de Rumonaquie, m'a-t-on dit ? Oui... Belle prestance, belle mine, bouche pulpeuse, ça ne m'étonne pas.

    -      Cailleuse : Colonel, il est vrai que je suis assez proche du duc, mais pas sous cet angle-là. Je vous en prie, ne voyez pas ma mission auprès de vous sous un mauvais jour, je suis d'abord votre aide de camp.

    -      Kadawreski : Un aide de camp qui doit rendre des comptes à tout le monde sauf à moi, susceptible de se placer en contradiction avec mes ordres à toute occasion ! Qu'est-ce qu'on a bien pu vous raconter sur moi ?

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -      Cailleuse : Que vous étiez indépendant, incontrôlable et un peu soupe-au-lait.

    -      Kadawreski : Quoi ?!

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -      Kadawreski : Major, la vie dans le désert vous apprendra la nécessité d'une certaine forme d'autonomie due aux circonstances, mais aussi de discipline, de cohésion et de solidarité. Remplissez bien votre mission de mouchard, Monsieur, mais ne me provoquez jamais. Voilà un départ entre nous qui n'est pas bon du tout. Sachez rester à votre juste place à l'avenir.

    -      Cailleuse : Bleurp, lâchez-moi, Colonel...

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -      Le Premier ministre : Colonel Kadawreski, permettez-moi de vous présenter vos autres joyeux compagnons de voyage ! Le Docteur Argilière, Monsieur et Madame Kabonmine, les envoyés du gouvernement, et Madame Aubépine Gypse, notre diplomate. Je les remets à vos bons soins. N'hésitez pas à les étreindre affectueusement eux aussi !... Plus vous vous accorderez pendant cette aventure, mieux ce sera !

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -      Le Premier ministre : Calmez-vous et soyez un peu plus urbain... On vous demande de travailler en équipe, prenez sur vous et faites-le. Souriez et allez dire bonjour aux gens.

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -      Monsieur Kabonmine : Nous sommes heureux d'être conduits par un homme de votre valeur, qui est reconnue, Colonel. Nous avons quand même quelques appréhensions...

    -      Kadawreski : Nous partons dans un pays instable, mais la sécurité de tous sera mon premier souci. Je connais votre nom... Pourtant, je n'ai aucun ami fonctionnaire du gouvernement.

    -      Monsieur Kabonmine : Les questions juridiques et comptables liées aux colonies au nom de l'Etat ne sont qu'un aspect de mon travail. Dans le privé, je suis avocat.

    -      Kadawreski : Voilà ! Vous êtes connu en effet, vous devez être un bon avocat.

    -      Monsieur Kabonmine : J'me défends.

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -      Kadawreski : Et vous, Madame Gypse ? Avez-vous des appréhensions ?

    -      Madame Gypse : Jamais ! Mon mari disait que je suis trop naïve et trop nouille pour voir le danger. Je m'en remets entièrement à vous.

    -      Kadawreski : J'en suis honoré. Il y a donc un Monsieur Gypse ?

    -      Madame Gypse : Il n'y a plus ! Il était biologiste et il est mort il y a deux ans, cinq mois après notre mariage, gobé par une mouette lors d'une expédition dans le Marquenterre. Ou par une poule d'eau, enfin je ne sais plus. Donc, il n'y a plus la casserole, mais la nouille est toujours là.

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -      Kadawreski : ...Ah. Euh, j'en suis désolé, Madame.

    -      Madame Gypse : Ne le soyez pas. C'était un gros con. Et un mariage arrangé.

      

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Et la grande aventure commença pour les mini-gens partis de Casteigne. Leur première étape devait les mener à la colonie orchidienne dirigée par le frère de Gason Authienoüs, auquel les Casteignans voulaient mendier une alliance de circonstance.

    Pour la plupart des voyageurs, le désert d'Authiegane était une grande découverte.

     

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

     

    Depuis le départ, le colonel s'était fait un peu ours avec ses compagnons de voyage. Il se dérida le deuxième soir, après l'installation du campement. L'expédition était déjà presque arrivée en territoire orchidien. Aubépine Gypse mit cette pause à profit pour tenter d'entrer en contact avec Igor.

     

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel..

    -        -      Le sergent : Colonel, le guide envoyé par le Seigneur Gason est arrivé.

     

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel..

    -          -      Colonel Kadawreski : Vraiment ? Il pourrait aussi bien être un espion. Qui êtes-vous ?

    -         -      Le guide : Je suis Charlie.

     

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel..

    -          -      Colonel Kadawreski : Mouais, c’est facile à dire, ça, « Je suis Charlie », je sais le faire aussi. Depuis quand ? Prouvez-le donc ! Et ne me mentez pas, je connais bien le Prince Gason !

    -         -       Le guide : Alors, Colonel, si je vous dis qu’il m’a dit : « Tu vas rejoindre ce petit con prétentieux et les autres crétins qui ont choisi de ramper bêtement dans le désert, alors qu’il y a un vol régulier tous les mardis entre Arrochelle et ici », ça vous parle ? Mon nom est bien Charlie Apêros Derniêbus et je suis officier dans la IIIème Légion.

    -         -       Colonel Kadawreski :  …Ok, c’est parfait. Allez vous restaurer mon ami, nous parlerons après.

    -        -       Major Cailleuse : Un vol régulier le mardi ?...

     

    -         

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel..        

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel..

    -  -      -      Colonel Kadawreski : Ne vous éloignez pas trop, Madame.

     

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel..

     -         -       Madame Gypse : Pourquoi, Colonel Kadawreski ? Le pays semble si paisible et cette soirée est un tel enchantement !

    -         -       Colonel Kadawreski : Nous avons dispersé autour du camp des enzymes naturelles qui font fuir la plupart des insectes. Au-delà de cette limite, vous risquez de faire de mauvaises rencontres.

    -         -       Madame Gypse : Ils sont si malpolis que ça ?

     

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel..

    -          -      Colonel Kadawreski : Ils sont en général assez curieux et envahissants, leur proximité est souvent dégoûtante. Certains peuvent aussi avoir des réflexes de prédation envers nous. En pleine nature, la sérénité et la beauté cachent  bien souvent les dangers les plus effrayants. Depuis combien de temps n’avez-vous pas croisé d’insectes, Madame ? Le Jardin d’Arrochelle est devenu bien trop civilisé, on ne reconnaît plus rien quand on sort !

    -         -       Madame Gypse : Je vois que cela vous amuse, au moins. Il est vrai que je suis une incurable fille de la ville, et que notre peuple a oublié depuis longtemps qu’il venait de la nature. Et vous, Monsieur l’officier aventurier ? Aimez-vous tellement ce pays ?

     

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel..      

    -       Colonel Kadawreski : Je l’exècre, Madame, il m’ennuie la plupart du temps. Mais il est le champ à la fois idéal et ingrat de toutes les passions et de tous les défis que j’aime relever. Je connais bien ces contrées, les gens, leurs pensées et leur langage, la petite musique sobrement optimiste qu’ils mettent sur le poème résigné du défilement au jour le jour de leur vie frustre. Ce pays vous met à l’épreuve pour tous les dépassements que vous souhaitez découvrir en vous. Et ça, le Tumaadi, Celui qu'On Ecoute, l’a bien compris… Certains colons, comme les Orchidiens ou les Flammenkuchois, habitués à une vie matérielle plus raffinée, ont beaucoup de mal à s’adapter. Quoique les Orchidiens, eux, disposent d’avantages que d’autres n’ont pas.

    -       -        Madame Gypse : Nous allons bientôt rencontrer le vice-roi Yadêmokyblès et le Prince Gason pour obtenir leur aide. Etes-vous confiant ? Et le Tumaadi ? Redoutez-vous cet homme ?

     

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel..

    -        -       Colonel Kadawreski : Nous sommes Casteignans. J’ai bien peur que nous soyons reçus un peu fraîchement par nos anciens adversaires… Mais je ne peux pas aller à Authiebourg sans stratégie. Quant au Tumaadi, il est devenu une force qui n’est plus celle d’un seul homme mais celle de cinq-cents.

    -       -       Madame Gypse : En même temps, la stratégie consiste juste à extirper le duc de ce piège et à éviter tout combat d’importance, autres que ceux qui seront nécessaires à notre retraite. C'est ça l'essentiel de votre mission, Igor Kadawreski.

    -       Colonel Kadawreski : La guerre aura bien lieu, croyez-moi, on ne pourra pas l’éviter. Jamais un homme, mini ou grand, ne m’a fait peur. La guerre non plus.

    -         -      Madame Gypse : C’est à croire que vous la désirez, l’espérez comme un de ces défis personnels dont vous parliez…

    -      Colonel Kadawreski : Le destin s’écrit sans nous. Il n’y a pas de raison qu’il nous épargne les mauvaises surprises. Rentrons, Madame.

     

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel..

    -         -      Colonel Kadawreski : ODUNGA !! WATTA EMARABANGA ANOU DIJAMBÊ TOUDJOU KIRIBOULA !!

    -          -     Madame Gypse : …?

    -         -      Le porteur : Oui, Monsieur, Oui... C’est déjà fait… C’est même la première chose que nous ayons faite. 

     

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel..

     -        -       Colonel Kadawreski : Ah. Votre tente est donc prête et sécurisée. Je vous souhaite, Madame, une douce nuit peuplée de rêves d’aventures. Demain, c'est peut-être une  vraie qui nous attend.

    -        -       Madame Gypse : Merci, Colonel, pour votre galanterie et votre prévenance. Je me doute qu’elles sont un luxe dans ce désert.

    -         -      Colonel Kadawreski : Bonne nuit, Madame.

     

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

          Le lendemain, l'expédition attaquait l'escalade du colossal mur de sable qui marquait la frontière avec les régions peu sûres. La marche était épuisante, le soleil de midi surchauffait déjà le sable, la lumière était aveuglante. Puis, à peine arrivés au sommet, les voyageurs virent courir à eux des individus pas du tout accueillants.

     

    Authiebourg - Seconde partie

     6     -      Madame Gypse : Bon... Et ceux-là, c'est qui ?

      6   -      Charlie : Des Lacustriens ! Des hommes du Tumaadi ! Courez !

     

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    D'autres guerriers arrivaient en face... Mais ceux-là étaient des gentils.

     

    Authiebourg - Seconde partie

     -    

    -     Authiebourg - Seconde partie

    -      -      L'officier orchidien : Je suis envoyé par le vice-roi pour vous escorter jusqu'à la cité.

           -      Colonel Kadawreski : Une chance que vous nous ayez vu arriver !

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -      -      L'officier orchidien : Cela fait des heures que nous vous regardons arriver, vous n'avez pas été très discrets ! Mettons-nous en marche tout de suite, ils peuvent revenir avec des renforts.

         

          Le moment de la rencontre avec l'ex-roi Gason arrivait enfin...

     

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

         -   Gason Authienoüs : Je suis au courant de votre venue depuis des jours, mais même à présent que vous êtes là, mes yeux n’y croient pas encore… Le royaume de Casteigne vient me demander de l’aide… Quelle ironie du sort.

    -          -      Madame Gypse : Votre Altesse, notre démarche est motivée par le besoin d’unir les habitants de l’Authiegane contre l’influence grandissante des rebelles, dont nous connaissons maintenant la détermination et la violence. L’opération est entièrement sous le contrôle du Colonel Kadawreski ici présent.

    -          -      Gason : Ah. Il ne s’agit donc pas d’une alliance officielle de la Casteigne avec le vice-royaume orchidien ?

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -          -      Colonel Kadawreski : Seigneur Gason, je suis venu pour vous proposer d’accepter de mes mains toute l’Authiegane jusqu’aux marécages de la baie. Vous seul êtes susceptible de pacifier et fédérer les colonies et les tribus car vous êtes respecté par tous et vous avez une autorité morale. Vous avez aussi la IIIème Légion, dont nous demandons l’aide. Une compensation financière est prévue. La Casteigne a engagé deux armées sur le terrain et nous pouvons battre les troupes du Tumaadi. Nous avons besoin des Orchidiens pour nous soutenir et stabiliser toute la région une fois que ce sera fait.

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -          -      Gason : Vous avez deux armées… Pour ce que j’en sais, l’une, sous le commandement du Duc de Rumonaquie, a réussi l’exploit de s’assiéger elle-même à Authiebourg, dans le coin le plus inconfortable et le plus inaccessible du désert ; pendant que l’autre marche dans la direction opposée à la recherche des camps rebelles. Vos soldats chantent sous le soleil et croient qu’ils sont les chasseurs, alors qu’ils sont le gibier. Vous êtes en train de tomber dans un piège, mon cher. Et vous voulez que nous engagions nos troupes dans ce désastre ? Répondez à ma première question : quelle forme votre gouvernement veut-il donner à cette alliance ?

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -       Madame Gypse : Seigneur Gason, notre gouvernement n’interviendra en aucune manière dans les relations inter-colonies, si ce n’est pour garder le contrôle de quelques petites concessions. Il n’y a rien d’officiel dans les tractations en cours.

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -          -      Gason : Donc aucune garantie de votre part que vous maintiendrez cette stabilité que vous cherchez à me vendre. En admettant que je devienne le chef d’une Fédération du Désert, votre gouvernement validerait-il la situation ?

    -          -     Madame Gypse : Pour la forme, il sera obligé de la combattre publiquement, pour calmer d’autres nations, mais en réalité, il laissera faire.

    -          -      Colonel Kadawreski : Et moi je vous défendrai publiquement. Mon pays souhaite se désengager des colonies, mais nous avons beaucoup de choses à sauver avant. Ensuite, vous êtes de toute évidence le seul qui ferait consensus, même en Casteigne, pour conduire le destin de l’Authiegane après la défaite du Tumaadi.

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -          -      Gason : …Vous êtes gonflés, quand même… Quand j’étais roi d’Orchide, la Casteigne n’a cessé pendant des années de conspirer contre moi, vous avez même par deux fois attaqué mon pays. Vous passez votre temps à tromper vos propres peuples, comme les Flammenküchois, et vous voyez jusqu’où le dépit les a menés : ils font partie des troupes d’élite du Tumaadi. Je vais vous demander de sortir, Madame, Messieurs, j’en ai assez entendu. Sachez que si vous évacuez Authiebourg de ses habitants et défenseurs avant son encerclement, nous les accueillerons et assurerons leur protection à l’orée de la forêt. Mais la IIIème Légion ne sera pas engagée dans une guerre au Sud. Votre stratégie militaire ne nous concerne pas. Au revoir et bonne chance.

     

    Authiebourg - Seconde partie

     -      Madame Gypse : Bon, bin, voilà... C'est râpé.

    -      Kadawreski : C'était à prévoir... Etape suivante : Authiebourg. On fera ce qu'on pourra... 

     

    Authiebourg - Seconde partie

    La mission d'gor Kadawreski et de ses compagnons commençait donc par un gros chou blanc. Il ne leur restait plus qu'à poursuivre le cheminement pénible dans le sable fin et sec jusqu'à leur destination finale... Enfin, celle dictée par leur destin.

     

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

     

    La garnison rumonaque salua avec enthousiasme l'arrivée du Colonel et une sorte de marche triomphale s'improvisa jusqu'à la maison qu'il allait occuper.

     

    Authiebourg - Seconde partie

    Authiebourg - Seconde partie

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel.

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel.

    Le soir venu, Igor Kadawreski dut sacrifier à quelques mondanités. C'était enfin l'occasion de parler avec le Duc de Rumonaquie, lequel se montra un peu renfrogné par l'objet de la mission du colonel, mais fut fort heureux de retrouver son cher major Cailleuse.

     

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel.

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel.

    Bientôt, " Authiebourg ", une nouvelle mini-superproduction. Les premières scènes réalisées en décor non naturel.

    L'appartement était confortable. Et il y avait un petit plus en plus :

      Authiebourg - Seconde partie

    -      Monsieur Silice : Mon Colonel, je suis attaché à votre service personnel par les bons soins du Duc.

    -      Kadawreski : Merci à vous, mais le seul service dont j'ai besoin ce soir, c'est une bonne nuit de sommeil d'au moins 8 heures ! Mais qu'est-ce que vous faites encore là ? Je croyais qu'il n'y avait plus de civils dans le périmètre défensif, en dehors de ceux que j'ai amenés. Le duc aurait dû penser à mettre également à l'abri les gens de son service.

    -      Monsieur Silice : Il reste une dizaine de civils dans la cité. Certains sont là pour leurs petites affaires, d'autres par curiosité.

    -      Kadawreski : Bon. J'aviserai demain, après mon inspection des défenses de la ville.

     

    Le lendemain...

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -          -      Colonel Kadawreski : Nous y voilà donc…

    -          -      Major Cailleuse : C’est ça, Authiebourg ?! C’est quoi ce trou merdique ? A ce que je vois, toutes les conditions sont réunies pour que nous appliquions l’option 1, à savoir évacuer tout le monde avant l’arrivée de l’ennemi et rendre ces ruines à la nature… Colonel, êtes-vous toujours convaincu de pouvoir faire une guerre victorieuse ici ?

    -        -      Colonel Kadawreski : Plus que jamais. La ville manque de fortifications, mais il suffira de démonter quelques bâtiments pour élever des palissades et des miradors tout autour du site. Il faudra aussi creuser des fossés dans le sable. Je veux bien être radié de mon garde et empalé par un moustique si je ne parviens pas à défendre comme il faut cette position avec 90 hommes contre l’armée du Tumaadi !

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -      Cailleuse : Vous voulez quoi, au juste ? Prouver coûte que coûte à Patirambus qu'une personne au moins est capable de lui tenir tête, éventuellement le battre, et le faire passer aux yeux de l'Histoire pour un glandu de légende ? C'est un peu trop ambitieux...

    -      Kadawreski : C'est pourquoi vous n'êtes qu'un major bureaucrate et que vous n'irez sans doute pas plus haut. On peut s'en sortir avec à la fois la sécurité et la gloire, pourvu que l'on soit un peu psychologue et tenace.

    -      Cailleuse : Me traiter de bureaucrate arrivé à son niveau d'incompétence, ce n'est pas une démarche très psychologique... Mais voyons ce qui va suivre... En attendant, si vous avez soudain un doute sur le contenu de votre ordre de mission, n'hésitez pas à me redemander des précisons, puisque je suis là pour ça.

     

    Authiebourg - Seconde partie

    -       Kadawreski : Je sais, et je commence à bien m'en accommoder. Pas de souci.

    -    Cailleuse : Donc, à part ça, vous voulez démonter la ville ?... On va fortifier quoi, alors ?

    -        -       Kadawreski : Un principe, Major, un principe. Décidément, vous m'amusez beaucoup, aujourd'hui ! Au boulot, je veux de la discipline, de la confiance et de l’imagination, en plus du reste ! 

     

    Authiebourg - Seconde partie

     

     A SUIVRE... 

    sur la page 2           

     

    « Authiebourg - Troisième partieAuthiebourg - Première partie »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :