• Clématitsia Mouettovna et la lourde solitude du pouvoir face au biscuit au chocolat (Episode 2)

     

      CLEMA90

     

    Résumé de l'épisode précédent : Quelque part près de Berck-sur-Mer, un vaste jardin abrite des peuples miniatures, confiés à la garde d'une famille de Grands. Mais ce n'est pas une responsabilité facile : le mini-monde est au moins aussi fou que le grand.

    Dans le royaume de Casteigne dominé par le ministre Bernache Oyatoviche Calogine, une jeune femme, Clématitsia Mouettovna Moulefritorovna, qui est la maîtresse du dictateur, est confrontée à une névrose qui la pousse à engloutir des quantités déraisonnables de sucreries, en particulier du chocolat. Mais à ce niveau du pouvoir, ce mal psychologique est une affaire d'Etat.

     

    CLEMA1

     

    CLEMAT2.jpg

     

    -     Bernache Oyatoviche : Docteur, voilà onze semaines que j'ai confié Madame Clématitsia Mouettovna à vos bons soins. Et je ne vois guère de changements !

    -      Le docteur : J'ai dû réintroduire une ration de chocolat dans son alimentation, car il n'y a que ça qui apaise ses frustations principales. Mais je vous assure qu'elle supporte de mieux en mieux la vie en société et qu'elle est globalement plus calme et plus sereine, moins agressive...

     

    CLEMAT3.jpg

     

    -      Bernache Oyatoviche : Ma douce amie, comment allez-vous ? Je vois que vous jouez du clavecin, c'est bien, ça !

    -      Clématitsia Mouettovna : Oh oui, mon tendre amour, vous aimez ? Merci de m'avoir offert ce joli instrument ! Et je vous emmerde !

    -      Le docteur : Euh...

     

    CLEMAT4.jpg

     

    -      Le docteur : En même temps, Votre Excellence... En quoi est-ce gênant de lui laisser ce dérivatif sucré ? Elle peut bouffer tout ce qu'elle veut, elle ne grossit même pas...

    -       Bernache Oyatoviche : Demain, c'est la guerre. Nous livrons bataille contre l'Empereur Merlimont à Lombricbourg. Toutes les grandes dames de la Cour y seront ! Elle doit être présentable devant le roi et les troupes ! Et puis ça la sortira un peu !    

     

     

    CLEMAT5.jpg

     

    Bernache Oyatoviche passa une bonne partie de la nuit à préparer un plan de bataille. Ce faisant, il usurpait les pouvoirs et compétences des généraux casteignans, mais c'était tout à fait dans son caractère.  

     

    CLEMAT6.jpg

     

    Et au petit matin, toute la maisonnée était debout, prête à partir pour la guerre. Il fut convenu que Clématitsia rejoindrait le village avec sa dame de compagnie, à l'arrière des lignes, là où on aurait la meilleure vue sur le paysage des lourds événements en préparation.

     

    CLEMAT7.jpg

     

    CLEMAT9.jpg

     

     

     

    Le roi Flaive s'était levé fort tôt, lui aussi, en proie à l'inquiétude et au doute. Il errait dans le palais en bougonnant. Et il bougonnait en vers, comme font parfois les Casteignans quand ils sont stressés.  

     

    CLEMAT10.jpg

     

    -      Foutre-belette !! Voilà trois mois que la Casteigne s'enfonce dans un déficit public indomptable

    Dont profite grassement l'Hédonie avec la complicité des experts comptables !

    Ce matin encore, les huissiers vinrent dépouiller le palais de ses atours

    Pour le vil prix de ces dettes nécessaires mais qui n'ont plus de contours !

     

    Si une tempête avait soufflé entre ces murs,

    Elle en aurait moins décimé les meubles et les tentures !

    Le Marquis de Cailleuse a pu rassembler quelques objets avec vélocité,

    Mais il va devoir cet ignoble assortiment m'expliquer !

     

    CLEMAT11.jpg

     

    -      Les choses ne sont déjà pas si simples avec ma reine que je sens courroucée

    Par nos malheurs financiers sans terme additionnés ! 

     

    CLEMAT12.jpg

     

    -      Pfff... Et ça ?...C'est quoi, cette merde ?

     

    CLEMAT13.jpg

     

    -      La reine :

    Mon époux est donc à la maison, et fort peu occupé à ce que je constate.

    Je m'en suis allée seule au marché faire l'emplette de quelques bouts de patate.

     

    CLEMAT14.jpg

     

    -      La reine :

    Me voilà réduite à jouer notre propre domesticité, puisque dans cette situation radicale,

    La moitié de notre personnel est victime d'un plan social...

    De vos égarements, Sire, nous payons à deux les dommages.

    Et de voir comme la chute fut précipitée, j'étouffe et j'enrage !

    Pourquoi les voûtes de la galerie sud qui donnent sur nos appartements

    Sont-elles murées derrière les portes aux dérisoires battants ?

    -      Le roi :

    J'ai pu tirer un profit raisonnable d'une modeste surface du château

    Rachetée ce matin par le Prince de Saxe-Bigorneau.

     

     

    CLEMAT15.jpg

     

    -      La reine : Vous vendîtes notre chambre et sa suite ?

    -      Le roi : Oui, et toute l'aile sud avec ses trois termites.

    -      La reine :

    Que sont devenus ma commode de palissandre

    Et mon mini-baccarat vert tendre ?

    -      Le roi :

    Il a fallu, ma reine, éponger certains arriérés exigés par l'Empereur.

    Ces articles, somme toute assez moches, ont franchi la frontière à cette heure...

     

     

    CLEMAT16.jpg

     

    -      La reine :

    Je vois que nous avons touché le fond du carnage !

    Quel déshonneur pour moi que celui de votre naufrage !

    Vous laissâtes bêtement  faire à leur guise votre ministre et sa clique,

    Ce Calogine qui s'entend en économie comme moi en tektonik !

     

    Et voilà le beau résultat de votre aveuglement et votre mollesse démontrés

    Qu'aujourd'hui, même nos latrines sont en pays étranger !!

    Le peuple se rit de nous avec tant de distorsion labiale que la glotte se voit !

    Car vos actes disent bien qu'au pied du mur, vous n'êtes pas roi !

     

    Veillez au moins à remporter cette bataille qui se dessine,

    Ou bien chez mon père le roi de Rumonaquie je me débine !

     

     

    CLEMAT17.jpg

     

    -      Le roi :

    Ah, Monsieur le Marquis, vous voilà, mon conseiller le plus habile !

    Venez ici, que je déverse sur vous un peu de bile !

    Expliquez-moi donc le mystère de cette décoration,

    Ce fatras imbuvable, sans forme et plein de prétention !

    -      Le marquis :

    Votre Majesté, nos décorateurs ont fait avec le peu d'argent dont le souci nous préoccupe

    Un assemblage réputé zen de bibelots, statues et matériaux de récup'.

     

     

    CLEMAT18.jpg

     

    -      Le marquis :

    Ici, ils ont installé une oeuvre qui montre une déesse de l'Amour toute grise,

    Qui symbolise nos illusions et la beauté intérieure... A ce qu'y disent.

    -      Le roi :

    Aaaah... La déesse Askydiz ? Je ne connaissais point cette divinité !

    Je vais vite à la pensée de mon pauvre pays l'invoquer !

    -      Le marquis : 

    Ce qui nous manque, c'est un allié. Pourquoi pas le roi Réginar d'Eléborance ?

    Nous réussirions avec lui un formidable retournement d'alliances.

    C'est un jeune homme instruit et stratège, qui a votre âge,

    Et il sera sensible à votre offre de partage.

     

    CLEMA82

     

    -      Le roi :

    Ah oui, le damoiseau est poète et peu adepte de gibier et de mangeaille ;

    Mais bien introduit parmi sa jeune valetaille,

    Il n'a, je le sais, point craché sur ces cuissots-là !

    Non, vraiment, Monsieur, c'est sottise que ce choix.

     

    En son palais, il tourne ses pages à une telle cadence,

    Que l'on pourrait de ce vice caricaturer l'Eléborance !

    Oncques ne vit plus stakhanoviste bardache

    Dans la prise en main de ses tendrons pour les tuer à la tâche.

     

    Qu'ai-je en communauté d'intérêts avec cet inverti aux moeurs d'hétaïre

    Qui rampe sur des carrelages pisseux et lèche des bottes en cuir ?!

    Certes, il a gagné deux guerres contre nous, mais foin des coquecigrues !

    Une alliance qui se respecte demande un minimum de vertus !

    -      Le marquis :

    ...Sire, votre voiture est prête pour vous mener au champ de la gloire espérée,

    Contre la félonne Hédonie qui a déjà tiré son épée.

    -      Le roi :

    Alors ne faisons point attendre l'adversaire arrogant et cupide.

    Ce soir, une des deux couronnes sera précipitée dans le vide !

     

     

    CLEMAT19.jpg

     

    -      Le roi :

    Quel magnifique spectacle ! Ces bannières au vent, ces olifans qui grognent !

    Ces cuirasses luisantes au soleil, les officiers virils qui se serrent les pognes !

    Jamais on ne vit en Casteigne pareille fête, ni autant d'hommes,

    Tant et tant, deux-cent-cinquante-trois m'ont suivi comme si j'étais héros de Rome !

     

     

    CLEMAT20.jpg

     

    -      Bernache Oyatoviche :

    Je trépigne, Sire, j'en ai assez d'attendre que le dénouement se présente !

    Quels sont ces bataillons en bas qui broutent leur pitance sous leur paisible tente ?

    Pourquoi ne se bat-on pas ? Qu'on en finisse ! Le soleil sera bientôt déjà haut !

    A-t-on bien transmis mes ordres ? A moi, les Généraux !

    Donnez-moi sur la situation votre verdict le plus sage

    Et rassurez-moi sur l'imminence du grand étripage !

    -      Un général :

    Les gens de l'Empereur sont déployés sous nos lignes, Monsieur.

    Le seul hic... C'est qu'ils sont deux fois plus nombreux !

    Par chance, notre armée a bon moral et tient depuis cette nuit les hauteurs.

    La prudence est de mise mais nous serons hardis quand viendra l'heure !

     

    CLEMAT21.jpg

     

    CLEMAT22.jpg

     

    -      Le roi :

    Réussirons-nous, cher Bernache Oyatoviche, à éviter un sort néfaste et regrettable

    Au point où nous sommes engagés et votre plan est-il responsable ?

    -      Bernache Oyatoviche :

    Il faut, Votre Majesté, fondre comme l'alouette et charger au centre,

    Et du tourment de votre royaume, faire saigner le ventre !

    Lieutenant, avez-vous de Madame Clématitsia Mouettovna quelque message ?

    Est-elle enfin à l'abri dans le fort ou dans le village ?

    -      Le lieutenant :

    Non Monsieur, je ne sais pas encore.

    -      Bernache Oyatoviche :

    ....Oui ?.... Eh bin ?... Et la rime, alors ?...

     

     

    CLEMAT56.jpg

     

    Comme prévu, les courtisans étaient venus assister au spectacle de la victoire promise par Bernache Oyatoviche.

     

    SAS35.40

     

    Mais ce fut l'Empereur hédonien, Merlimont Premier, qui donna le coup d'envoi de la bataille de Lombricbourg.

     

    SAS34.75

     

    SAS35.15.jpg

     

    SAS34.60.jpg

     

    CLEMAT23.jpg

     

    CLEMAT25.jpg

     

    CLEMAT25--1-.jpg

     

    CLEMAT26.jpg

     

    CLEMAT27.jpg

     

    CLEMAT28.jpg

     

    Clématitsia Mouettovna n'était pas dans le village, ni dans le fort. Elle avait voulu faire à son bien-aimé la surprise de le rejoindre à la tête des troupes. Mais elle se rendit compte assez vite que "la tête des troupes" était une donnée très relative, qui variait beaucoup.

     

    CLEMAT29.jpg

     

    Sa dame de compagnie et elle furent ballotées au milieu des lignes et le front se déplaçait en permanence autour d'elles. Selon l'ampleur des attaques et des contre-attaques, elles se trouvèrent souvent dans un camp qui n'était pas le leur.

     

    CLEMAT30.jpg

     

    CLEMAT31.jpg

     

    CLEMAT32.jpg

     

    A un moment, on les retrouva même en train de distribuer la soupe aux soldats hédoniens qui faisaient leur pause syndicale de 20 minutes, payée et comprise dans le temps de combat, ainsi qu'il est précisé dans la dernière convention collective de la petite armée impériale.

     

    -      Clématitsia Mouettovna : Comment ça, il est pas frais mon poisson ?! Si vous n'aimez pas, Monsieur, n'en dégoûtez point vos commensaux ! Suivant !!

     

    SAS35.14

     

    CLEMAT33.jpg

     

    CLEMAT34.jpg

     

    CLEMAT35.jpg

     

    L'Empereur constatait qu'il tenait le bon bout, mais les choses avaient tendance à patiner. Il décida donc d'envoyer sa Garde sur le point de résistance casteignane le plus tenace.

     

    -      L'Empereur : Lieutenant Pims ! C'est à vous, mon garçon ! Dégagez-moi un peu tout ça !  

     

    CLEMAT36.jpg

     

      -      Lieutenant Pims : A la Garde ! En avant ! Musique en tête !

     

    CLEMAT37.jpg

     

    La Garde traversa tout le champ de bataille, annoncée par les fifres et les tambours. Il ne s'agissait donc pas d'une attaque surprise, mais bien de la plus héroïque des charges, conduite par un jeune officier très prometteur. C'était l'instant décisif de cette méchante affaire.  

     

    CLEMAT38.jpg

     

    CLEMAT39.jpg

     

    Une nouvelle fois, Clématitsia Mouettovna  fut rattrapée et happée par la bataille...

     

    CLEMAT40.jpg

     

    CLEMAT41.jpg

     

    Au coeur de la mêlée, le regard du lieutenant Gustav Pims croisa celui de Clématitsia Mouettovna. Quelque chose sembla basculer en lui et il en oublia le déchaînement qui les entourait.

     

    CLEMAT42.jpg

     

    Il résolut immédiatement d'éloigner cette troublante personne de la bataille, comme s'il voulait la garder pour lui.

     

    CLEMAT43.jpg

     

    Enfin au calme, les deux jeunes gens se parlèrent longuement

     

    Pendant ce temps, le combat suivait son cours tranquille : on remarqua très vite qu'une compagnie ennemie était en train de contourner le village...

     

    CLEMAT57.jpg 

     

    -      Oulah... Oulaaah... Oulah-oulah-oulah-oulah, c'est pas bon, ça !

    -      Vous croyez ?

     

    CLEMAT59.jpg

     

    CLEMAT58.jpg

     

    CLEMAT60.jpg

     

    -      Barrez-vous, les gens !!!

    -      HEIIIIN ?

     

    CLEMAT61.jpg

     

    CLEMAT62.jpg

     

    SAS35.31

     

    CLEMAT44.jpg

     

    A Lombricbourg, la pagaille était à son comble. Il y avait comme un goût de défaite dans le repli précipité des soldats casteignans. 

     

    CLEMAT45.jpg

     

    SAS35.11

     

    CLEMAT46.jpg

     

    CLEMAT47.jpg

     

    CLEMAT80.jpg

     

    CLEMAT81.jpg

     

    SAS35.43

     

    SAS35.52.jpg

     

    SAS35.51.jpg

     

    CLEMAT51.jpg

     

    Gustav Pims conduisit la noble maîtresse de Bernache Oyatoviche dans le château familial de Pimsford, qui se trouvait juste derrière la frontière.

     

    CLEMAT67.jpg

     

    -      Madame Pims : Vous voilà déjà de retour, mon fils ? Cette bataille idiote est donc terminée ?

    -      Gustav Pims : C'est encore un peu confus. Je crois que nous avons pu avancer d'une trentaine de pas vers le sud... Je vous confie mon invitée, que j'ai sauvée des combats, Madame Clématitsia Mouettovna.

    -      Madame Pims : Clém... Tu te fous de moi ?! La poule de notre ennemi Calogine, ici ?! C'est insensé !!   

     

    Mais rien ne pouvait faire entendre raison à Gustav. D'ailleurs son père et sa soeur, résignés, ne dirent pas un mot : Gustav était comme ça, spontané et imprévisible. Une semaine plus tôt, il souhaitait ardemment demander la main de la jeune comtesse de Fortgusagne et la semaine d'avant, il voulait épouser son frère. Quant à Clématitsia Mouettovna, elle se contenta de dire "euh, merci.".

     

    Le soir venu, Bernache Oyatoviche rassemblait ses troupes épuisées au fort de Lombricbourg.

     

    CLEMAT48.jpg

     

    CLEMAT49.jpg

     

    CLEMAT50.jpg

     

    -      Le général : Bernache Oyatoviche, nous cherchons Madame Clématitsia Mouettovna. Plusieurs témoins l'ont vue au coeur de la bataille, mais elle est à présent introuvable.

    -      Bernache Oyatoviche :

    (soupir) ...Une bonne grosse journée de merde garde sa constance jusqu'au crépuscule.      

    Quelle cruelle impuissance m'étreint soudain ? Est-ce l'effet du ridicule ?

     

    CLEMAT54.jpg

     

    Gustav fit découvrir à Clématitsia émerveillée ce qui faisait la richesse de sa maison, qui lui avait valu d'être érigée en comté par l'Empereur : Sa famille commandait aux Grands des paquets de gâteaux et revendait au détail. Une dizaine par mois suffisait à fournir les onze mille habitants de l'Hédonie. Ils n'abusaient pas de cette gourmandise, car, disait Gustav, la dégustation devait rester un plaisir.

     

    CLEMAT55

     

    Un plaisir... Ce mot laissa Clématitsia Mouettovna un peu rêveuse. Et si c'était seulement ça qui manquait à sa vie depuis si longtemps ?

     

    CLEMAT53.jpg

     

    Clématitsia Mouettovna ne songea plus du tout à quitter la demeure de Pimsford. Prisonnière mais seulement du coeur du jeune officier insouciant, elle s'abandonna complètement à lui. Pour la première fois de sa vie, à présent aimée de la plus douce des façons, elle se sentie équilibrée et heureuse. Elle parvint même à savourer le chocolat avec modération, comme si elle en découvrait enfin le vrai goût...   

     

    CLEMAT70.jpg

     

    Quatre jours après la bataille, elle squattait encore le château, à la grande inquiétude de la Comtesse.

     

    CLEMAT52.jpg

     

    -      Mon fils, où est la noble cruche gloutonne que vous nous imposez ? Je ne la vois pas ! Elle n'est pas dehors au moins ?! Et si quelqu'un la voyait ?!

    -      Mère, nous sommes seulement allés nous baigner dans le petit bassin...

    -      C'est encore moins prudent, ça !!

    -      Il y a longtemps qu'on ne trouve plus de poissons rouges dedans, voyons...

    -      Certaines légendes affirment qu'il en resterait un, tapi dans les profondeurs ! Bon, ok... Tant qu'elle va à l'eau, ça va. Mais à la fin, la cruche, elle se casse d'ici !

    -      Mère !!

     

     

     

    Bernache Oyatoviche était dans le creux de la vague. La bataille état à moitié gagnée, ou à moitié perdue selon les  points de vue, le roi lui faisait la gueule et la garnison de Lombricbourg n'avait encore trouvé aucune trace de Clématitsia Mouettovna. Rien n'indiquait pourtant qu'elle ait été gardée prisonnière en Hédonie.

     

    Pour la première fois depuis longtemps, Bernache Oyatoviche demanda de l'aide...  

     

    CLEMAT63-copie-1.jpg

     

    -      Docteur, je dois téléphoner à l'association ATDD-Mini-Monde. Vous allez m'aider !

    -      Nooon, pas le téléphone !...

     

    CLEMAT64-copie-1.jpg

     

    -      8... 2... 0... 0... 3....

    -      Pas si vite, Votre Excellence ! Pas si vite  !

     

    Centre d'appel de l'association "Aide à toute Détresse des Dictateurs", sur le territoire montvillien, au sud du Jardin.

     

    CLEMAT65.jpg

     

    -      ...Depuis que les révolutionnaires m'ont chassé du trône de Dunisie, ils m'ont refilé la direction d'une agence d'Etat, une sorte de "fromage" de la République qui m'assure de bons revenus. J'aime le fromage, Mademoiselle, mais je ne sais pas si je suis prêt à abandonner mes ambitions...

    -      Mon conseil, Votre Majesté, est de patienter encore quelques semaines. Les jeunes républiques sont des régimes instables et au moment où celle-ci s'écroulera, vous incarnerez une alternative crédible. Je vous mets en relation avec le service des complots, qui pourrait monter une fausse affaire de corruption contre le nouveau gouvernement.

    -      Oui, ce serait parfait !

     

    CLEMAT66.jpg

     

    -      ATDD-Mini-Monde, bonjour !

    -      Bonjour. Je suis Bernache Oyatoviche Calogine, de Casteigne. Les choses ne vont pas bien politiquement, en ce moment. Hh-hhhh... C'est très dur, vous savez... Je me sens un peu à bout de ressources et de motivation. De plus, ma future femme est introuvable. Il faudrait redonner un bon coup de fouet à tout ça !

    -      A votre future femme, vous voulez dire ?

    -      Noon !! Auriez-vous un bon coach à me recommander ?

    -      Je vous mets en relation avec la plate-forme Coaching, Monsieur. Un conseiller va vous répondre dans 4 minutes, après l'attente publicitaire. Merci de votre appel et bonne journée !

     

    CLEMAT68.jpg

     

    -      Bijour ! Jé-souis-Jean-Christophe-Dulac ! Cônnaissez-vous-les-nouvelles-ôffres-S-F-R ?

     

    (...C'est du vécu. Un soir, j'ai été appelé par un téléconseiller très fatigué... Dans le genre boulot de galérien, c'est pas mal non plus, ça)

     

     

    Clématitsia Mouettovna a-t-elle changé de vision de sa vie et va-t-elle rester au château de Pimsford avec l'amant étranger qu'un furieux hasard a mis sur sa route ? Le bouillant, insupportable et trop amoureux Bernache Oyatoviche saura-t-il la reconquérir ? Ou bien sera-t-elle la nouvelle Hélène de Troie qui va précipiter le Jardin du Mini-Monde dans un conflit homérique ?

     

    CLEMAT8.jpg

     

    Vous le saurez bientôt...

    Peut-être.

    « Bienvenue dans ce monde miniature, qui est perpétuellement en quête d'autres formes de vie amicales.Clématitsia Mouettovna et la lourde solitude du pouvoir face au biscuit au chocolat (Episode 3) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :