• Episode 6

     

    Episode 6

    -     Colomba : Bonjour à tous !! Aaah, mais vous êtes tous là, ou peu s'en faut ! Je profite de ce que vous êtes scotchés comme des lapins dans les phares pour garder la parole !... D'abord, je commence par une belle histoire d'enfoirés que je m'en vas vous narrrrer. Il était une fois, quelque part en France selon toute vraisemblance, un des ces Grands Protecteurs dépositaires de l'immense secret de notre petite existence qui décida de tirer profit de la situation. Qui ? Nul ne le sait, vous non plus sans doute, les niveaux de confidentialité du système sont solides et bien étanches. Comment ? En se faisant payer une rente à vie avec de l'argent immatériel par des gens qui n'existent pas. Qui sait d'ailleurs quels autres avantages très matériels et intellectuels il a pu distiller de sa combine alambiquée ? Des scientifiques, des techniciens, des militaires, des escrocs, des gens très compétents dans leur domaine, on estime à 300 le nombre de ceux qui ont rejoint la pouponnière de ce tordu, un autre jardin, une maison, enfin un autre monde  quoi. Assurément, ils y mènent grande vie, à l'écart de la totalité des lois du mini-monde et de l'autre. Ce phénomène commence à être connu des 15 gouvernements de la fédération. Les autorités le connaissent sous le nom de " La traversée du miroir ". Et c'est là que votre combine à vous intervient. C'est un fait, vous êtes tous complices, vous êtes tous en train de faire vos bagages pour rejoindre ce paradis inconnu, pour l'accès duquel vous avez payé à un réseau spécialisé votre droit de passage. Ou presque, si vous aviez prévu d'autre prestation de service après le meurtre de... "Andromaque"...

     

    Episode 6

    -     Colomba : Rappelez-vous : le village pourrissait, s'appauvrissait, votre vie végétait, absence totale de perspective d'avenir. Et puis le mari de Groseilla, je vous salue Mari, sortit de prison et revint chez lui avec une idée du tonnerre, grâce aux utiles relations qu'il s'était faites en cellule, et qui prospèrent encore et de plus en plus. Vous vous êtes presque tous emballés pour cette idée, a mépris de toute considération mini-humaine. A part votre belle-maman, Monsieur Tadêklop, qui s'y est opposée fermement et qui a fini fermement décédée. Ahurissant... Faire de ce village, après avoir recruté d'autres repris de justice, un lieu dédié au crime sur commande. Par n'importe quelle ruse, un individu ou une organisation criminelle pouvait, contre paiement, envoyer une personne à Souchebelle pour qu'elle y soit éliminée du paysage par vos soins. Votre publicité et la qualité de la prestation et du service après vente a atteint plusieurs pays et les commandes ont afflué...  

     

    Episode 6

     -     Tadêklop : C'est un beau roman, c'est une belle histoire. Cela ne nous dit pas pourquoi vous avez, à ce que dit Mademoiselle Elvaotafantong, fait évacuer l'école...

    -     Colomba : J'ai bien failli ne pas pouvoir vous la raconter, cette histoire ! J'en ai été quitte pour une nuit de camping. Vous étiez sans doute prêts à m'accorder une chance de vous rejoindre, mais ce n'était pas l'avis de certains de vos associés ! Alors j'ai pris une assurance : j'ai envoyé vos gamins au vert, en sécurité. Mais j'ai été très gentille avec eux, très douce, demandez à la pétasse ci-jointe.

    -     Mademoiselle Elvaotafantong : Eh !

     

    Episode 6

    -     La gare est en train de brûler !!

    -     Ah oui. En plus d'enlever vos lardons, j'ai aussi un peu foutu le feu. Mais ça devrait aller, c'est juste pour signaler ma présence, au cas où je me serais pas assez fait remarquer.

     

    Episode 6

    Episode 6

    Episode 6

    Episode 6

     Episode 6

    -    Colomba : Je vous félicite pour le succès de votre petite entreprise de tueurs à gages ! Mais c'est l'heure de la liquidation !  Je pense que vous n'avez pas, Monsieur le maire, trouvé le corps de Gaëtan Sélabaksaspas au bord de la route l’autre jour. Comme tout à l'heure, et sans doute les autres fois, vous avez tenté de piéger la victime au coeur de la toile, dans le village, mais elle a flairé un truc et a fait demi-tour fissa. Vous avez poursuivi le gibier avec votre puissante voiture, l'avez rattrapé et tué. Sauf qu'entre temps, quelqu’un a appelé la police, pensant que le meurtre était en train de se produire sur la place, et en se présentant sous votre nom. Vous avez dû être bien surpris quand, de retour au village, la police arrivait suite à votre appel. Quelqu'un vous avait trahi. Ce quelqu’un en a après vous et vos affaires. Ou bien ce quelqu’un a peur de vous, de vous tous. Et ce quelqu’un est peut-être présent ici ce matin…

     

    Episode 6

    -          Mademoiselle Elvaotafantong : Vous voulez dire : « ce.tte quelqu’un.e est présent.e » ? 

    -          Colomba : Ta gueule ! Je vous arrête toutes et tous !

     

    Episode 6

    -     Tadêklop : Enfin, soyez sérieuse. Nous sommes des dizaines et vous êtes seule. Fiez-vous à moi, on peut encore s'arranger, entre gens raisonnables et discrets.

    -     Colomba : Parce que vous croyez que l'incendie qui va ravager toute la commune va rester discret, lui ? J'attends d'un instant à l'autre les renforts de la police, de l'armée, des pompiers, des douaniers et même des Souriceaux, les impitoyables mini-scouts des terriers !

     

    Episode 6

    -     Colomba : Oh !! Revenez ici !! Vous êtes en état d'arrestation, bordel !!

     

    Episode 6

    Episode 6

    Episode 6

     

    Comme l'avait prévu Colomba, le sergent Gépludo investit le village en y mettant les moyens.

     

    Episode 6

    Episode 6

    Episode 6

    Episode 6

    -     Colomba : Bravo les gars ! Z'êtes arrivé à temps ! Joli coup de filet !

    -     Gépludo : Avec tout ça, on peut espérer faire bien avancer l'enquête sur le réseau " Traversée du miroir ".

    -     Colomba : Espère, mon gars, espère ! Sois patient et heureux ! Bah tiens, v'là le coiffeur ! Il a l'air au bout du rouleau ! Embarquez-moi tout ça !

    -     Gépludo : Par chance, nous avons intercepté en chemin un nouveau convoi funèbre...

    -     Colomba : Oui, j'ai rien pu faire pour celui-là... Mais si ça trouve, il n'en valait pas la peine. Oui ok, on est policiers, on peut pas dire des trucs comme ça...

     

    Episode 6

    -     Colomba : Ma tiote bagnole, je te retrouve enfin ! Ah, tu l'as bien soignée mon lapin. Merci ! Ah merci-merci !

     

    Episode 6

    -     Colomba : Bon, au point où on en est, on peut se laisser aller à des confidences sans oreiller. Combien de pauvres types avez-vous occis ?

    -     Tadêklop : 31.

     -     Colomba : Je pense qu'il y a eu un autre juste avant Gaëtan Bidule. Dans le ravin où Groseilla m'a subtilement envoyée, il y avait une voiture qui avait disparu le temps le temps que je revienne au village et que je vous ramène sur place. A tous Les coups, c'était celle d'Emmesdos, qui est tombé dans le trou en poussant avec la sienne celle de la précédente victime. Vous n'aviez pas eu le temps de la remonter et ça s'est fait en catastrophe entre mes deux visites sur place.

    -     Tadêklop : Oui, il y eu un petit moment de panique avec ça... Nous avions eu une bonne semaine : 4 contrats.

     

    Episode 6

     -     Tadêklop : Dommage... J'aurais aimé mieux vous connaître. Je suis sûr qu

        Colomba : Je suis sûre que non. parce que, Monsieur, vous n'avez pas de conscience. Vous croyez que tout se vend et s'achète : les choses, le bien commun, les gens, les sentiments, la vie, la mort... Et je déteste ça ! Mais vous allez être présenté à un juge d'instruction qui a lui aussi les dents qui rayent le Parquet. Si vous êtes un bon client en tant que témoin, vous risquez de trouver l'écoute et a compréhension dont vous avez besoin. Allez zou !

     

    Episode 6

    -     Colomba : Mon sergent d'amour, tu prends le commandement du convoi.

     

    Episode 6

    -     Colomba : Dis donc, la tiote, y faut que je te parle.

     

    Episode 6

    -     Colomba : T'as vu ça ? Poulaga en plat du jour ! Et tout un village invité au festin !

    -     Groseilla : Bravo.

    -     Tadêklop : Je vois bien ton soulagement... Il me faut un max de preuves mais aussi des témoins. Maintenant que le terrain est dégagé, tu peux me dire les choses. Tu voulais que ça s'arrête et c'est fait.

     

    Episode 6

    -     Groseilla : Vous voyez... Je ne me suis jamais sentie aussi libre que pendant que mon mari était en prison. Et j'en ai été la première surprise. Et ça, la liberté, quand on y a goûté une fois... J'espérais en arrivant ici que nous referions notre vie tranquillou mais mon mari, Jérôme et Derien ont eu cette idée folle pour relancer l'économie du village.

    -     Colomba : Faire savoir à tous les criminels et autres magouilleurs dans toutes les nations miniatures que ce village sous-traitait la disparition propre et nette de tout individu gêneur. Le bouche à oreille à fait le reste. Mais cette comédie ne pouvait pas durer bien longtemps, il y avait trop de gens au jus.

     

    Episode 6

    -    Groseilla : Andromaque, c'était l'avant-dernier contrat au programme avant notre départ vers un lieu de rendez-vous encore inconnu pour notre transfert par le réseau. Nous aurions été des petits qui vivent comme des Grands, mais toujours en cachette. Le magot qui nous restait allait être partagé en fin de semaine. Je n'en pouvais plus, j'étais contre ça et je savais ce qu'il en coûtait.

     

    Episode 6

    -     Colomba : L'accident de Belle-Maman Jérôme, par exemple. Et lui a laissé faire. Carrément sordide !

     

    Episode 6

    -     Groseilla : J'étais terrorisée. Je n'avais qu'une envie, repartir du bon pied avec mes deux fils et Geldoush...

     

    Episode 6

    -     Colomba : Geldoush ? Le joueur de flûte ? C'est toi son amie ? Nooon ! Tu l'as adopté ou ton horoscope t'a dit "faites-vous un jeune", comme le disait la grrrande Yvette Leglaire ?

    -     Groseilla : Nous espérons nous installer chez moi, à Absinthyos. Enfin si la justice est sympa avec nous... Nous nous aimons.

     

    Episode 6

    -     Colomba : Vouvouzémé ? Aaah... Un jour, je saurai ce que c'est. C'est pas compliqué : vous témoignez et vous serez libres. Libres mais sous contrainte de protection policière du coup... 

    -     Groseilla : Nous aurons au moins ça.

     

    Episode 6

    -     Colomba : La justice sera cool avec toi, je m'en arrangerai. mais après le 2 heures de vacances que j'ai l'intention de prendre, pendant que mes gars conduisent le troupeau de malfrats en ville. On va rester toutes les deux, en copines !

    -     Groseilla : Je vous prépare quelque chose ?

    -     Colomba : Oui, mais y faut me tutoyer d'abord. 

    -     Groseilla : Je croyais que la connivence et l'empathie étaient vaines avec toi.

     

    Episode 6

    -     Colomba : " Etaient vaines ", non mais ho, comment tu me parles ? Sois plus naturelle, bon sang ! J'ai l'empathie sélective, je la gaspille pas !

    -     Groseilla : Oui, j'ai bien besoin de me détendre...

    -     Colomba : A propos, tu es à peu de choses près la dernière habitante du village et qu'en plus tu fais bien la tortore... J'aimerais bien... As-tu des costumes ? J'adore les costumes.

     

    Episode 6

    -     Groseilla : Musique !

     

    Episode 6

    Je suis toutes les femmes
    Je vis vos joies et vos mélodrames

     

    Episode 6


    Je suis sentimentale et parfois femme fatale aussi
    Que l'on me condamne si mon cœur s'enflamme
    Devant les projecteurs
    Qui me visent en plein cœur chaque nuit

    Je suis toutes les femmes
    Je chante, je danse c'est tout un programme
    Je suis reine du disco et l'amie de Pierrot aussi
    Que l'on me pardonne lorsque je me donne
    Et je vis mes chansons à travers les saisons de ma vie

     

    Episode 6

    Je suis toutes les femmes
    J'aime les paillettes, les strass, les télégrammes
    Les soirées de première puis la une et la der aussi
    Et ma vie de star finit dans le noir
    Quand les lumières s'éteignent
    Et le silence règne dans la nuit

     

    Episode 6

    Je suis toutes les femmes
    Je vis vos joies et vos mélodraAAAAAAAmes

     

    Episode 6


    Je suis sentimentale et parfois femme fatale aussi
    Que l'on me condamne si mon cœur s'enflamme
    Devant les projecteurs qui me visent en plein cœur
    Chaque nuit

     

    Episode 6

    Je suis toutes les femmes
    J'aime les paillettes, les strass, les télégrammes
    Les soirées de première puis la une et la der aussi
    Et ma vie de star finit dans le noir
    Je suis toutes les femmes, je suis toutes les femmes

     

    Episode 6


    Je suis toutes les femmes, je suis toutes…
    Les femmes, les femmes !!!

     

    FIN

     

    DB - 23-12-218

    « Aujourd'hui : exploration dans le Bois de Vincennes pendant un hiver bien trop doux (15 et 16 février 2019)Episode 5 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :