•  

    Dans le vaste jardin qui abrite les nations miniatures, près de Berck-sur-Mer.

    Un espion orchidien est au travail dans la cité éléboranaise de Carrelage, cachée dans une dépendance de la maison des Grands Protecteurs.

     

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

     

    Palais de l'empereur Catudila à Katapigone, capitale de l'Orchide. L'empereur, un jeune homme fantasque et cruel qui est en plus un peu parano, prend un bain aux herbes pour se détendre.

     

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    -     Le serviteur : Haaaaa !!!

     

    Acte 1

    -     Catudila : Bonde ! Qu'est-ce qui vous prend de surgir comme ça ?!

    -     Bonde : Votre Majesté, vous m'avez demandé de ne pas être vu quand je viens vous voir.

     

    Acte 1

    -     Catudila : Oui, oui... Bon. Quelles sont les nouvelles ? Qu'avez-vous appris à Carrelage ?

    -     Bonde : J'ai assisté, au moins pour une petite partie, à une conférence organisée par un savant casteignan pour un public choisi et discret qui m'a paru très international. Il était question d'alimentation, de semences. Et de relations avec un Grand qui aurait aménagé quelque part une nouvelle colonie.

    -     Catudila : Une nouvelle colonie ? Je ne suis pas au courant de ça.

     

    Acte 1

        Bonde : Aucun gouvernement des mini-nations du Jardin secret n'est au courant. C'est ça qui est excitant.

     

    Acte 1

    -     Catudila : Il y a tout lieu de penser que l'Eléborance couvre un trafic quelconque. Creusez cette piste, agent Bonde. Et arrêtez vos pitreries.

    -     Bonde : Mon harnais est bloqué, Sire...  

     

    Acte 1

    -     Catudila : Bonjour Monsieur le Chancelier. Vous voyez, votre singe savant est parmi nous. Bonde, il est très possible que Carrelage essaie de nous nuire en agissant sur nos approvisionnements... Il faut mettre les grands moyens sur cette méchante affaire. Nous avons un autre agent de terrain qui se trouve en Casteigne, vous enquêterez avec elle.

    -     Bonde : "Elle" ?

     

    Acte 1

    -     Le chancelier Sêkiceuptimech : Vous avez rendez-vous avec Mademoiselle Gêpallapesh Messahyra demain midi au restaurant du Travertin Palace, à Roncecour.

    -     Bonde : La célèbre danseuse ? Elle fait partie du service ?

    -     Catudila : C'est pas que ça m'enchante, mais il faut bien en passer par là. Mais je l'aime pas. Elle m'a fort critiqué, et même insulté, avant de quitter le pays. Je veux bien que cela serve sa couverture mais je pense qu'elle s'est aussi bien fait plaisir.

    -     Sêkiceuptimech : Elle suit depuis plusieurs semaines les activités de ce professeur Tamidlo, qui est un des plus grands génies du mini-monde : biologiste, biochimiste, biogénéticien... Il voyage beaucoup ces temps-ci et semble s'être acoquiné avec la reine Hazemnout de Gravière, qui n'en finit pas de tremper dans tout ce qu'il y a de louche dans le jardin secret. Un individu aussi précieux doit rester absolument sous contrôle et il n'est pas sûr que la Casteigne soit à la hauteur dans son cas. Il est soupçonné de détourner et de vendre sous le manteau des découvertes d'une portée stratégique à des intérêts privés qui sont eux aussi hors de contrôle.

     

    Acte 1

     -     Sêkiceuptimech : Quant à mademoiselle Messahyra, cette jeune femme est supposée être une espionne de la Casteigne depuis un an, et à ce titre elle fait partie des services du colonel Ivan Moulefritoroff. Mais c'est un agent double. En réalité, elle est toujours à nous.

    -     Catudila : Eh bin on dirait pas ! Mais entre individus adeptes de frivolités mondaines, vous saurez vous entendre.

     

    Acte 1

    -     Sêkiceuptimech : Elle a un bon réseau d'informateurs en Casteigne, en Eléborance et dans le petit royaume de Gravière. Et aussi dans les luxueuses petites colonies installées dans quelques huttes de chasse de la baie qui appartiennent aussi aux Grands Protecteurs. Découvrez ce qui se passe, et si ça nous concerne.

     

    Acte 1

    -     Catudila : Messieurs, au travail ! Trouvez-moi la meilleure des raisons de déclarer la guerre à l'Eléborance, d'attaquer Carrelage et d'en finir une bonne fois avec nos ennemis !

     

    Acte 1

    -     Bonde : Attaquer Carrelage encore une fois ? Il tient vraiment à ce qu'on se prenne une branlée tous les dix ans ?

        Sêkiceuptimech : Ne soyez pas cynique, Bonde. Le roi Gason était, à l'époque, à deux doigts de gagner la bataille et il avait moins de 250 hommes. Aujourd'hui, nous pouvons mobiliser 7 légions et plus de 400 soldats. Bonne chance, agent Bonde. Et sortez de ce lit qui n'est pas le vôtre, même si c'est dans vos habitudes.

     

    Acte 1

    Acte 1

    -     Bonde : Aaah ! Sandra ! La plus belle fleur de ce jardin !

    -     Sandra Matizet : Vous charmez, Dêboushla, vous charmez beaucoup, mais on ne voit jamais rien venir... Faut-il que certaines fleurs se fanent avant que vous vous décidiez à les cueillir ?

     

    Acte 1

    -     Bonde : Vous êtes d'humeur mutine, aujourd'hui.

    -     Sandra : Mutine et toute prête à être butinée. J'ai réglé les formalités de votre voyage et le rendez-vous avec la diva. ramenez-moi un petit souvenir.

    -     Bonde : Vous êtes magique. Je vous enverrai une carte avec "bon baisers de Casteigne".

     

    Acte 1

    -     Sandra : Si vous en avez le temps, bien sûr. Vous serez très occupé là-bas et mademoiselle Messahyra saura capter toute votre attention et beaucoup-beaucoup vous surprendre.

     

    Acte 1

    -     Bonde : C'est à dire ?

    -     Sandra : Vous verrez... Bon voyage !

     

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    -     Bonde : Bonjour, Votre Altesse !

    -     Geldoush : Bonjour, Monsieur Bonde ! Vous sortez de chez mon cousin l'empereur moins secrètement que vous y êtes entré. Est-il de bonne humeur ?

    -     Bonde : Je crains bien que non.

    -     Geldoush : Les temps sont durs, même les sourires sont hors de prix. Bonne journée, Monsieur Bonde.

     

    Acte 1

    Acte 1

     

    Dêboushla Bonde est un aventurier infatigable. C'est aussi un bon vivant. Avant de repartir en mission, il s'accorde une gentille soirée au bord du bassin paysager.

     

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

    Acte 1

     

    A SUIVRE...


    votre commentaire
  • Royaume de Casteigne, le Travertin Palace à Roncecour.

     

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    -     Bonde : Bonjour Mademoiselle. Mon nom est Bonde. Dêboushla Bonde. Nous avons rendez-vous. 

     

    Acte 2

    -     Gêpallapesh : Gêpallapesh Messahyra. Bonjour Monsieur Bonde. Je sais très bien qui vous êtes, au-delà bien sûr de votre réputation d'infatigable fêtard de la bonne société. Vous étiez dans la police auparavant ?

    -     Bonde : Oui, j'enquêtais sur des meurtres. Mais je m'ennuyais, faute de matière première.

    -     Gêpallapesh : Pourtant, avec cet autocrate stupide que nous avons maintenant au pouvoir, il y a comme qui dirait de la recrudescence dans le cassage de pipe.  

     

    Acte 2

    -     Bonde : ...Euh... Vous êtes sûre que nous sommes dans le même camp ?

    -     Gêpallapesh : Je vais vous surprendre : oui.

     

    Acte 2

    -     Bonde : Il paraît que vous avez du nouveau ici. Que savez-vous des agissements de ce biologiste qui semble inquiéter le chancelier.

     

    Acte 2

    -     Gêpallapesh : Le professeur Tamidlo n'inquiète pas que lui. On le soupçonne de monter un gros coup avec la complicité de nombreux individus, qui vont du savant reconnu au plus banal grouillot, puisés dans presque toutes les nations miniatures... Un coup de quoi, on ne sait pas encore, mais il semble que ça se passe en partie ici. Nous irons tout à l'heure faire une balade dans un lieu qui concentre toutes les attentions, sans que ce soit forcément public. Faisons d'abord honneur à la cuisine du Travertin.

     

    Acte 2

     

    Après le déjeuner, ils s'apprêtent à quitter la serre de Roncecour.

     

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

     

    Acte 2

     Acte 2

    -     Bonde : Où allons-nous ?

    -     Gêpallapesh : Au sud-est du potager, dans un carré de courgettes qui a été ravagé récemment par une soudaine invasion de plantes parasites : orties, ronces, orobanches, et même des lentilles géantes.

    -     Bonde : La botanique. Bientôt une nouvelle corde à mon arc, alors.

     

    Acte 2

    -     Bonde : Une voiture de luxe, une suite au Travertin Palace... Vous menez grand train pour le métier que vous faites.

    -     Gêpallapesh : Mon métier ? Ha ! Ha ! Je suis danseuse étoile à l'opéra de Roncecour ! Vous avez oublié ?

     

    Acte 2

    -     Bonde : Non, d'ailleurs je vous ai vue sur scène, il y a quelques mois. Vous étiez divine ! Je me demandais quelle place vous consacriez à votre second métier, celui d'espionne, espionne double qui plus est.

    -     Gêpallapesh : Ma couverture d'artiste capricieuse qui a fui le régime de l'empereur Catudila a séduit les Services Casteignans qui m'ont approchée puis recrutée. Et si je me suis "dédoublée", c'est parce que je sers avant tout l'Orchide, mon pays, plutôt que ce pauvre roitelet qui ne va pas durer bien longtemps. J'ignore si le colonel Moulefritoroff soupçonne quelque chose. Je lui plais beaucoup-beaucoup, et il est assez retors pour imaginer facilement que je puisse être un agent double.

    -     Bonde : A ses yeux, ça vous donnerait sûrement encore plus de charme.

     

     

    Acte 2

    -     Gêpallapesh : Voilà... Un botaniste casteignan, Oscar Yadugato, est venu étudier le site. D'après lui, ces plantes ne se sont pas comportées de manière naturelle. Elle n'ont pas seulement surgi en même temps et à profusion pour étouffer les courgettes, elles les ont dévorées. Puis elles sont mortes aussi, laissant ce terrain presque nu. Tout le processus n'a pas pris plus de 24 heures. Yadugato a incriminé les recherches du professeur Tamidlo et l'a taxé de criminelle imprudence. Et puis il a disparu il y a trois jours. Enfin pas tant que ça : on a retrouvé sa trace dans la colonie gravaroise de la baie d'Authie. Je l'ai vu hier en compagnie de Tamidlo lui-même au bord d'une piscine. Ils ont de nouveau l'air très copains. Je suis revenue de là-bas ce matin avec le dirigeable de 8 heures.

     

    Acte 2

    Acte 2

     Acte 2

    -     Bonde : Des plantes génétiquement modifiées pour être très agressives et envahissantes... Il s'est passé quoi ici, alors ? Une expérimentation qui a mal tourné ? Une mise en situation volontaire ? Tamidlo a-t-il publié ses recherches ?

    -     Gêpallapesh : Il n'y a rien dans son cursus officiel qui nous parle de recherches à ce point abouties dans ce domaine.

     

    Acte 2

    -     Bonde : Alors c'est vrai, il cache ses résultats pour les vendre au plus offrant. Cela donne encore plus de sens à sa discrète conférence de Carrelage... J'ai vu... Rentrons, maintenant. La nature et moi, ça a toujours fait deux.

     

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    -     Gêpallapesh : Qu'est-ce que c'était ?!

    -     Bonde : Sans doute un autre brevet non déposé... Rentrons nous reposer de ces émotions et rendre compte au Chancelier.

     

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

     

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    -     Gêpallapesh : Un rafraîchissement, Monsieur Bonde ? Mettez-vous à l'aise.

    -     Bonde : Vous avez raison. Nous avons tout le temps devant nous pour faire... notre rapport.

     

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    -     Bonde : ...Ah, mais... Vous n'êtes pas du tout une jeune femme, en fait...

    -     Gêpallapesh : Non, pas encore. En mai prochain, normalement.  

     

     Acte 2

    -     Gêpallapesh : Ah... C'est un problème ?...

    -     Bonde : Nooon, du tout ! Je peux planter ma petite graine dans des terreaux très divers, pourvu qu'ils soient de qualité !

     

    Acte 2

    -     Gêpallapesh : ...Mmmm... Dêboushla... Dêboushla...

    -     Bonde : Hhhhhh... Voilà une belle plante qui a du mordant...

    -     Gêpallapesh : Oh, pardon...

     

    Acte 2

    -     Gêpallapesh : Hhhhh... Dêboushla... Dêboushla...

     

    Acte 2

    -     Bonde : Alors, belle pante, heureu.se.eux ?

    -     Gêpallapesh : Mmm, j'aime quand vous faites de l'inclusif, Monsieur Bonde.

     

    Acte 2

    -      Gêpallapesh : Prends la salle de bain, je vais nous préparer une collation.

      

    Acte 2

    Acte 2

    -     Bonde : Nous devrions aller dans cette colonie du royaume de Gravière, dans la baie. Si Tamidlo s'y trouve, en dehors du fait que c'est un site de villégiature très huppé, c'est forcément intéressant.

     

    Acte 2

     -     Bonde : Gêpallapesh ?...

     

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    Acte 2

    -     Bonde : Tiens... Le colonel Ivan Moulefritoroff, dit "Ivan le Pénible". Que faites-vous là ? Je veux dire : que faites-vous là ENSEMBLE ?

    -     Moulefritoroff : Bonjour Monsieur Bonde. 

    -     Sékiceuptimech : Nous avons reçu chacun, il y a deux heures, un curieux message nous disant de venir ici de toute urgence.

    -     Moulefritoroff : Quelqu'un joue avec nous, visiblement. Où est l'agent Messahyra ?

     

    Acte 2

    -     Bonde : Vous trouverez son corps dans sa chambre. Elle a été tuée par une plante... Vous devriez envoyer vos hommes faire le ménage. Une remise en blanc s'impose.

    -     Moulefritoroff : Ah. Dommage... C'est la triste fin d'une double carrière...

    -     Bonde : Vous saviez donc qu'elle était un agent double.

    -     Moulefritoroff : Double à bien des égards... La pauvre... Il nous manquera. 

     

    Acte 2

    -     Sêkiceuptimech : Nous venons de voir nous aussi les dégâts faits au potager. Nous pensons qu'il s'agit d'un attentat.

    -     Bonde : Je crois plutôt à un avertissement, un avant-goût. Une revendication ne devrait pas tarder. Alors nos services travaillent ensemble ? Nous ne sommes plus en guerre avec la Casteigne dans les colonies de la baie ?

    -     Sêkiceuptimech : Si, bien sûr! ...Enfin, je crois...

    -     Moulefritoroff : Il me semble que oui. Mais je pense que ça va devenir secondaire.

     

    Acte 2

    -     Moulefritoroff : Il me paraît utile de faire la paix pendant quelques heures, ou quelques jours, agent Bonde. Mais tout cela reste absolument secret, nos gouvernements eux-mêmes seront à peine au courant. Nous pourrons compter sur l'aide technologique des services arrochelliens s'il s'avère qu'une menace pèse sur le jardin secret...

     

    Acte 2

    -     Moulefritoroff : Donc, vous continuez à enquêter. Vous partez demain matin, avec l'autorisation de votre supérieur, bien sûr...

    -     Sêkiceuptimech :  Eh bien...

    -     Moulefritoroff : Merci. Vous partez demain matin pour la colonie gravaroise, Salicorne-Ville, le terrain de jeu de la jet set intermininationale qui gravite autour de de la reine Hazemnout.

    -     Bonde : Je connais bien. C'est très chic et elle est dissimulée dans une hutte de chasse sur le platier.

    -     Sêkiceuptimech : Oui, mais...

     

    Acte 2

    -     Moulefritoroff : Votre contact s'y trouvera. Vous LA reconnaîtrez facilement, et cette fois c'est une vraie. Mais attention, vous marcherez sur des oeufs.

    -     Bonde : Pourquoi faire ?

    -     Sêkiceuptimech : Le colonel veut dire "attention à l'incident diplomatique" : comme on vous l'a dit, la reine de Gravière séjourne souvent à Salicorne-Ville, elle s'y trouve en ce moment et le site est très sécurisé. Soyez discret, ne faites pas trop de vagues...

        Bonde : Marcher sur des oeufs dans les vagues. Un jour, il, faudra qu'on parle de mes conditions de travail.

     

    Bonde passa une nuit un peu triste au Travertin Palace, après la mort de Gêpallapesh, en qui il avait eu beaucoup d'estime pendant les quelques heures de leur association. Le métier était dangereux, il le savait, et il n'était pas exagérément émotif. Mais il semblait écrit que ses expériences affectives n'étaient jamais appelées à durer.  

     

    Acte 2

    Acte 2

     

    A SUIVRE...


    votre commentaire
  •  

    Hutte de chasse de Salicorne-ville, colonie du royaume de Gravière sur la baie d'Authie. A peine arrivé, Bonde se joint aux plaisirs de la bonne société locale.

     

    Acte 3

    Acte 3

     Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    -     Bonde : Princesse Geldoush. C'est une merveilleuse surprise.

    -     Geldoush : Je vous attendais, Monsieur Bonde. Quel physique avantageux. Cela vous réussit de nager dans 7 millimètres d'eau.

    -     Bonde : Ne parlons pas de millimètres, il y a plus important.

    -     Geldoush : Soyez naturel... Enfin, soyez vous, quoi. On nous observe. Le professeur Tamidlo et sa grande copine Hazemnout viennent couronner de leur éclat le scintillement sordide de ce délicat panier de crabes.

     

    Acte 3

    Acte 3

    -     Bonde : Tous ces gens sont donc suspects ?

    -     Geldoush : La plupart de ces touristes n'en sont pas vraiment, c'est certain. Et on sent la sécurité un peu tendue.    

     

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    -     Bonde : Que savez-vous des graines, Votre Altesse ?

    -     Geldoush : Il y en a de gros stocks ici, dans le sous-sol, mais aucun laboratoire. Il est ailleurs. Un dirigeable est venu et reparti cette nuit. Je n'ai pas pu approcher assez pour voir ce qu'il faisait. Pas d'indices non plus sur la localisation de la colonie secrète vers laquelle la reine s'apprête à déménager avec tout son monde. Sauf une indication : elle serait à 11 heures de vol, donc sans doute au-delà du Tréport, d'Arras ou de Boulogne. Et ne m'appelez pas Votre Altesse. Je n'ai rien contre l'étiquette mais je n'aime pas en voir collées sur les gens.

    -     Bonde : La reine de Gravière... Je ne l'ai vu de près que deux fois à la Cour, quand elle est venue visiter l'empreur. Jamais deux sans trois. Je vous retrouve devant le bassin.

     

    Acte 3

    -     Tamidlo : C'est lui, là, avec la princesse ? L'homme qui s'est introduit à Carrelage ?

    -     L'officier : Oui Monsieur. Dêboushla Bonde, agent secret de Catudila.

    -     Tamidlo : Bien... Il semble avoir envie de jouer aussi...

     

    Acte 3

    -     L'officier : Tuer n'est pas jouer, mais je vous garantis que ce serait plus sûr. Il est dangereux.

    -     Tamidlo : Bien moins que nous, mon ami. Bien moins que nous...

     

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    -     La reine Hazemnout : Est-ce que vous passez un bon moment, jeune homme ?

    -     Bonde : Oui, Votre Majesté ! La baignade dans cette eau pure et délicieuse m'a donné grand faim. Je pense que je vais aller casser une p'tite graine.

    -     La reine Hazemnout : ...Fort bien ! Amusez-vous ! Amusez-vous tous !

     

    Acte 3

    Acte 3

     -     Bonde : Il faut maintenant explorer les bas-fonds de cette hutte.

    -     Geldoush : Mieux vaut attendre la nuit. Et en attendant, je vais vous faire visiter la colonie et vouis emmener voir un joli spectacle. Ma voiture est là.

     

    Acte 3

    -     Bonde : Voilà, bonne idée. Donnez-moi du grain à moudre, chère amie. Nous avons tellement de  temps devant nous.

    -     Geldoush : Votre réputation n'est vraiment pas surfaite. Cher ami...

     

    Acte 3

    Acte 3

     

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    -     Bonde : C'est quoi ce cageot ?

    -     Geldoush : C'est un hôtel. Au dernier étage, il y a l'appartement privé de la reine. Nous sommes ici dans son petit paradis personnel. Entre le service, la sécurité, les... "touristes" et les résidents, il y a tout au plus 400 personnes dans la colonie. L'hôtel est complet en ce moment. La clientèle vient de partout et elle est très VIP. Chose curieuse, ils partent tous demain matin.

    -     Bonde : Sans doute un départ massif en excursion vers la mystérieuse colonie. Ils ont dû payer cher leur place...  

     

    Acte 3

    -     Bonde : C'est de l'excellent travail. Comment savez-vous tout ça ?

    -     Geldoush : Ce travail, je ne le fais pas seule, nous avons mis une semaine à infiltrer le personnel ici ou là. Dans l'hôtel, un barman et une femme de chambre sont des gens à nous.

     

    Acte 3

    Acte 3

    -     Bonde : Ce bazar n'inspire pas la modestie.

    -     Geldoush : Les employés l'appellent le Colosse d'Hazemnout. Veneez, le théâtre est derrière.

     

    Acte 3

     

    Nos deux amis se rendent au Yvette mini-Leglaire's Cabaret pour y entendre la puissante voix de Bigornette von Bulot, qui chante "Diamonds are for ever" en ouverture.

     

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Diamonds are forever,
    They are all I need to please me,
    They can stimulate and tease me,
    They won't leave in the night,
    I've no fear that they might desert me.

     

    Acte 3

    Diamonds are for ever,

    Hold one up and then caress it,
    Touch it, stroke it and undress it,
    I can see ev'ry part,
    Nothing hides in the heart to hurt me.

    I don't need love,
    For what good will love do me?
    Diamonds never lie to me,
    For when love's gone,
    They'll lustre on.

     

    Acte 3

    Diamonds are forever,
    Sparkling round my little finger.
    Unlike men, the diamonds linger;
    Men are mere mortals who
    Are not worth going to your grave for.

     

    Acte 3

    I don't need love,
    For what good will love do me?
    Diamonds never lie to me,
    For when love's gone,
    They'll lustre on.

     

    Acte 3

    Diamonds are forever, forever, forever.
    Diamonds are forever, forever, forever.
    Foreee-eveeer

    Foreee-eveeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeer !!!!!

     

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

     

    Minuit, l'heure des espions.

     

    Acte 3

    -     Bonde : Garez-vous derrière ce camion.

     

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    -     Geldoush : Il y a des entrepôts par là.

     

    Acte 3

    Acte 3

    -     Bonde : Oulah... C'est un peu flippant, tout ça...

    -     Geldoush : Les collections privées de la reine... Oui, et ça sent bien le gros déménagement.

    -     Bonde : Je crois que dans une certaine mesure, on peut dire qu'elle aime les chouettes. Elle n'a peut-être jamais vu de mini-gens se faire picorer par ces rapaces... Bon. C'est pas là. Essayons à côté.

     

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

     

    Acte 3

    Acte 3

    -     Bonde : Des lentilles. Des blondes. Je préfère les brunes.

    -     Geldoush : Les vertes...

     

    Acte 3

    Acte 3

    -     Bonde : Elles paraissent bien inoffensives, mais je suis là pour collecter des échantillons que nous ramènerons dans un labo d'analyses au Platier.

    -     Geldoush : Vous êtes sûr que c'est bien raisonnable ?

    -     Bonde : Pourquoi ? Vous pensez qu'ils vont le remarquer s'il en manque ?

    -     Geldoush : Je veux dire que cet endroit est sûrement mieux gardé qu'il n'en a l'air. Nous ne devrions pas traîner.

    -     Bonde : Il nous faut des preuves.

     

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

     

    Hutte et étang du Platier d'Orchies, colonie internationale, laboratoire de la république d'Arrochelle.

     

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    -     Moulefritoroff : Bien joué, voius deux. Vous êtes sûrs que vous ne voulez pas trahir votre pays et rejoindre mes services.

    -     Geldoush : Faut voir.

    -     Bonde : Elle palisante.

     

    Acte 3

    -     Moulefritoroff : Qu'est-ce que c'est ?! 

     

    Acte 3

    Acte 3

    Acte 3

    -     Moulefritoroff : Qu'est-ce qui s'est passé ?

    -     Professeur Gélagnac : Chaleur et lumière, Monsieur. Cela a déclenché la croissance ultra-rapide des semences. Ces petites saloperies sont incroyablement dangereuses. Elles peuvent vous bouffer tout un paysage en quelques heures.

    -     Bonde : Nous l'avons déjà constaté...

     

    Acte 3

    -     Bonde : Tamidlo justifie sa réputation : c'est un génie. Un génie au service du mal, comme je les aime.

    -     Moulefritoroff : Je n'ai pas d'ordres à vous donner, Bonde, mais...

    -     Bonde : Je prends une chambre à l'hôtel. Et je préviens mon supérieur. Si vous avez du nouveau entretemps, n'hésitez pas à m'appeler. Il y a des moments où la nécessité dépasse toutes les bisbilles et où nos deux pays doivent pouvoir collaborer.

     

     

    Acte 3

     Acte 3

    -     Sêkiceuptimech : Monsieur Bonde...

     

     Acte 3

    -     Bonde : Colonel... Monsieur le Chancelier...

    -     Moulefritoroff : Bonsoir vous deux.

     

    Acte 3

    -     Sêkiceuptimech : Votre Altesse... Vous faisiez quoi, là ? Votre inconduite, mademoiselle...

    -     Geldoush : Nous devisions gaiement. Et vous ? Qu'est-ce que vous foutez là ? Non, parce que je vous rappelle que vous êtes, en résumé, le larbin de mon cousin, chargé des basses oeuvres. Evitez de me parler sur ce ton. Je suis espionne bénévole, moi, d'accord ? Je suis là parce que je veux rendre service. Mais pas à vous en particulier.

     

    Acte 3

    -     Moulefritoroff : Tout cela est charmant, mais hors sujet. Les choses se précisent. La Casteigne, l'Orchide et la république d'Arrochelle ont reçu un ultimatum secret de la part de Tamidlo en personne. Pour l'instant cette extorsion concerne seulement seuls ces trois nations, mais ce sont aussi les plus riches.

    -     Bonde : Que veut-il de nous ?

    -     Moulefritoroff : La moitié des réserves en or que nous possédons. A titre d'exemple, ils ont transmis les images du carré de courgettes décimé, pour bien montrer à quel point les graines parasites à croissance rapide sont efficaces et cruelles. Il y a  aussi cette araignée qui a tué plusieurs personnes dans le potager et qui se cache maintenant quelque part dans les pommiers. Si nous ne payons pas, ils contamineront toutes les cultures qui s'étendent sur les trois pays. 

     

    Acte 3

    -     Geldoush : Si les gens qui font partie du complot se sont aménagé une colonie à l'écart des mini-nations, à quoi va leur servir tout cet or.

    -     Bonde : Sans doute à payer le Grand qui les a aidés. Car il y en a sûrement un, non ? C'est ce qui ressortait des documents que j'ai vus à carrelage.

    -     Moulefritoroff : Exact ! Nous ne savons pas qui c'est mais il a clairement fourni un intense soutien matériel et logistique. L'or sert à le payer, oui, vraissemblablement.

    -     Bonde : Et ensuite, tout le monde se paiera avec les brevets du professeur Tamidlo que le Grand déposera à son nom et négociera dans le monde des Grands.

     

    Acte 3

    -     Geldoush : Vous croyez ?...

    -     Bonde : Ils ne peuvent pas être très loin. Tamidlo semble faire des allers et retours très rapides.

    -     Moulefritoroff : Les Arrochelliens estiment que leur base opérationnelle se trouverait, au pire, dans le secteur du petit port de la Madelon. Les recherches ont commencé. J'ai 2 bateaux prêts à croiser dans la zone à la Hutte du Platier. Vous en prendrez un.

     

    Acte 3

    -     Moulefritoroff : Vous devrez faire attention au canard.

    -     Bonde : Un canard nous menace ?

    -     Moulefritoroff : On l'a découvert il y a 2 jours. Un de ces leurres en plastique utilisés par les Grands chasseurs et qui semble dériver dans la baie, comme s'il avait été enlevé de son étang par la marée. En réalité, ses mouvements sont étonnamment contrôlés. C'est sûrement une sentinelle.

    -     Bonde : Un faux leurre... On ne sait plus qui est qui.

     

    Acte 3

    -     Sêkiceuptimech : La nuit tombe, vous appareillez maintenant, Bonde. Evitez ce canard et naviguez droit à La Madelon.

    -     Geldoush : Bien, nous partons.

    -     Sêkiceuptimech : Pas vous. Il est hors de question d'exposer davantage la cousine de l'empereur. Aussi bénévole soit-elle.

    -     Bonde : Désolé, Princesse...

     

    Acte 3

     

    A SUIVRE...


    votre commentaire
  •  

    Bonde appareille avec les marins casteignans. Son objectif n'est plus de localiser la base secrète de Tamidlo, mais de mettre la main sur ce canard qui est sans doute, selon lui, le moyen de transport du méchant savant.

    Geldoush, bien décidée à être un agent de terrain jusqu'au bout, les a suivis discrètement.

     

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    -     Geldoush : Et alors ? Moi aussi j'ai un bateau.

     

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

     

     

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    -     Bonde : Cela fait des heures que nous naviguons et toujours rien. Nous ne cherchons peut-être pas du bon côté.

     

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

     

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    -     Tamidlo : Vous m'obligez à accélérer les choses, Monsieur Bonde, mais ce n'est pas plus mal. De toute façon, nous sommes prêts... Soyez le bienvenu dans mon QG flottant. Vous serez tranquille ici, jusqu'à ce que je décide de vous éliminer. Vos amis ne retrouveront pas votre bateau.

    -     Bonde : Ils n'ont pas besoin de ne pas le retrouver, il leur suffit de courir à l'endroit où il a cessé d'émettre son signal. Ils sont déjà en chasse. Vos installations seront rapidement détruites et votre petit chantage ne poussera pas plus que ça.

    -     Tamidlo : Il a déjà pris racine. Vous assisterez d'ici à la destruction du potager et à l'effroi des mini-nations du jardin secret. Quant à notre base opérationnelle, elle n'est pas appelée à rester. Nous irons tous ensuite dans la colonie créée pour nous. Nous sommes une organisation qui dispose de gros moyens.

    -     Bonde : Je suppose que votre grande amie la reine de Gravière sera elle aussi du voyage. Elle est autant une mauvaise graine que vous...

     

    Acte 4

     Acte 4

    -     L'officier : L'équipe au sol signale qu'elle a trouvé la base ennemie. Un hangar à bateaux près du petit pont de la Madelon. Les Arrochelliens sont prêts à intervenir aussi.

    -     Moulefritoroff : Parfait. Donnez l'ordre de l'assaut général ! Le canard ne doit pas être très loin... Trouvez-le !  

     

    Acte 4

     

    Acte 4

    -     Le capitaine : Monsieur, il y a trois bateaux en approche, dont le faux chalutier arrochellien qui est le plus près.

    -     Tamidlo : Et sûrement aussi ce ridicule voilier que les Grands ont mis à l'eau pour les Casteignans. Cap sur eux et sortez le canon !

    -     Bonde : Ce que vous faites est absurde ! Cette catastrophe sera une clause d'exception dans le Pacte de non-ingérance : les Grands protecteurs prendront aussitôt en charge l'approvisionnement des 92 000 mini-habitants du jardin. N'aggravez pas votre cas, rendez-vous pendant qu'il en est encore temps.

    -     Tamidlo : De toute façon, les mini-nations auront payé dès qu'elles auront vu le premier largage sur leur précieuse nourriture. Soyez prêts à faire feu !

     

    Acte 4

    -     Le capitaine : Nous pourrions facilement les distancer...

    -     Tamidlo : Pourquoi faire ? Montrons-leur que nous ne plaisantons pas. Coulez ces abrutis.

     

    Acte 4

     Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    -     Tamidlo : Très bien !! Le voilier, maintenant !!

     

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    -     Moulefritoroff : Ils nous ont trouvés les premiers ! Faites surface !

     

    Acte 4

    -     Capitaine Pachinol : Nous attaquons, Colonel ! A tout l'équipage, aux postes de combat ! Surface !

     

    Acte 4

    Acte 4

    -     Capitaine Pachinol : Missile 1 et 2 armés... Missile 1... Lancez !

     

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    -     Le capitaine : Il y a un autre vaisseau sous le vaisseau, Monsieur !

    -     Tamidlo : Ce n'est pas possible ! Ils nous ont touchés ! A vos postes !! A vos postes !!

     

     Acte 4

     Acte 4

     Acte 4

     Acte 4

     Acte 4

    -     Tamidlo : Abattez-le !

     

     Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

    Acte 4

     

        A SUIVRE...

    EN PAGE 2, DANS LE DERNIER ACTE

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires